muay thai

  • Interview de ALI OUBAALI par NICHOLAS READ (2008)

     

     

    NICHOLAS READ : ALI OUBALI, tu as une très belle carrière en boxe pied poing et en anglaise, peux tu te présenter a nos lecteur ?

    ALI OUBAALI : Bonjour je m'appelle Ali Oubaali, je suis Boxeur Professionnel, et je vis actuellement à Brooklyn, New York

    Tu es né ou ?

    Je suis né à Courrières dans le Nord Pas de Calais situé entre Lens et Lille

    Tu as quel âge ?

    J’ai 30 ans

    peux tu nous parler de ton parcours sportif et de ton palmarès ?

    J'ai commencé la boxe thaï à l'âge de 14 ans au boxing club de Rouvroy dans le Nord Pas de Calais, j’ai participé au Championnat du Monde Amateur en 1995 en Thaïlande à Bangkok et j’ai pris une médaille de Bronze , une anecdote,  on m’a donné le surnom de “Hurricane” dans la presse pour avoir mis le KO le plus rapide du tournoi ( 20 secondes) face à un allemand !!  Je garderais ce surnom pendant toute ma carrière en Thaï et je continue à le garder en Boxe Anglaise !! 

    Après un Palmarès de 39 combats pour 38 Victoires et une Défaite en Amateur, je passe chez les pros après avoir effectué un stage de 6 mois en Thaïlande,  je ne fais qu'un seul combat en classe C pour ensuite disputer que des classes A et je deviens très vite champion de France pro classe A à 19 ans en 1996. Puis la même année, Champion d'Europe WPKL en Hollande face à un Hollandais à Amsterdam. Enfin, Champion du Monde WMTC à Bangkok en Thaïlande en 1997 au Stadium du Lumpinee. Je remets mon titre en jeu 4 fois dont une fois au Japon à Nagoya et une fois en Thaïlande au Stadium du Ratchadamnoen.

    Palmarès thai : 66 Combats 62 Victoires 56 par KO 4 Défaites !

    Tu as commencé la boxe à quel âge (pour le muay thaï et la boxe anglaise) ?

    Le muay à  14 ans et l'anglaise à 18 ans

    Comment as tu découvert le muay thaï ?

    Par mon grand frère Moussa qui faisait fureur a l'époque et qui est devenu lui même Champion De France Pro dans la catégorie des super-légers

    Pourquoi as-tu arrêté ta carrière de nakmuay pour faire une carrière en boxe anglaise ?

    Par rapport au décès de mon ami Redouane Bougarra Paix à son âme décédé sur un ring au USA contre un Russe sous licence Française en subissant un KO, il n’était pas couvert, car la licence étais du pipot et cela m'a donné a me poser des questions et d'en arrêter la !! Une histoire qui avais fais beaucoup de bruit à l'époque...

    Pourquoi avoir choisi de partir faire une carrière en boxe anglaise aux ETATS UNIS ?

    Tout simplement parce qu'ici les boxeurs sont mieux considéré qu'en France et que l'on peut en vivre a condition d'avoir un promoteur et être BON...

    Depuis combien de temps tu habite aux États-Unis ?

    Je vis aux États-Unis réellement depuis mi- 2005 mais j'y allais régulièrement depuis 2001 environ 6 mois par an

    Pourquoi tu t’es installé sur la côte East et pas sur la côte West ?

    Parce que c'est à New York qu'on se fait connaître et puis après libre à toi de monter tes camps d’entraînement partout ou tu le souhaite, par exemple, je boxe à New York en ce moment mais je prépare mon prochain combat à Las Vegas...

    Tu vis à New York, tu t’entraîne dans quel Gym ?

    Je vis à Brooklyn et m'entraîne au Gleason Gym à Brooklyn, une salle ou beaucoup de très bon boxeurs et champions s'entraînent avec de très bons entraîneurs...

    Comment se passent t’es journées d’entraînement hors période de combat et en préparation de combat ?

    Je dors, j'en profite, je mange ce qui ne m'est pas permis pendant ma préparation !! Et je dois me soumettre à des interviews pour ma campagne publicitaire, par exemple ma dernière interview date d'il y'a un mois avec le site AOL, une radio Américaine et aussi ESPN

    Pour toi qu’elle est la différence entre s’entraîner à New York ou s’entraîner en France ?

    ENORME différence, déjà tu es dans le pays de la boxe mais aussi les entraîneurs sont compétents et les sparrings sont très bon alors ça aide pour progresser, leur science est très différente de la boxe française...

    Comment son perçu les français qui viennent boxer ou s’entraîner aux États-Unis ?

    En général assez bien car ils aiment que des français puissent venir s'intéresser à leur façon d’enseigner, mais il te teste toujours et après avoir répondu présent à leur mise de gants, tu gagne leur respect...

    Ton plus beau combat c’était contre qui ? (boxe anglaise)

    Mon championnat de France Pro contre Adolphe Avadja. Victoire par Ko au 6ème round

    Ton plus dur combat ? (boxe anglaise)

    Au Venezuela contre le panaméen Vicente Mosquera

    Quelle est la principale différence entre les combattants européen et les combattants américain (et latinos) ?

    Les américains ont une boxe qui est très accès sur le show , le bluff, le style.  Les latinos sur le travail au corps et le physique en mettant une pression constante, ils se battent avec toi comme ils se battraient avec toi dans la rue, les mauvais coups sont permis, ils sont assez vicieux. Les européens, leur boxe est accès sur le physique, ils sont assez rustre, un peux à la viking, on peut deviner ce qu’ils peuvent entreprendre de faire...

    Y a t il des boxeurs européens, américain ou latinos que tu aimerais bien affronter ?

    Américain, j'aimerais affronter Miguel Cotto, Européens Ricky Hatton, Latinos..... Je ne vois pas encore

    Pourquoi ?

    Pour leur style de guerrier.

    Arrives-tu à vivre de ton sport ?

    Maintenant oui, depuis que je suis aux États-Unis

    Aujourd’hui quelle est  ton actualité ? Quels sont tes prochains challenges ?

    Je viens d'effectué mes débuts au USA à New York au Manhattan Center et j'ai gagné par Ko au 4ème rounds contre un panaméen.

    Mon prochain challenge est un titre intercontinental en 12 Rounds en février aux États-Unis...

    Tu as des objectifs pour cette saison ?

    Me classer dans les 4 premiers mondiaux et gagner tout mes combats afin d'avoir une chance mondiale en 2009

    Quels conseils donnerais tu à un jeune qui désire devenir professionnel en boxe anglaise ?

    Entoure toi bien, ne fais pas la fête, la boxe est un sport dont on doit concéder pas mal de sacrifice, humilité, discipline et travaillé encore et encore pour souvent pas grand chose mais la chance de vivre sa passion alors réfléchis bien avant de te lancer car on ne joue pas avec sa santé, la route est longue... si tu es alors prêt a endurer tout cela, je dis fonce...

    Suis tu encore l’actualité pugilistique française par les liens des magazines ou du net ?

    Oui par le site de mon camarade Christian Châtaigner www.netboxe.com, il s’occupe aussi de mon site web : www.alioubaali.com

    Tu veux ajouter quelque chose ?

    Oui, je veux remercier tout mes supporter qui me soutiennent qui m'envoie des messages d’encouragements, je veux leur dire que c'est pour eux que je continue et c'est aussi grâce à eux que je suis là, sans eux nous les sportifs sommes rien !

    Je les invites à visiter mon blog à cette adresse :

    myspace.com/ali_the_hurricane_oubaali

    Je tenais à remercier le maire de la ville de Bagnolet Marc Everbecq pour son soutien. Ainsi que toute son équipe qui œuvre pour faire en sorte d'améliorer les conditions de vie de chacun de ces habitants et redonner espoir aux jeunes de cette ville...

    Respectueusement, Ali The Hurricane Oubaali.

    Merci d’avoir répondu à cette interview et Good Luck pour la suite

     

    ALI OUBAALI

    Nom : Oubaali Ali

    Surnom : Hurricane

    Né le : 19 octobre 1977 à Courrières (62)

    Taille : 1m74

    Poids : 57/59 Kg et 63,5 Kg aujourd’hui

    PALMARES

    Boxe Thaïlandaise

    62 victoires, 1 nul, 2 défaites, 1 sd

    Champion du Monde 1996, 1997, 1998

    Champion d'Europe 1996

    Champion de France 1996

    Boxe anglaise

    Carrière amateur : 79 victoires, 2 nuls, 7 défaites

    Champion de France poids plumes 2000 (meilleur boxeur de l'année)

    Médaille d'or au tournoi de Golden Belt (Roumanie) 1999

    Médaille de bronze au Championnats du Monde Militaires 1999

    Médaille de Bronze au tournoi de Talli (Estonie) 1998

    Carrière professionnelle : 20 victoires (17 KO) 3 défaites

    Champion de France poids super-plumes 2002

     

    BIOGRAPHIE

    Le puncheur “THE HURRICANE” by Serge TREFEU

     

    Ali Oubaali est né à Courrières dans le Pas-de-Calais, il est le sixième enfants d’une très grande famille qui en compte 18 !

    Son père Mr Azzouz Oubaali était chef d’équipe de mineurs. Ce patriarche exemplaire a élevé ses enfants à la dure en leurs inculquant dès leurs plus jeunes âge “le sens des responsabilités”. Les enfants Oubaali sont ainsi devenus très respectueux grâce à leur père qui a trimé dur durant toute sa vie...

    Originaire d’Agadir au Maroc, le père d’Ali a été aussi un bon boxeur, champion d’Afrique tout de même !

    Ali grandi au sein d’une famille soudée dont les centres d'intérêts principaux sont le sport et les études. Attiré plus par le football, il y jouera longtemps et fut même capitaine en Interdistrict à Billy-Montigny sous le numéro 10. Ali commence à rêver de devenir pro...

    Mais à seize ans lorsqu’il était lycéen son grand frère Moussa nak muay accompli est obligé de stopper sa carrière et lui demande de prendre la relève. En effet, Moussa Oubaali qui a été champion de France de muay en 97 est un véritable phénomène qui arrive à concilier longues études et sport de haut niveau. Mais en rentrant à Math Sup avec 53 heures de cours par semaines il ne pouvait vraiment plus s’entraîner sérieusement.

    Ali reprend donc le flambeau et commence au Kick Boxing Club de Rouvroy tenu par Bernard Dupont, un facteur âgé de quarante ans véritable passionné de boxe.

    Cet entraîneur va rapidement transmettre son savoir à son jeune poulain qui va enchaîner victoire sur victoire jusqu’à le mener aux championnats de France...

    Ali ne disputera qu’un seul combat en classe C et attaquera directement en classe A, c’est dire sa progression fulgurante !

    Ali Oubaali devient vite un des combattants du Nord les plus coriaces. Ce boxeur vaillant de 57 Kg au punch redoutable va se forger une petite réputation dans le domaine pugilistique. C’est ainsi qu’il sera surnommé “Hurricane” (l’ouragan) en mettant l’Allemand Norris KO en 30 secondes, sur un magistral coup de genou au menton en 1/4 de finales des championnats du monde IAMTF à Bangkok.

    En 1996, il décroche son premier titre de champion de France classe A suivit du deuxième en 1997 contre David Bouillon. La même année, il devient champion d’Europe WPKL à Amsterdam face à un hollandais ! C’est aussi en 1997 qu’il réalise un combat mémorable contre la star montante du moment Kamel Jemel. Prévenu au pied levé, il s’inclinera honorablement aux points...

    Puis, là il fait très fort car il devient champion du monde WMTC à Bangkok dans le stade mythique du Lumpinee !

    Il défendra quatre fois son titre dont une fois dans l’autre célèbre stade du pays du muay, le Radja...

    Sa voie est toute tracée dans l’histoire du muay thai car il a tout raflé, la ceinture de champion de France, de champion d’Europe ainsi que le titre suprême !

    Mais lors de son service militaire au Bataillon de Joinville, il découvre la boxe anglaise et décroche la médaille de bronze aux Jeux mondiaux militaires. Une nouvelle carrière amateur s’ouvre alors à lui.

    Il va faire régner la terreur dans le Nord de la France en devenant champion du Pas-de-Calais et champion des Flandres. Puis en 2000, il devient champion de France des plumes et intègre l’équipe de France. Malheureusement il manquera de peu sa qualification aux Jeux Olympiques...

    En janvier 2001, il fait ses débuts en professionnel. A coup de K.O., il va gravir les échelons jusqu’au titre national. Il bat par KO, Juan Jesus Mejia au Palais des Sports à Paris.

    En mars, toujours au Palais des Sports, il met KO Ahmed Merichiche. Le 28 mai à Levallois-Perret il bat par  KO Bela Sandor. Mi-septembre au Maroc à Agadir dans son pays d’origine, il met KO le russe Vladimir Varhegyi. Puis à Bondy fin novembre il terrasse Imrich Parlagi par KO au deuxième round.

    Enfin, le 23 février 2002 à Marseille, Ali bat Adolphe Avadja par KO à la sixième reprise et s’empare de la ceinture de Champion de France Pro des super-plumes !

    Il enchaîne des victoires par KO contre Manuel Gomes, Nuafa Singjaiyai à Tokyo, de nouveau Adolphe Avadja à Marseille,  Jozef Kubovsky,  Benjamin Robles Murry au Futuroscope de Poitiers, Rafael De la Cruz en Guadeloupe, Roman Lobachev au Palais des Sports de Levallois-Perret.

    Seul l’expérimenté Didier Tual tiendra face à la fougue de “l’ouragan” en s’inclinant aux points en huit rounds...

    C’est ainsi que le 31 janvier 2004, “Hurricane” va défier le Panaméen Vicente Mosquera à Caracas au Venezuela sur le continent du latinos. Un titre Intercontinental WBA est en jeux. Oubaali s’inclinera aux points après un grand match en dix round qui sera l’un des ses combats les plus dur. C’est sa première défaite en pro. Un an plus tard cet adversaire coriace va ravir le titre de champion WBA des poids super-plume au Thaïlandais Yodsanan Sor Nanthachai...

    Mais Oubaali le battant se voit offrir une chance européenne. Ainsi, le 29 avril 2004, il rencontre le tenant du titre, le russe Boris Sinitsin. Sinitsin fort de 44 victoires dont 24 avant la limite est un vieux routard des rings. Le russe conservera sa ceinture en battant Ali Oubaali aux points dans une décision partagée, 116-113, 116-113 en faveur du boxeur de l’Est et 113-116 en faveur du français...

    Ali reboxe au Palais des sports de Levallois et bat par KO Ubadel Soto. Puis à Marseille il rencontre Youssouf Djibaba pour le titre de champion de France. Il va s’incliner aux points.

    Alors, le champion va faire un break, pensant même raccrocher les gants. Il s’absente des rings durant deux ans. Oubaali va prendre des cours de comédie et faire quelques apparitions dans le monde du cinéma ce qui va compléter son bagage professionnel déjà bien rempli. En effet, il possède un BTS de Domotique ainsi qu’un brevet d'Educateur Sportif !

    Deux ans plus tard, “the Hurricane” plus fort que jamais revient balayer les rings de France et de Navarre. Le 16 décembre 2006, dans le nord de la France, Ali fait son combat de rentrée contre le Roumain Marian Cazacu. Cet encaisseur va tenir la limite en s’inclinant aux points face à l’ouragan qui reprend ses repères. Ali a changé de catégorie, il est monté en super-leger ( 63,5 Kg). Deux mois plus tard, il reprend le roumain et le met KO en trois rounds.

    Ali enchaîne par une victoire aux points sur Constantin Stan puis par KO contre le Vénézuélien Pedro Verdu.

    La machine est relancée et Oubaali va s’expatrier aux Etats-Unis où il signera un contrat avec le promoteur Joe De Guardia patron du Star Boxing à New York. Ali réside maintenant dans le quartier de Brooklyn et s’entraîne dur avec la crème des fighters américains.

    Le 18 octobre 2007, au Hammerstein Ballroom de Manhattan dans une grande soirée de boxe, “The Hurricane” fait ses débuts aux states. Oubaali atomise le rugueux panaméen Victorio Abadia au quatrième round dans un match prévu en huit reprises. Il signe son 17 ème KO en vingt trois combats !

    L’aventure américain lui est grande ouverte, le chemin pour le titre suprême est encore long mais “The Hurricane” n’a pas fini de nous étonner... 

     

     

     

     

     

  • INTERVIEW OF CHADD COLLINS

    By Serge TREFEU (2019)

     

     

     

    Serge TREFEU: Hello Chadd how are you?

    CHADD COLLINS: I’m very good thank you, I’m currently on my last week of fight camp so feeling great and excited

    You were born and grew up in Australia in which city?

    I was born in Queensland, I grew up mainly on the Gold Coast

    How old are you ?

    I'm 23 years old, turning 24 in June this year

    Did you discover boxing with your father who is a coach and who owns a boxing gym?

    Yes, always grew up in Thai boxing gyms as my father owned multiple gyms over the years

    Your father was a boxer before? He practiced which boxing, the Muay Thai?

    Yes, my father was a boxer. He had 39 professional boxing fights with 36 wins and had kickboxing fights and progressed to Thai Boxing once evolved in Australia

    Do you have brothers and sisters who practice boxing too?

    Yes, I do! My eldest brother had two Thai boxing fights and is now one of my mentors and also my little sister who has had three Thai boxing fights

    At what age did you make your first fight?

    I had my first fight at 11 years of age, this was also my first victory for a shower of money. A memory I’ll never forget

    Were you a brawler when you were a kid?

    Yes, I was a straight up brawler. That was all I knew. I would walk forward as soon as the bell goes and would never take a backwards step

    The Muay Thai is well known in Australia, there have been many great Australian champions of Muay Thai, are there any Australian champions who inspired you at the beginning of your career?

    Yes, of course. I have been inspired by John Wayne Parr and also Toby Smith as I got older

    Are there many Muay Thai events in Australia?

    Yes, there are a lot of events regularly around Australia but I still feel as if the sport is struggling to grow...

    How many fights did you have in Australia?

    I think out of my whole career, I’ve had about 30 fights all up in Australia

    What year were you first in Thailand?

    In 2012, I was 16  and went to Phuket, Thailand for a month and had my first elbow fight at Bangla Stadium

    In which gym did you train? How did your first training in Thailand?

    I trained at Dragon Muay Thai in Chalong, Phuket. I remember after every session, feeling my body so exhausted and wanting to sleep and then train again and never felt like this before. I never trained twice a day before

    Today you are in which gym? What are your sparring-partners?

    Today, I'm with Sitsongpeenong Muay Thai gym in Phuket and I have multiple talented sparring partners all with different and dangerous styles to work with. Before I was at Sangtiennoi legend gym

    You work your physical condition a lot, what kind of exercise do you do to get a tireless physical condition in the ring?

    We do a lot cardio and I mean A LOT of cardio. Padwork seems to go on forever, strength and conditioning three times a week. We do flat sprints, stair sprints, tyre sprints and of course, the morning ten kilometre run

    How much did you fight in Thailand?

    I’m not 100% sure but I think I’ve had around 22 fights overall in Thailand

    How many fights in the stadiums of Radja and Lumpinee?

    22 of those fights, I had one in Lumpinee and five at Rajadamnern and maybe six next month

    What do you think about Thai fighters?

    I think they’re all different but very talented

    Who are you the best fighters in your category today?

    I would probably say Rafi Bohic, he’s had 3 of the most prestigious belts that I want and that says a lot about him as a fighter

    So far, how much did you fight, how many wins and losses? Draw ?

    I’ve had 63 fights, 47 wins, 14 losses and 2 draws

    How many wins did you win by knockout?

    24 by the way of knock out

    What are the titles you have won?

    I don’t have any at the moment, I’m still currently waiting on an opportunity to open

    Currently you fighting in which category?

    65-67 kilograms

    What techniques do you like to do in the ring?

    Mainly elbows and punch

    You are famous in Thailand for being a «Muay Bouk» (Fighter which does not move back and durable boxer), you like fighting with violent exchanges, less technical but more in the confrontation style "to you" "to me"?

    Yes, I like to stand there and exchange leather and I enjoy it when people like to stand there and bang, it’s fun and exciting. The rush and feeling is something I can’t describe

    Who gave you the nickname of fighter "Chalam Khao" (The white shark)?

    Sangtiennoi “The Deadly Kisser” gave me the name because of a photo of me spearfishing and there’s a shark in the water behind me

    On December 23, 2016, at the Muay Xtrem, you beat the star Pakorn, a big performance from you, can you go back on this fight against this great champion?

    This fight meant either break it or make up, and in the end it came down to who wanted it more in round three and I pushed forward and defeated him over three solid rounds in a back and forth battle

    In July 2017, you met the legendary Saenchai in southern Thailand, you can tell us about this great fight against Saenchai? (Defeated by points) What do you think of Saenchai?

    I think Saenchai is a very experienced fighter and a very nice guy. The fight itself with Saenchai was an amazing experience being able to fight in infront of 50,000 people and against such a legend. Would love another shot if possible

    In August 2017, at the Radja Stadium, you defeated the terror Seksan, a powerful Muay Bouk, what do you think of this fighter and your fight against him?

    This is my most memorable fight to this day as was my first fight at Radja stadium against the king of the stadium. To this day, seksan and I are good friends and a favourite fighter of mine

     

    SEKSAN AND CHADD COLLINS, TWO GREAT RINGS WARRIORS

     

    In September 2017, at Radja Stadium, you did very well by knocking down the title holder of Radja in 147 lbs, Sakmongkol, an opponent you beat again by KO, a year later, what do you think of this fighter and your fighting against him?

    I personally don’t think he can handle being bullied in the ring. If you fight him at range, you would lose you need to be the bully to win against him. You need to be a bully against the Muay Thai greats

     

    CHADD COLLINS BEAT TWICE BY KO THE RADJA CHAMPION SAKMONGKOL SOR SOMMAI

     

    You’re in the ranking of Radja Stadium, there are not many foreign fighters in the Bangkok big stadium ranking, do you ever want to have the opportunity to fight for a belt of big stadium of Bangkok?

    I had the opportunity to fight for the Lumpinee belt, December 26 2017 but unfortunately I got a blood infection and was forced to fly back home and get treated immediately. There is one reason I moved back to Thailand after my break, and that is to fight for one of the two stadium belts but sadly to politics in this sport, it will not happen

    In your category, in Thailand, there is a foreigner, a Frenchman, Rafi Singpatong, who holds the title of the Lumpinee Stadium, you were supposed to meet him, but the fight was cancelled, will this fight ever happen? And what do you think of Rafi Singpatong?

    I believe Rafi is a very strong fighter and I would love for this fight to happen and also a friend of mine

     

    THE CONFRONTATION BETWEEN «THE IMPASSIBLE CRUSHER» AND «THE WHITE SHARK» WAS TO TAKE PLACE ON 26 DECEMBER 2017 AT THE LUMPINEE STADIUM. CANCELLED MATCH. A CLASH THAT ALL MUAY THAI FANS WOULD LIKE TO SEE

     

    Is there a particular opponent you’d like to fight?

    Yes, that would be Manachai for a WBC title, Rafi for a Lumpinee title and Tawananchai for the Thailand or Omnoi belt

    You’ve been living in Thailand for several years, are you able to live well with the purses of your fights or do you have another financial activity too?

    I would not be able to live in Thailand without my good friend and long term sponsor, Steve Hull from QEST Environments. This guy has mentored and believed in me since I first came to Thailand

    Are you interested in Thai culture?

    I’m drawn to the culture and I will respect while I'm here but it's not my culture, I'm open to everything

    What do you like most about Thailand after Muay Thai?

    Thai boxing is the one thing that has introduced me to this beautiful country and brought me to live here, this is the only thing I know and also the cheap massages

    You came to fight the first time in France on December 1, 2018, at the Credissimmo Golden Fight event, you met French champion Azize Hlali against whom you did a draw, what do you think of your performance and your opponent?

    Overall I feel like my performance was not up to standard but was happy I didn’t lose. Azize is a top guy, I have nothing to say about him

    Would you like to come back to fight in a boxing event in France?

    Yes, I would love nothing more but to come back to France. I was treated very well and respected on my trip there. Miss having a fresh baguette every morning with my girlfriend (Laugh)

    You know French champions now and the old generation?

    Yes I know of Jean-Charles Skarbowsky and Damien Alamos and modern champions like Rafi Bohic and Jimmy Vienot

     

    CHADD COLLINS CAME TO THE FAMOUS «SKARBOWSKY GYM» IN PARIS, THE GYM OF THE FORMER STAR OF THE RINGS JEAN-CHARLES SKARBOWSKY

     

    What do you think of French fighters?

    French have always been one of the most strongest Thai boxing countries in the world ,without a doubt

    What is your best boxing memory so far?

    I’d say beating Seksan at Rajadamnern Stadium!

    And the worst ?

    Would be training, because it’s so hard and  treacherous. You have to dig so deep just to get through each and every session. It starts to feel like Groundhog Day until I got to start cutting weight and then fight day

    Your hardest fight in your career?

    I had just moved to Bangkok Thailand at Sangtiennoi’s gym in 2016, six days into training and was asked to be a replacement fighter on Max Muay Thai and I have never been so sore and also so unfit and came away with my first draw of my career

    What are your plans for 2019?

    Belts, belts and more belts because I have none and also maybe a contract... If it’s nice

    Your next fight?

    My next fight is against Fukashi on Knockout in Tokyo, Japan

    Do you want to add something?

    Thank you for this interview and most of all thank you to my sponsor Steve Hull again. There are so many more people and things I could talk about but I would go on for days. Those people know who they are

    Thank you very much for this interview and Chookdee for your fight!

    Thank so much

     

    Chadd Collins nicknamed Chalam Khao (The White Shark) is a 23-year-old Australian boy based in Thailand who is now fighting in Bangkok’s biggest stadiums. He's ranked N°5 at the Bangkok Radja Stadium.

    This phenomenon has already beaten big Thai stars such as Seksan Sor Sommai (TV7 Champion, Radja champion) and Pakorn PK Saenchai (Lumpinee Champion, Radja champion, World champion WMC). Chadd Collins trained at the gym of the legendary Sangtiennoi Sor Runroj, he's now in the famous Sitsongpeenong gym of Phuket.

     

    CHADD COLLINS WITH THE LEGENDARY SANGTIENNOI SOR RUNGROJ

     

    "WHITE SHARK" TRAINING AT SITSONGPEENONG GYM OF PHUKET

     

     

    His aggressive and durable boxer style is very popular with Thai Muay Thai fans. This young warrior’s ambition is to conquer a belt of the Radja or the Lumpinee, and for the moment nothing seems to stop his goal.

     

    THE « WHITE SHARK» IN FRONT OF THE RADJA STADIUM. THE BELT OF THIS MYTHICAL BANGKOK STADIUM IS IN HIS THOUGHTS

     

    In February 2017, he defeated Thai Lampard Sor Jor Piekuthai with a superb uppercut. On July 15, in southern Thailand at Yala at the Thai Fight show, in front of 50,000 people, he faced the legend Saenchai in an epic fight with an honourable defeat at points.

     

    CHADD COLLINS WITH THE LEGEND OF RINGS SAENCHAI

     

     

    A MATCH WHICH HAS TAKEN PLACE IN THE THAI FIGHT ORGANIZATION IN FRONT OF 50 000 SPECTATORS

     

     

    CHADD COLLINS AGAINST SAENCHAI PK SAENCHAI GYM

     

     

    In April, in Koh Samui, at the Thai Fight, he lost in points against the champion Manasak Sor Jor Lekmuangnon.

    In August, at the stadium of Radja, he defeated the Thai terror Seksan Sor Sommai.

     

    CHADD COLLINS AGAINST SEKSAN SOR SOMMAI

     

     

    On September 11, 2017, at the Radja Stadium, the white shark knocked the titleholder of Radja, Sakmongkol Sor sommai (Radja’s current champion in 147 lbs), in the third round with a sharp poke. On August 23, 2018, at the Radja stadium, during the show Best Of Siam, the Australian fought again Sakmongkol. Chadd Collins knocked out the Thai champion again in the third round with a terrible series of fists.

     

    CHADD COLLINS AGAINST SAKMONGKOL SOR SOMMAI

     

     

    On September 27, 2018 in the stadium of Radja, he faced the current champion of the stadium of Omnoi in 147 lbs, the solid Ponaik Or Kwanmuang, against which he lost in points.

    In October, at the Top King World Series, he defeated the formidable Pongsiree PK Saenchai (Lumpinee Champion).

     

    CHADD COLLINS AGAINST PONGSIREE PK SAENCHAI

     

    Chadd Collins made his last fight in France. At Credissimmo Golden Fight show, on December 1st, the jaw of the white shark hurt. The Muay Bouk Chadd Collins made a big fight against the rings magician Azize Hlali. The fight is ended in a draw!

     

    CHADD COLLINS AGAINST AZIZE HLALI

     

    On February 11, 2019, in Tokyo, in the big organization Knock Out, Chadd Collins will face the dangerous Japanese champion Fukashi "Wonderbird" Mizutani who is the title holder Knock Out!

     

    CHADD COLLINS IN THE FAMOUS NEWSPAPER MUAY SIAM

     

    CHADD COLLINS WITH YOUSSEF BOUGHANEM, THE ONLY FOREIGN CHAMPION IN THE WORLD THAT WON THREE BELTS OF THE STADIUMS OF BANGKOK, LUMPINEE, RADJA AND OMNOI

     

    AFTER BOXING, THE OTHER PASSION OF CHAMPION CHADD COLLINS IS THE BIG-GAME FISHING



    CHADD COLLINS

     

    Birth date : 9 June 1995 (23)

    Weight:65 Kg

    Height:179 cm

    Number of fights:63. 47 Wins (24 KO). 14 Losses. 2 Draws

    Title:Australian Champion WKN

    Team:Sitsongpeenong Phuket, QEST Environments



  • INTERVIEW DE CHADD COLLINS

    By Serge TREFEU (2019)

     

     

     

    Serge TREFEU : Bonjour Chadd comment vas-tu ?

    CHADD COLLINS :Je vais très bien merci, je suis actuellement dans ma dernière semaine de préparation pour un combat, je me sens tellement bien et j'ai hâte de combattre

    Tu es né et tu as grandi en Australie dans quelle ville ?

    Je suis né dans le Queensland, j'ai grandi principalement sur la « Gold Coast »

    Quel âge as-tu ?

    J'ai 23 ans et j'aurais 24 ans en juin cette année

    Tu as découvert la boxe avec ton père qui est entraîneur et qui possède une salle de boxe ?

    Oui, j'ai toujours grandi dans les salles de boxe Thai car mon père a eu plusieurs salles au fil des années...

    Ton père était un boxeur avant ? Il pratiquait quelle boxe, le Muay Thai ?

    Oui, mon père était un boxeur. Il a fait 39 combats en boxe professionnelle avec 36 victoires. Il a fait d'abord des combats en kick boxing puis il s'est orienté vers la boxe Thaï

    Tu as des frères et soeurs qui pratiquent la boxe aussi ?

    Oui ! Mon frère aîné a fait deux combats de boxe thaïlandaise et il est maintenant l'un de mes conseillers. Aussi, ma petite soeur a fait trois combats en boxe thaïlandaise !

    A quel âge tu as fait ton premier combat ?

    J'ai effectué mon premier combat à l'âge de 11 ans, c'était ma première victoire pour une pluie d'argent. Un souvenir que je n'oublierai jamais

    Tu étais de nature baggareur enfant ?

    Oui, j'étais un bagarreur. C'était tout ce que je connaissais. Je faisais marche en avant dès que la cloche sonnait et je ne faisais jamais un pas en arrière

    Le Muay Thai est bien connu en Australie, il y a eu beaucoup de grands champions Australiens de Muay Thai, est ce qu'il y a des champions Australiens qui t'ont inspiré au début de ta carrière ?

    Oui bien sûr. John Wayne Parr et Toby Smith m'ont inspiré à mesure que je grandissais

    Est ce qu'il y a beaucoup de galas de Muay Thai en Australie ?

    Oui, il y a beaucoup d'événements régulièrement en Australie. Mais j'ai toujours le sentiment que ce sport a du mal à se développer...

    Tu as fait combien de combats en Australie ?

    Je pense que sur toute ma carrière, j’ai fait environ 30 combats en Australie

    En quelle année tu as été pour la première fois en Thaïlande ?

    En 2012, j'avais 16 ans et je suis allé à Phuket, en Thaïlande, pendant un mois et j'ai fait mon premier combat avec les coups de coude au stadium de Bangla

    Dans quel camp tu as été t’entraîner ? Comment se sont passés tes premiers entraînements en Thaïlande ?

    Je me suis entraîné au Dragon Muay Thai à Chalong, Phuket. Je me souviens, après chaque séance, d’avoir senti mon corps si épuisé que je voulais aller vite dormir. Je ne me suis jamais entraîné deux fois par jour à ce moment

    Aujourd'hui tu es dans quel camp ? Quels sont tes sparring-partners?

    Aujourd’hui, je suis au Sitsongpeenong gym à Phuket et j’ai de nombreux sparring-partners talentueux, chacun avec des styles différents et dangereux pour bien travailler. Avant j'étais au camp de la légende Sangtiennoi

    Tu travailles beaucoup ta condition physique, quel genre d'exercice tu effectues pour avoir une condition physique infatigable sur le ring ?

    Nous faisons beaucoup de cardio et je veux dire BEAUCOUP de cardio. Le travail aux paos semblent durer éternellement, de la musculation trois fois par semaine. Nous faisons des sprints sur le plat, des sprints sur des escaliers, des sprints avec des pneus accrochés et bien sûr, le footing du matin de dix kilomètres !

    Combien tu as fait de combats en Thaïlande ?

    Je ne suis pas sûr à 100 % mais je penses 22 combats en Thaïlande

    Combien de combats aux stadiums du Radja et du Lumpinee ?

    Sur ces 22 combats, j'en ai fait un au Lumpinee et cinq au Rajadamnern et peut-être six, le mois prochain

    Que penses-tu des combattants Thaïlandais ?

    Je pense qu’ils sont tous différents mais très talentueux

    Qui sont pour toi les meilleurs combattants dans ta catégorie aujourd'hui ?

    Je dirais probablement Rafi Bohic. Il a eu trois des ceintures les plus prestigieuses que je veux et cela en dit long sur lui en tant que combattant !

    Jusqu'à maintenant, combien tu as fais de combat, combien de victoires et de défaites ?

    J'ai fait 63 combats, 47 victoires, 14 défaites et 2 nuls

    Tu as remporté combien de victoire par KO ?

    24 victoires par KO

    Quels sont les titres que tu as gagnés ?

    Je n’en ai pas d'important pour le moment, j’attends toujours l’opportunité de combattre pour un titre

    Tu combats actuellement dans quelle catégorie ?

    65-67 Kg

    Quelles sont les techniques que tu aimes faire sur le ring ?

    Principalement les coups de coudes et les coups de poing

    Tu es réputé en Thaïlande pour être un « Muay Bouk » (Combattant qui avance), tu aimes les combats avec des échanges violents, moins techniques mais plus dans l'affrontement à toi à moi ?

    Oui, j’aime les échanges durs et j’apprécie les personnes qui aiment rester debout et qui cognent, c’est amusant et excitant. C'est une émotion que je ne peux pas décrire

    Qui t'a donné le surnom de combattant « Chalam Khao » (Le requin blanc) ?

    Sangtiennoi « The Deadly Kisser » m’a donné ce nom à cause d’une photo de moi entrain de pêcher et il y avait un requin dans l’eau derrière moi

    Le 23 décembre 2016, au Muay Xtrem, tu as battu aux points la star Pakorn, une grosse performance de ta part, tu peux revenir sur ce combat contre ce grand champion ?

    Ce combat signifiait soit je rompais, soit je fonçais. Il voulait l'avantage au troisième round. Mais je l'ai poussé à bout et je l’ai vaincu en trois rounds dans une grosse bataille

    En juillet 2017, tu as rencontré le légendaire Saenchai dans le sud de la Thaïlande, tu peux nous parler de ce superbe combat contre Saenchai ? (Défaite aux points) Que penses tu de Saenchai ?

    Je pense que Saenchai est un combattant très expérimenté et un gars très gentil. Le combat avec Saenchai était une expérience incroyable, pouvoir combattre devant 50 000 personnes et contre une telle légende. J'aimerais faire de nouveau un match face à lui

    En août 2017, au stadium du Radja, tu as vaincu la terreur Seksan, un puissant Muay Bouk, que penses tu de ce combattant et de ton combat face à lui ?

    C'est mon combat le plus mémorable à ce jour, comme c'était mon premier combat au stadium du Radja contre le roi du stadium. Aujourd'hui, Seksan et moi sommes devenus des bons amis et c'est l'un de mes combattants préférés

     

    SEKSAN ET CHADD COLLINS, DEUX GRANDS GUERRIERS DES RINGS

     

    En septembre 2017, au stadium du Radja, tu as fait très fort en battant par KO le tenant du titre du Radja en 147 lbs, Sakmongkol, un adversaire que tu as de nouveau battu par KO, un an après, que penses tu de ce combattant et de tes combats contre lui ?

    Personnellement, je ne pense pas qu’il puisse supporter les brutalités sur le ring. Si tu le combat à distance, tu perds, tu dois être dur, brutal, pour gagner contre lui. Tu dois être une brute contre les grands combattants

     

    CHADD COLLINS A BATTU DEUX FOIS PAR KO LE CHAMPION DU RADJA SAKMONGKOL SOR SOMMAÏ

     

    Tu es classé au stadium du Radja, il n'y a pas beaucoup de combattants étrangers qui sont dans le ranking des grands stadiums de Bangkok, est ce que tu souhaites un jour avoir l'opportunité de combattre pour une ceinture d'un grand stadium de Bangkok ?

    J’ai eu l’occasion de combattre pour la ceinture du Lumpinee, le 26 décembre 2017. Mais malheureusement, j’ai eu une infection dans le sang et j’ai été forcé de rentrer chez moi en avion pour me faire traiter rapidement. Il y a une raison pour laquelle je me suis installé en Thaïlande et c’est pour combattre pour l’une des deux ceintures de stadium. Mais malheureusement à cause de la politique dans ce sport, cela se produira difficilement...

    Dans ta catégorie, en Thaïlande, il y a justement un étranger, un Français, Rafi Singpatong, qui détient le titre du stadium du Lumpinee, tu devais d’ailleurs le rencontrer mais le combat a été annulé, est ce que ce combat se fera un jour ? Et que penses tu de Rafi Singpatong ?

    Je crois que Rafi est un combattant très fort et j'aimerais beaucoup que ce combat se fasse

     

    L'AFFRONTEMENT ENTRE « L'IMPASSIBLE BROYEUR » ET « LE REQUIN BLANC » DEVAIT AVOIR LIEU LE 26 DÉCEMBRE 2017 AU STADIUM DU LUMPINEE. MATCH ANNULÉ. UN CHOC QUE TOUS LES FANS DE MUAY THAI AIMERAIENT VOIR

     

    Est ce qu'il y a un adversaire en particulier que tu aimerais combattre ?

    Oui, se serait Manachai pour un titre WBC, Rafi pour un titre du Lumpinee et Tawananchai pour la ceinture de Thaïlande ou d'Omnoï

    Tu vis depuis plusieurs années en Thaïlande, est ce que tu arrives à bien vivre avec les bourses de tes combats ou tu as une autre activité financière à côté ?

    Je ne pourrais pas vivre en Thaïlande sans mon bon ami et sponsor depuis longtemps, Steve Hull de QEST Environments. Ce gars a cru en moi depuis que je suis arrivée en Thaïlande

    Tu t’intéresse à la culture Thaïlandaise ?

    Je suis attiré par la culture et je la respect de part ma présence ici. Mais ce n’est pas ma culture. Mais je suis ouvert à tout

    Qu'est ce que tu aimes le plus en Thaïlande après le Muay Thai ?

    La boxe thaïlandaise est la seule chose qui m’a fait connaître ce pays magnifique et m’a amenée à vivre ici, c’est la seule chose que je connaisse et aussi les massages bon marché

    Tu es venu pour combattre la première fois en France le 1er décembre 2018, au gala Credissimmo Golden Fight, tu as rencontré le champion Français Azize Hlali contre qui tu as fait un match nul, que penses tu de ta prestation et de ton adversaire ?

    Globalement, j’ai le sentiment que ma performance n’était pas à la hauteur de la normale. Mais je suis content de ne pas avoir perdu. Azize est un bon gars, je n'ai rien à dire sur lui

    Tu aimerais venir de nouveau combattre dans un gala en France ?

    Oui, j'aimerai bien revenir en France. J'ai été très bien accueilli et respecté lors de mon voyage là-bas. Cela me manque d'avoir une baguette fraîche chaque matin avec ma fiancée (Rire)

    Tu connais des champions Français de maintenant et de l'ancienne génération ?

    Oui, je connais Jean-Charles Skarbowsky et Damien Alamos et des champions de maintenant comme Rafi Bohic et Jimmy Vienot

     

    CHADD COLLINS EST VENU FAIRE UN TOUR AU CÉLÈBRE « SKARBOWSKY GYM » A PARIS, LE CAMP DE L'ANCIENNE STAR DES RINGS JEAN-CHARLES SKARBOWSKY

     

    Que penses tu des combattants Français ?

    Les français ont toujours été des combattants de boxe thaïlandaise parmi les plus forts au monde, sans aucun doute

    Quel est ton meilleur souvenir de boxe jusqu'à présent ?

    Je dirais ma victoire sur Seksan au stadium du Radja !

    Et le pire ?

    Se serait l’entraînement quotidien, parce que c'est tellement dur et répétitif. Il faut faire beaucoup de sacrifices, perdre du poids, beaucoup de leçons pour arriver jusqu'au combat...

    Ton combat le plus dur de ta carrière ?

    En 2016, je venais d’emménager à Bangkok au camp de Sangtiennoi. Après six jours d’entraînement, on m’a demandé de remplacer un combattant du Max Muay Thai. Je n’ai jamais été aussi endolori ni aussi mal en forme et j’ai fait mon premier match nul de ma carrière

    Quels sont tes projets pour 2019 ?

    Des ceintures, des ceintures et encore des ceintures parce que je n’en ai pas et aussi peut-être un contrat... Si c'est bien

    Ton prochain combat ?

    Mon prochain combat est contre Fukashi au Knock Out à Tokyo, au Japon

    Tu veux ajouter quelque chose ?

    Merci pour cette interview et surtout merci encore à mon sponsor Steve Hull. Il y a tellement plus de gens et de choses dont je pourrais parler mais je continuerais pendant des jours. Ces gens savent de qui je parle...

    Merci beaucoup pour cette interview et Chookdee pour ton combat !

    Merci beaucoup



    Chadd Collins surnomméChalam Khao (Le requin blanc) est un jeune Australien de 23 ans installé en Thaïlande qui combat maintenant dans les plus grands stadiums de Bangkok. Il est classé N° 5 au stadium du Radja de Bangkok.

    Ce phénomène a déjà battu des grosses stars Thaïlandaises chez eux telles que Seksan Sor Sommai (Champion TV7, champion du Radja) et Pakorn PK Saenchai (Champion du Lumpinee, champion du Radja, champion du monde WMC). Chadd Collins s’entraînait au camp du légendaire Sangtiennoi Sor Runroj, il est aujourd'hui dans le fameux camp Sitsongpeenong de Phuket.

     

    CHADD COLLINS AVEC LE LÉGENDAIRE SANGTIENNOI SOR RUNGROJ

     

     

    ENTRAÎNEMENT DU « REQUIN BLANC » AU SITSONGPEENONG GYM DE PHUKET

     

     

    Son style agressif et encaisseur plaît énormément aux fans de Muay Thai Thaïlandais. Ce jeune guerrier a pour ambition de conquérir une ceinture du Radja ou du Lumpinee, et pour l'instant rien ne semble arrêter son but.

     

    LE « REQUIN BLANC » DEVANT LE STADIUM DU RADJA. LA CEINTURE DE CE MYTHIQUE STADIUM DE BANGKOK LUI TROTTE DANS LA TÊTE

     

    En février 2017, il a terrassé avec un superbe uppercut le Thaïlandais Lampard Sor Jor Piekuthai. Le 15 juillet, dans le sud de la Thaïlande à Yala au show Thai Fight, devant 50 000 personnes, il a affronté la légende Saenchai dans un combat épique avec une défaite honorable aux points.

     

    CHADD COLLINS AVEC LA LÉGENDE DES RINGS SAENCHAI

     

     

    UN MATCH QUI A EU LIEU DANS L'ORGANISATION THAI FIGHT DEVANT 50 000 SPECTATEURS

     

     

    CHADD COLLINS CONTRE SAENCHAI PK SAENCHAI GYM

     

     

    En avril, à Koh Samui, au Thai Fight, il a perdu aux points contre le champion Manasak Sor Jor Lekmuangnon.

    En août, au stadium du Radja, il a vaincu la terreur thaïlandaise Seksan Sor Sommai.

     

    CHADD COLLINS CONTRE SEKSAN SOR SOMMAÏ

     

     

    Le 11 septembre 2017, au stadium du Radja, le requin blanc a mis KO le tenant du titre du Radja, Sakmongkol Sor Sommai (Actuel champion du Radja en 147 lbs), au troisième round avec un fulgurant coup de coude. Le 23 août 2018, au stadium du Radja, lors du Best Of Siam, l'australien a retrouvé Sakmongkol. Chadd Collins a de nouveau mis KO le champion Thaïlandais au troisième round avec une terrible série aux poings.

     

    CHADD COLLINS CONTRE SAKMONGKOL SOR SOMMAÏ

     

     

    Le 27 septembre 2018 au stadium du Radja, il a affronté l'actuel champion du stadium d'Omnoi en 147 lbs, le solide Ponaik Or Kwanmuang, contre lequel il s'est incliné aux points.

    En octobre, au Top King World Series, il a battu le redoutable Pongsiree PK Saenchai (Champion du Lumpinee).

     

    CHADD COLLINS CONTRE PONGSIREE PK SAENCHAI

     

    Chadd Collins a effectué son dernier combat en France. Au Credissimmo Golden Fight, le 1er décembre, la mâchoire du requin blanc a fait mal. Le Muay Bouk Chadd Collins a fait un gros combat contre le magicien des rings Azize Hlali. Le combat c'est terminé par un match nul !

     

    CHADD COLLINS CONTRE AZIZE HLALI

     

    Le 11 février 2019, à Tokyo, dans la grande organisation Knock Out, Chadd Collins affrontera le dangereux champion Japonais Fukashi “Wonderbird” Mizutani qui est tenant du titre Knock Out !

     

    CHADD COLLINS DANS LE FAMEUX JOURNAL MUAY SIAM

     

    CHADD COLLINS AVEC YOUSSEF BOUGHANEM, LE SEUL CHAMPION ÉTRANGER AU MONDE QUI A GAGNÉ TROIS CEINTURES DES STADIUMS DE BANGKOK, LE LUMPINEE, LE RADJA ET L'OMNOÏ

     

    APRÈS LA BOXE, L'AUTRE PASSION DU CHAMPION CHADD COLLINS C'EST LA PÊCHE AU GROS

     

    CHADD COLLINS

     

    Date de naissance :9 juin 1995

    Poids :65 Kg

    Hauteur :1m79

    Nombre de combats :63. 47 Victoires (24 KO). 14 Défaites. 2 Matchs nuls

    Titre :Champion d'Australie WKN

    Team :Sitsongpeenong Phuket, QEST Environments

     

  • INTERVIEW DE EKOUÉ

    par Nicholas Read (2014)

     

     

     

    Bonjour  Ekoué, Merci de m’accordez cette interview, tu peux te présenter à nos lecteur qui ne connaissent pas Ekoué du groupe de rap « LA RUMEUR » ?

    Ekoué, 39 ans, je suis né à Villiers-le-Bel. J'ai grandi à Élancourt dans le 78 et cela fait bientôt 20 ans que j'habite dans le 18ème. J’officie au sein du collectif « La Rumeur » depuis 1996.

     

     

     

    Quel est ton métier exactement ?

    Je suis artiste et gérant associé d'une société de production.

    Je sais que tu es un passionné de Muay Thai, comment tu as découvert cet Art martial Thaïlandais ?

    A mon adolescence. J'ai découvert le Muay Thai par un ami breton, Greg et Khalid, un marocain. Nous habitions dans le même quartier. L'un pratiquait la boxe chinoise et l'autre le Kung Fu. Nous nous entraînions dans le parc en face de nos bâtiments après avoir visualisé des K7 VHS des combats de Kerner, Dekkers, Dany Bill, Hoost, Kaman etc… Greg a franchi le pas et s'est inscrit dans un vrai club de Muay...

    D’où te vient cette passion pour le Muay Thai ?

    Des différents combats que j'ai vu en K7 puis en vrai. C'est exactement le genre d'Art martial qui correspondait à mon tempérament !

     

     

     

    Tu as grandi en banlieue parisienne, dans ton quartier il y avait des clubs de Boxe Thai ?

    J'ai grandit à Élancourt dans le 78. Le seul club de Muay était à Plaisir, à une dizaine de kilomètres...

    Avant de découvrir le Muay Thai avais tu déjà fais un autre sport de combat ?

    J'ai fait un peu de judo et de la boxe chinoise, mais vraiment vite fait...

    Tu as pratiqué le Muay Thai, quel souvenir gardes-tu de ce sport ?

    C'est Guillaume Kerner qui m'a transmis l'amour définitif de ce sport. Il a été plus qu'un entraîneur. Il m'a enseigné que cet Art martial découlait d'une histoire séculaire. Il faut avant tout respecter cela avant d'appréhender ce sport !

     

    LE BAVAR, HAMÉ, GUILLAUME KERNER,  EKOUÉ

     

     

    En quelle année tu as commencé le Muay Thai ?

    J'ai commencé vers 16 ans mais à peine un an. C'était précisément à Plaisir. Puis je me suis mis à m’entraîner sérieusement vers l'âge de 21 ans.

    C’était dans quel club, avec quel entraîneur ?

    J'étais au Kajin club avec Guillaume Kerner !

     

     

     

    Comment tu as découvert ce club de Muay Thai ?

    Par hasard, en regardant la revue Karaté Bushido...

     

     

     

    Tu te souviens de tes premiers entraînements ?

    J'ai mesuré le travail à effectuer pour avoir une boxe véloce et maîtrisée... 

    Tu t’entraînais régulièrement ?

    J'essayais de m’entraîner au moins deux fois par semaine. C'était compliqué à gérer avec le « son » et les études...

    Dans le club il y avait des champions ? Est ce que tu les connaissais ?

    Oui mais pour être franc, j'étais plus sensible au parcours des futurs champions. Comme mon ami Dino Adad (Champion de France classe A) ou Mounir Bouti (Champion du Monde Amateur) !

     

    DINO ADAD ET MOUNIR BOUTI


     

    Tu mettais les gants avec les champions ?

    Non, j'étais pas au niveau pour.

    Quelle technique tu aimais le plus travailler à la salle ?

    Le middle aux paos.

    Tu aurais aimé faire une carrière dans la boxe ?

    Non ! Il y a des gens qui ont un don pour cela et il y a les autres… je n'ai pas honte de dire que je n'avais ni ce don et ni le niveau...

    Est ce que tu as eu l'occasion de faire de la compétition, de combattre sur un ring ?

    J'aurais dû combattre en C mais cela ne s'est pas fait...

     

     

     

    Est ce que tu es déjà partie en Thaïlande pour t’entraîner dans un camp ? 

    Non jamais. Mais j'ai mon meilleur pote Naref qui vit là bas !

    Tu connais des champions thaïlandais ?

    Bien sûr, mais étrangement j'ai toujours plus suivi les boxeurs européens. Que ce soit de l'école hollandaise et naturellement française.

    Que t'apporte la pratique du Muay ?

    Je ne pratique plus depuis 2006 en gros. Mais je compte reprendre en suivant les conseils de mon pote Dino par exemple...

    Le Muay Thai, c'est dur comme boxe, il y a les coups de coudes, les coups de genoux, tu aurais pu choisir une autre forme de boxe, pourquoi le Muay Thai ?

    J’aime les grands classiques de boxe anglaise comme tout le monde. Mais rien ne me fait plus vibrer qu’un combat de Muay thai. Il y a ce respect des traditions que je ne retrouve pas ailleurs.

    Le côté Art martial du Muay Thai c'est ce qui t’intéresse aussi ?

    C'est surtout ce qui m'intéresse !

     

    HAMÉ, EKOUÉ, LE BAVAR

     

    Actuellement tu continues toujours à t’entraîner ?

    Non plus du tout. Je compte reprendre Incha'Allah !

    Tu assistes parfois à des galas de Boxe Thai ?

    Récemment je suis allé voir Dino Adad  à Japy. Il a gagné aux points assez facilement d'ailleurs !

    Tu connais des grands champions d’aujourd’hui ou de l’époque,  quels sont ceux que tu apprécies ?

    De l'époque il y a ceux que je t'ai cité précédemment...

    Est ce qu'il y a des boxeurs qui t’ont marqué ?

    Kerner, Dany Bill, Dekkers, Krongsak, Prestia, Hoost, Kaman !

    Ils m'ont marqué car ils ont démystifié les fantasmes  autour de ce sport dans les années 90. Les médias avaient tendances à parler du muay thai comme des combats de pitbull clandestins. Il a fallu que ces grands champions montrent à la face de l'Europe combien ce sport était noble, professionnel et intense !

    Que penses tu du niveaux du Muay en France aujourd’hui ?

    Il y aura toujours des grands boxeurs en France. Notamment dans les quartiers. Je ne me fais pas de soucis pour la nouvelle génération.

    Quels combats, que tu as vu en direct, t'as fais le plus vibrer ?

    Dekkers VS Dany Bill !

    Tu connais bien Guillaume Kerner ?

    Oui c'est devenu un ami.

     

    GUILLAUME KERNER

     

     

    Si je te dis Kerner, cela évoque quoi pour toi ?

    Humilité, effort et respect des traditions. Un grand Monsieur !

    Si je te dis Dino Adad qu’on aperçoit dans le clip HORS-SUJET , cela te dis quoi ?

    Dino est également un ami. Je le connais depuis au moins 10 ans. C'est un monstre de travail. Il bosse tous le temps. A chaque fois que je le croise, il sort ou il va à l’entraînement ! 


    DINO ADAD



    LE CLIP "HORS SUJET"

     

     

    Tu peux nous parler de ta rencontre avec Dino ?

    Je l'ai rencontré au club Kajin. Nous avons des connaissances en commun du côté de Brochant. Il incarne à mon sens les plus saines valeurs du muay thai et du sport plus largement. Le travail et le dépassement de soi, l'humilité et le respect de l'adversaire. C'est un garçon qui regarde également l'avenir, qui obtient les diplômes adéquats pour transmettre aux jeunes générations. Il a fait et continu une brillante carrière et nous avons des projets en parallèle. Nous vous en parlerons au moment venu mais je crois pouvoir dire que nous regardons, humblement, dans la même direction. Je pense que nos jeunes ont besoin de figures exemplaires, dans le sport et au delà, et Dino en fait parti...

     

    DINO ADAD

     

    Tu es un membre fondateur du groupe LA RUMEUR, un groupe référence dans le milieux du Hip Hop Français, tu peux nous en parler ?

    Il suffit d'aller sur notre site www.laruemeurmag.com. Mais je résumerai La Rumeur en 3 dates. 19 ans de carrières, 8 ans de procès initiés par Sarkozy et 4 albums !

     

     EKOUÉ, HAMÉ, LE BAVAR

     

    Le Hip Hop et le Muay Thai font souvent bon ménage, tu connais d'autres rappeurs qui pratiquent le Muay Thai ou qui aiment cet Art martial ?

    Oui effectivement. Mais chacun doit rester à sa place. La musique c'est du spectacle, le Muay Thai c'est un art martial et une hygiène de vie. Si je dois faire référence à la boxe dans un clip, j'appelle un vrai praticien. Les rappeurs que se font mousser en faisant du sac ou des paos dans leurs clips, j’ai toujours trouvé ça bidon. C’est mon avis !  Il faut accepter d’être spectateur et mettre la lumière uniquement sur les boxeurs qui transpirent pour nous offrir le meilleur.

    Tu m'as parlé d’un projet sur le Muay Thai, tu peux nous en dire un peu plus ?

    Pas pour l'instant ,car rien n'ai encore fait. Mais, l'idée est sortie des cartons. Il faut juste que nous réunissions les bonnes personnes autour de la table pour faire avancer les choses de façon significative. Cela fait un an que nous en parlons avec Dino. Pour l'instant nous avons mis en place un humble partenariat entre La Rumeur et Dino. L'objectif à moyen terme est de développer une infrastructure sportive...

    Quelle est ton actualité dans le Hip-Hop ?

    Des concerts, un disque inédits pour mars 2015 et le tournage d'un long métrage Incha'Allah !

     

     

    LE CLIP "TOUT BRULE DÉJÀ"

     

     

    Aurais tu le titre d’un album Hip Hop américain et français a faire découvrir à nos lecteurs ?

    « New York State of Mind » de Nas, de l'album « Illmatic » et  « Rien d'impossible » de mon pote Rachid La Hyène !

    Tu veux ajouter quelques choses ?

    Bonne continuation à vous !

    Merci beaucoup pour cette interview et bonne chance pour tes projets !

     

    La Rumeur est un groupe de rap français composé de Ekoué, Hamé, le Bavar, Mourad et de deux DJs, Soul G et Kool M. 

    La Rumeur se considère comme un groupe de rap underground hardcore, souhaitant se différencier en cela du milieu du rap français qui, en grande partie selon eux, adapte ses textes aux exigences des radios, quitte à perdre son caractère subversif (Nous sommes les premiers sur... sur l'album Regain de Tension). Aussi, ils refusent d'atténuer leurs textes pour être diffusés sur des radios commerciales telles Skyrock ou Fun Radio. 

    Ekoué est titulaire d'une maîtrise en Sciences Politiques, d'un DEA en Droit public et a soutenu une thèse sur "l'abstention dans les zones urbaines sensibles". Il est également diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris. Il a collaboré notamment avec : Assassin, Kalash, Less du Neuf, Vasquez de Less du Neuf, Calbo d'Arsenik, K-reen, Casey (avec entre autres Chacun son raccourci et On ne présente plus la famille) » (Texte Wikipédia Encyclopédie ).

     

    EKOUÉ

     

     

     HAMÉ

     

    LE BAVAR

     

    Albums :

     

    L'Ombre sur la mesure (2002)

    Regain de Tension (2004)

    Du cœur à l'outrage (2007)

    Tout brûle déjà (2012)

     

  •  

    GALA TOPKING WORLD SERIES

    SAMEDI 15 NOVEMBRE 2014

    VELODROME NATIONAL

    MONTIGNY-LE-BRETONNEUX

    by Serge TREFEU

     

     

    Le Tournoi Top King World Series, organisé pour la première fois en France, a remporté un vive succès auprès du public français. Ce gros show eu lieu dans le magnifique stadium du Vélodrome National. On doit cette grande soirée aux deux organisateurs Amidou Mezidi et Narit Wongprasertkan qui sont l'un comme l'autre des grands passionnés de Muay Thai. Mr. Wongprasertkan, le patron de la célèbre marque « Top King » a fait les choses en grand pour que le spectacle soit à la hauteur de sa réputation !

    Quand à Amidou Mezidi, il a mis toutes ses tripes pour monter cette grande soirée avec l'organisation thaïlandaise. On peut lui tirer un grand chapeau car organisé avec des thaïlandais, de plus en France, n'est pas une chose facile, cela demande beaucoup d'énergies et énormément de patience.Les thaïlandais sont des grands professionnels dans leur sport national mais ils sont très exigeants !

    Mais tous c'est déroulé sans accrocs. Et, chose assez rare pour un gala de ce niveau, tous les protagonistes étaient présents, pour une fois il n'y eu aucun forfait de boxeur !

    La seule petit bémol, fut pour le thaïlandais Thongchai Sitsongpeenong qui n'était pas du tout au poids pour son combat. Prévu en – 72 Kg contre le français Djimé Coulibaly, le thaïlandais c'est présenté avec 3 Kg en trop. La Team du français a donc logiquement annuler la rencontre. Cet incident n'est en aucun cas la faute de l'organisateur qui ne peut pas vérifier le poids de chaque combattant...

    Samy Sana, présent à la pesée, a accepté d'affronter à 75 Kg le redoutable Thongchai. Sana a montré qu'il avait bien l'esprit d'un guerrier en relevant ce challenge de dernière minute !

    La pesée a été organisé au Prince Palacel'un des lieux les plus branchés des Champs Élysées !

    LE JOURNALISTE DE KARATÉ BUSHIDO PASCAL IGLICKI PRÉSENTE LES BOXEURS !

    LA STAR BUAKAW AU CÔTÉ DU PRÉSIDENT DE LA MARQUE TOP KING, MR WONGPRASERTKAN !

    AMIDOU MEZIDI EXPLIQUE LE CONCEPTE DU TOURNOI TOP KING !

    NARIT WONGPRASERTKAN ET AMIDOU MEZIDI, DEUX ORGANISATEURS QUI COMPTENT ALLER LOIN !

    LE PATRON DU PRINCE PALACE AVEC AMIDOU MEZIDI !

    LES PROTAGONISTES DU TOP KING WORLD SERIES À LA PESÉ :

    ABRAHAM ROQUENI

    MARAT GRIGORIAN

    ABRAHAM ROQUENI (ESPAGNE) VS MARAT GRIGORIAN (ARMENIE) TOURNOI TOP KING !

    CRICE BOUSSOUKOU ET REECE MCALLISTER

    CRICE BOUSSOUKOU (FRANCE) VS REECE MCALLISTER (ANGLETERRE) TOURNOI TOP KING !

    VLADIMIR KONSKY

    NICLAS LARSEN

    VLADIMIR KONSKY (SLOVAQUIE) VS NICLAS LARSEN (DANEMARK) TOURNOI TOP KING !

    AZIZ HLALI

    MARCIN PARCHETA

    AZIZ HLALI (MAROC) VS MARCIN PARCHETA (POLOGNE) TOURNOI TOP KING !

    BUAKAW BANCHAMEK

    STEVE MOXON

    BUAKAW BANCHAMEK (THAILANDE) VS STEVE MOXON (AUSTRALIE) SUPER FIGHT !

    JIMMY VIENNOT ET PAKORN PK SEANCHAI

    PAKORN PK SEANCHAI (THAILANDE) VS JIMMY VIENNOT (FRANCE) SUPER FIGHT !

    SANSATAN SOR SURADEJ ET DYLAN SALVADOR

    SANSATAN SOR SURADEJ (THAILANDE) VS DYLAN SALVADOR (FRANCE) SUPER FIGHT !

    THONGCHAI SITSONGPEENONG (THAILANDE) VS DJIME COULIBALY (FRANCE) SUPER FIGHT !

    DJIME COULIBALY ÉTAIT AFFÛTÉ ET AU POIDS MAIS CE N'ÉTAIT MALHEUREUSEMENT PAS LE CAS DE SON ADVERSAIRE THONGCHAI !

    Le Show fut retransmis en direct sur une TV thaïlandaise (5 heures de décalage horaires avec la France), c'est pour cela que le gala a commencé en fin d'après midi, à 17h30 exactement !

    Une équipe TV française était également présente avec la chaîne Kombat Sport qui a aussi commenté l’événement en live !

    L'ANCIEN CHAMPION DU MONDE KAMEL JEMEL RECONVERTI EN CONSULTANT AVEC LE COMMENTATEUR KAMEL KHEMILI EN DIRECT POUR KOMBAT SPORT !

    La soirée a été animée par le speaker vedette Jean-Paul Maillet qui a chauffé la salle où plusieurs anciens champions étaient présents tels que Guillaume Kerner, Krim Hamitech, Rachid El Hermy, Jean-Charles Skarbowsky, ainsi que des personnalités du show biz comme le rappeur Joey Starr !

    RACHID, JOEY STARR ET PASCAL IGLICKI ONT PASSÉ UNE EXCELLENTE SOIRÉE !

    TOUS LES COMBATTANTS DU TOP KING WORLD SERIES, RÉUNIS SUR LE RING !

    LES DEUX ORGANISATEURS, AMIDOU MEZIDI ETNARIT WONGPRASERTKAN VONT SE PRESENTER SUR LE RING !

    LES THAÏLANDAIS ONT APPORTÉ AVEC EUX DE CHARMANTES ROUNDS GIRLS !

     

    LES FIGHTS (COMBAT EN 3X3) !

     

    ABRAHAM ROQUENI (ESPAGNE) VS MARAT GRIGORIAN (ARMENIE) TOURNOI TOP KING EN - 70 KG !

    Un combat équilibré entre deux frappeurs, l'espagnol plus habitué a combattre en kick boxing, a sorti de beau high kick, mais l’arménien a fait le forcing avec ses poings, surtout durant le dernier round où il a fait compté Roqueni qui perd le combat aux points...

    PAKORN PK SEANCHAI (THAILANDE) VS JIMMY VIENNOT (FRANCE) SUPER FIGHT EN – 66 KG !

    Le courage du jeune Viennot n'a pas suffi à déstabiliser le redoutable Pakorn. Impressionnant d'efficacité, le thaïlandais a terrassé le français au premier round. Viennot a passé quelques beaux middle qui ont touché le thai, mais Pakorn, après une belle projection, a ensuite enchaîné une feinte de middle suivi d'un superbe crochet gauche qui a électrocuté le français !

    VLADIMIR KONSKY (SLOVAQUIE) VS NICLAS LARSEN (DANEMARK) TOURNOI TOP KING EN - 70 KG !

    Ce n'était pas un bon jour pour le slovaque, qui est pourtant un habitué des grands rendez vous, mais face au solide et fantasque Larsen, il a été complémentent débordé. Konsky a subit une avalanche de coup et fut d'abord compté puis mis KO dès le premier round. Le danois est un client sérieux pour la suite du tournoi !

    SANSATAN SOR SURADEJ (THAILANDE) VS DYLAN SALVADOR (FRANCE) SUPER FIGHT EN – 67 KG !

    Certainement le plus beau combat de la soirée entre deux jeunes loups qui nous ont montré du très grand Muay. Salvador prend sans conteste le premier round avec des belles projections et des puissants low kick. La deuxième reprise est assez équilibré avec un léger avantage pour le français. Dans le dernier round, le thai cherche le corps à corps, Sansatan revient plus fort en appliquant sa spécialité les coups de genoux. Les juges optent pour un match nul mais un extra round aura été plus équitable pour départager ces deux grands combattants !

    AZIZ HLALI (MAROC) VS MARCIN PARCHETA (POLOGNE) TOURNOI TOP KING EN - 70 KG !

    Grand combat de Hlali qui se fait toucher durement au premier round mais revient très fort dans le match. Lhali esquive un high kick du polonais mais se fait surprendre ensuite par un coup de coude retourné. Compté huit, le français repart au combat pour dominer outrageusement son adversaire durant les rounds suivants. Hlali a régalé le public en sortant une panoplie de technique qui a perturbé Parcheta. Le gain du combat lui était acquis mais malheureusement, ce soir là, la chance était du côté du polonais. A la fin du dernier round, le français effectue une belle projection mais en tombant sa tête percute durement le ring. Complètement assommé, Hlali se relève difficilement, à moitié KO, il veut repartir au combat. Mais l'arbitre arrête judicieusement le match pour préserver la santé du boxeur...

    BUAKAW BANCHAMEK (THAILANDE) VS STEVE MOXON (AUSTRALIE) SUPER FIGHT EN - 70 KG !

    Le combat vedette que tous le monde attendait arrive avec l'entrée magistral de la star Buakaw. Beaucoup de personnes ont fait le déplacement pour voir le phénomène Buakaw. Ce ne sera pourtant pas le plus beau combat de la soirée. En effet, l'australien n'était pas du même niveau que le seigneur des rings. Après son fameux Ram Muay de l'archer, Buakaw a attaqué les hostilités contre l'australien. Moxon n'a pu opposé que sa vaillance face au thaïlandais qui a fait le spectacle pour son public. Compté plusieurs fois, l'australien a perdu largement le combat...

    CRICE BOUSSOUKOU (FRANCE) VS REECE MCALLISTER (ANGLETERRE) TOURNOI TOP KING EN - 70 KG !

    Face à l'anglais, Boussoukou a bien démarré son combat avec sa boxe posé en faisant même mal à l'anglais qui saigne du nez dès la première minute. Mais le français est tombé contre une véritable machine de guerre, un combattant anglais puissant et précis qui a tous de suite mis la pression sur Boussoukou. Mcallister touche le français avec un magnifique crochet au foie, Boussoukou est compté, il repart au combat mais a du mal à récupérer. Le français combat au moral face à l'anglais qui se déchaîne et sort un puissant coup de genoux au visage qui touche durement Boussoukou. Compté de nouveau, le français est arrêté dès le premier round. Mcallister est la révélation de ce tournoi et devient l'un des grands favoris pour la victoire de ce tournoi !

    THONGCHAI SITSONGPEENONG (THAILANDE) VS SAMY SANA (FRANCE) SUPER FIGHT EN - 75 KG !

    Pour le dernier match de cette grande soirée, Samy Sana nous a gratifié d'un superbe combat. Prévenu au pied levé en remplacement de Coulibaly, Sana a failli réaliser l'exploit de mettre KO dès le premier round le terrible Thongchai !

    Le premier round est pour le français qui a complètement débordé le thaïlandais, Thongchai est touché durement par les parpaings que lui envoi Sana. Au bord du KO, Thongchai finit difficilement le round. Mais le thailandais, dans les deux rounds suivant va user le français avec ses puissants coup de genoux. Sana est toujours présent mais manque de jus, ses middles n'ont pas réussi a déstabiliser la marche en avant du thaïlandais qui gagne le combat aux points. Gloire au vainqueur ! Honneur au vaincu ! Samy Sana a fait un grand combat, il peut être fier de sa prestation !

     

  • HANUMAN FIGHTS

    BOXE THAILANDAISE

    Samedi 2 Mai 2015

    Salle de la Faye

    151 Avenue de la Faye,

    Saint-Hilaire de Riez, 85270

     

     

    FIGHT CARD:

    CLASSE A 

    -63.5Kg

    BEAUBRUN Desty (Phenix) VS MENDES Celestin (Genevillier Boxing Club)

     

    65kg

    KIOTA Manon (BMT 91) VS BAKISSY Laetitia (Phenix)

    -71kg

    Demi-Final du Championnat de France AFMT

    RENAHY Kevin (Supreme ThaiBoxing"Toulouse") VS COLOMBO Cédric (Promthep Gym "Calvi Corse")

    -91kg

    Final du Championnat de France AFMT

    BOUNOUHI Mounir (Team Sam Phallang) VS BACHAR Samih (ES Nanterre)

    CLASSE B

    -48kg

    PIMENTEL Louanne (ATABOXE) VS PAYET Lisiane (Xplosif Gym)

    -57kg

    MAURY Alban (ATABOXE) VS AGUIG Youssef (Xplosif Gym)

    +91kg

    MOBI Brandon (BMT 91) VS NOLLEZ Jeremy (Team SBFY) 

    Dans le gala Hanuman Fights Boxe Thailandaise, il y aura un combat féminin dans chaque classe A B C et des combats d'encadrement en c du club Muay Thai de Saint-Hilaire.

     Tickets en vente: Muay Thai Club de Saint-Hilaire de Riez: 06 65 24 36 79

    Service Municipal des Sports de Saint-Hilaire de Riez: 02 51 59 94 00

    Salle de la Faye

    151 Avenue de la Faye,

    Saint-Hilaire de Riez 85270

     

  •  

    INTERVIEW DE BRASCO

    By Nicholas READ (2017)

     

     

    Nicholas READ: Bonjour Brasco, merci de m'accordez cette interview, une interview qui va plaire à tous les passionnés de rap et de Muay Thai, tu peux te présenter à nos lecteurs qui ne connaissent pas Brasco ?

    BRASCO: Danm Danm Siam Fight Mag comment ça va !
    Je suis Brasco qui se fait appeler maintenant “Sco”, je suis un rappeur français originaire des Antilles (Guadeloupe) depuis les années 90, je me suis fait connaître en faisant de multiple apparitions. J’ai sorti mon 1er album en 2008 (Vagabond) qui a eu un gros succès d’estime grâce aux morceaux comme « Vagabond », « 8000 Km » et « D’une Blessure à l'autre » avec Sarah Riani

     

    CLIP: 8000KM 

     

    CLIP: VAGABOND 


    MORCEAU EN LIVE: D'UNE BLESSURE A L'AUTRE 

     

    Quel est ton métier exactement ?

    Je suis un artiste passionné, je touche un peu à tout donc mon métier est basé uniquement dans l'artistique, la musique, le cinéma, la photo et la réalisation…

     

    Je sais que tu pratiques le Muay Thai depuis quelques années, comment tu as découvert cet Art Martial Thaïlandais ?

    Depuis tout petit étant bagarreur et fan d'arts martiaux, je regardais beaucoup de combats de boxe à la télé, genre UFC dans les années 90, pour après le reproduire dans la rue, mais ce n’était pas la même !
    J’ai eu un gros kiff pour le Muay Thai par la suite dû à tout ces films d’actions asiatiques que je dévorais, entre la boxe Anglaise et Chinoise, le Karaté, le Taekwondo et l'Aïkido, j’ai choisi le Muay Thai, sans le pratiquer au départ mais le Muay m'intéressait plus que les autres disciplines

     

     

    D’où te vient cette passion pour le Muay Thai ?

    C’est mon côté guerrier et ma passion pour le sport de combat, le faite de combiner en plus des poings et des pieds, les coudes et les genoux et même de maîtriser le corps à corps afin de déstabiliser son adversaire pour le faire tomber, je trouve que le Muay est complet et radical dans son genre

     

    Avant de découvrir le Muay Thai est ce que tu avais déjà fait un autre sport de combat ?

    J'ai commencé à faire de l’anglaise puis du MMA et après le Muay Thai

     

    C'est un sport très dur, il y a les coups de coude, les coups de genoux, tu aurais pu choisir une autre forme de boxe, pourquoi le Muay Thai ?

    C’est pour la beauté de ce sport, les techniques, le fait que sa frappe sec, sans chichi et parce que je me suis dit que c’est un sport qui peut être efficace pour se défendre en cas de pépin dans la rue, bien que je ne suis pas du genre à chercher les embrouilles mais on ne sait jamais…

    En quelle année tu as commencé la boxe, c’était dans quel club et avec quel entraîneur ?

    J’ai commencé à pratiquer le Muay avec une petite base d’anglaise. Mais au départ je ne savais pas à qui m’adresser pour pratiquer; c’est partie en faisant une collaboration avec Mathieu Nicourt pour un clip en 2010 que j'ai commencé à pratiquer le Muay. Mathieu Nicourt est un boxeur MMA et propriétaire du F.F.A (Free Fight Academy) à Vitry. Il m'a proposé de venir faire un cour et les cours étaient en deux parties, une partie MMA, tout ce qui est au sol et une partie Muay Thai. Au début, je faisais les deux et au final je me suis dit que je préférais me concentrer sur le Muay d'abord et ensuite on verra pour tout ce qui est technique au sol

     

    Tu peux nous parler du club où tu t'es entraîné ?

    J‘ai tourné dans pas mal de clubs, quand j’ai quitté la F.F.A pour me spécialiser dans le Muay, j'ai été au Phénix 13 Paris après chez les Mahmoudi Gym, entre temps, j'étais souvent de passage à L’UMB et maintenant je suis au Paris 5 Muaythai (Club du champion thaïlandais Krongsak)

     

    Comment tu as découvert ces clubs de boxe thaï ?

    Pour le Paris 5 Muay Thai, c’est en faisant la rencontre du coach Eddy que j’ai su que ma place était parmi les siens, j’en apprend tous les jours et le fait qu'il soit d’origine thaïlandaise et laotienne, je me sens encore plus proche de ce sport…

     

    Tu te souviens de tes premiers entraînements ?

    Ah oui, la misère, je me blessais tout le temps, je savais à peine faire un middle. Mais la passion à fait que j’ai été assidu à l'entraînement, pour te dire, j’ai commencé avec des gars qui ne pratiquent plus aujourd'hui. Mais aussi avec certains qui sont devenus boxeurs pros

     

    Est ce que tu t’entraînes régulièrement ?

    Quand je n’ai pas d'impératif pour mes projets musicaux oui, c’est devenu une drogue et je prends même ça comme quelque chose qui fait partie de moi

     

    Est ce qu'il y a des champions dans ce club, est ce que tu les connaissais avant de venir dans ce club ?

    Il y a des jeunes champions que j’ai appris à connaître et plein de champions qui viennent et qui partent comme un peu partout

     

    Tu mets les gants avec les champions ?

    Bien sûr, je tourne avec des pros et des champions, je suis dans une optique de « plus tu es fort et plus j’ai envie de t'affronter » quand il s’agit de faire un sparring

     

    Qu'est ce qui t'a donné l'envie de faire de la compétition ?

    Le résultat de tout mon apprentissage, j’ai voulu voir ce que je donnais vraiment sur le terrain

     

    Peux-tu nous parler de ton combat à l'UMB FIGHTING 2 qui a eu lieu le 17 Mai 2014 à Perpignan ?

    J'étais impatient et pressé de donner ce que j'avais appris. Mais j'ai compris qu'il fallait bien gérer, vu que c'était mon 1er combat. Au début, je réfléchissais trop, je me disais que je vais faire si ou ça. Mais au final, quand je me suis retrouvé en face de mon adversaire c'est mon instinct qui a pris le dessus. Et avec du recul, je me suis dit que c'était bien mais pas encore au point. Il fallait que je corrige mon instinct de bagarreur et que je garde surtout mon calme…

     

    C’était ton premier combat en classe B ?

    Oui mon 1er combat, exact

     

    Combien tu as fait de combat ?

    7 combats en galas et interclubs

     

    On parle souvent d’adrénaline avant de monter sur scène, est ce que tu as eu la même sensation avant de monter sur le ring ?

    Impatient de monter sur le ring, c'est à peu près le même genre de stress que j'ai eu avant de monter sur scène. C'est à ce moment là que j'essaie de faire le vide pour bien montrer ce que je sais faire

     

    Est ce que tu es déjà parti en Thaïlande pour t’entraîner dans des camps ?

    Oui, je suis parti à Bangkok dans le camp Meenayothin Gym et je compte bien y retourner

     

    L’accueil au camp Meenayothin s’est bien passé ?

    J'ai passé de très bon moment dans ce camp, j'ai été bien accueilli, je me suis très vite adapté à la culture

     

    Qu'est ce que t'a apporté ton séjour en Thaïlande au niveau du Muay Thai ?

    La discipline, la sérénité, le faite d'être coupé du monde et de te concentrer juste sur les entraînements te permet de progresser à fond

     

    As-tu une petite anecdote à nous raconter qui t'es arrivée en Thaïlande ?

    Quand je suis arrivé les thaïlandais du camp était impressionné par ma taille et ma corpulence, du coup ils ont cru que j'allais combattre Buakaw ou faire le Thaï Fight ou un gros gala de ce genre, c'était flatteur, malheureusement je n’avais pas assez d’expérience. Mais je me fais appeler « Soko Punisha » à cause de ma puissance et de mon acharnement !

     

    Tu connais des champions Thaïlandais ?

    Oui bien sûr, grâce à mon coach j'ai rencontré personnellement Krongsak, Aikpracha avec qui j'ai mis les gants, Saenchai, Sudsakorn, Sittichai et pleins d'autres. Mais je ne me rappel plus des noms…

     

    Brasco avec Aikpracha

     

    Aujourd'hui, tu continues toujours à t’entraîner ?

    Oui, toujours à fond !
    Je compte faire le championnat de France l'année prochaine, selon mon organisation dans mon bizness musical

     

    Tu assistes parfois à des galas de Muay Thai ?

    Oui souvent, d’ailleurs j’ai raté le dernier gala Best of Siam mais d'habitude j'y vais

     

    Tu connais des grands champions d'aujourd'hui ou de l'époque, quels sont ceux que tu apprécies ?

    Saenchai qui est quelqu’un de simple et de humble, après des champions français je pourrai t'en citer pleins que j'aime en terme de technicité

     

    Est ce qu'il y a des champions qui t'ont marqué ?

    Saenchai, pour moi c'est l’un des meilleurs avec ses coups spéciaux qu'il fait et sa manière de déstabiliser son adversaire, sa fluidité, on dirait qu’il est dans son salon, le mec toujours à l’aise face à n'importe quel adversaire et à son âge aussi on sent l'expérience. Un combattant qui m'a marqué aussi c'est Ramon Dekkers. Après, en France, il y en a que je respecte comme Dany Bill à l'ancienne, Fabio Pinca que je trouve fort, Jimmy Vienot, Bobo Sako, Johane Beausejour, Aziz Hlali, et le fameux Youssef Boughanem !

     

    Que penses-tu du niveau du Muay Thai en France aujourd'hui ?

    Il y a du « level » c'est sûr. Mais c’est dommage que la France met encore certains freins par rapport à ce sport, je trouve qu'il n'est pas assez reconnu

     

    Le Hip Hop et le Muay Thai font souvent bon ménage, tu connais d'autres rappeurs qui pratiquent le Muay Thai ou qui aiment cet Art Martial ?

    Oui j'en connais un que je trouve très fort, il s'appelle  Tom Wallace « Wall Ace ». Un très bon rappeur et un très bon boxeur de Lyon, il a été champion de France en 2009 FMDA et champion d’Europe 2013 WFC plus un titre international, il a déjà plusieurs ceintures à son actif, il est à fond, je le suis et lui donne la force !


     

    Quelle est ton actualité dans le Hip Hop ?

    J'ai sortie 2 mixtape pour mon retour en tant que “ Sco”, en mars et en juin 2017 et là je sors un album concept à partir de septembre 2017 qui va s'appeler “Sco Punisher”

      

    Quels sont tes projets avenir dans la musique ?

    L’album “Sco Punisher” et après on verra, j’envisage de changer de style de musique, vu que je suis un artiste qui touche à tout

     

    Tu peux nous donner le titre d'un album Hip Hop Américain et Français à faire découvrir à nos lecteurs ?

    Mon Album “Sco Punisher” déjà qui sortira à la rentrée et si les lecteurs veulent écouter du bon son sans se prendre la tête qu'ils écoutent la dernière compilation de DJ Khaled qui s'appelle “Grateful”, il a réuni tous les gros artistes américains du moment pour son projet !

     

    Merci beaucoup pour cette interview et bonne chance pour tes projets !

    Merci à Siam Fight Mag ! En espérant un jour vous voir assister à l’un de mes combats !


  •  

    LE CHAMPION ALBERT VEERA CHEY EN STAGE A TOULOUSE 

    by Serge TREFEU (2016)

    (Photos Nicholas Read et Serge Tréfeu)

     

     

     

     

     

    C'est la première fois que le champion Albert Chey vient faire un stage de Muay Thai dans la ville rose. On doit la venue de ce grand champion à Philippe Baudron, propriétaire du club Supreme Thaiboxing (8 Rue Théron de Montaugé, 31200 Toulouse). Philippe est un grand passionné qui a déjà invité dans son club des légendes françaises telles que Danny Bill, Jean-Charles Skarbowsky et Guillaume Kerner !



    ALBERT VEERA CHEY ET PHILIPPE BAUDRON



    MATHIEU, ALBERT VEERA CHEY, PHILIPPE BAUDRON, NICHOLAS READ

     

    Albert Chey a été l'un des meilleurs boxeurs français des années 2000 et 2010. Chey a fait une carrière exemplaire, il a remporté progressivement ses titres de champion de France amateur jusqu'au titre suprême en professionnel. Il a d'abord gagné le championnat de France en classe D en 2002, puis en classe C en 2003 et en classe B en 2004, pour enfin devenir champion de France en classe A en 2008. Ce surdoué du Muay Thai a remporté son premier titre Pro en 2006, une ceinture de champion d'EuropeWKBC en - 60 Kg contre le champion belge Ali Abrayen. Ensuite, en 2007, il a gagné la médaille d'argentau championnat du Monde Amateur IFMA à Bangkok et en 2008, il a décroché la médaille d'or au championnat du Monde Amateur WMF en Bulgarie !

    Le 28 novembre 2009, à Lyon, Chey combat la première fois pour une ceinture de champion du monde professionnel. Il affronte le tenant du titre, Jomthong Chuwatana, qui est champion du monde WBC depuis un an, une ceinture qu'il a conquis contre le légendaire Anuwat Kaewsamrit. Jomthong est déjà champion du Monde WMC et champion du Radja, il a également reçu le titre de meilleur boxeur de l'année en 2006. Chey va s’incliner aux points face à cette terreur des rings...

    En 2010, Chey gagne une deuxième ceinture de champion d'Europe Pro, il bat par Ko le Portugais Rui Garcia et devient champion d'Europe WPMF des -57 Kg. L'année suivante, Chey va remporter son premier titre mondial, et pas contre n'importe qui, face au thaïlandais Thong Puideenaidee qui a été champion du Lumpinee, champion du Radja et champion de Thaïlande. Chey affronte le thaïlandais qui était alors classé N° 1 dans sa catégorie en Thaïlande, il bat ce redoutable adversaire et accroche à sa taille la ceinture de champion du Monde WMA !

    En 2012, il est donné perdant après une décision litigieuse pour la ceinture de champion du Monde WMC contre l'écossais David Macintosh qui remporte la victoire par décision inversée donnée par le superviseur WMC...

    Mais le 18 mars 2013, Chey va conquérir son deuxième titre mondialen battant l'Italien Gery Bavetta, devenant ainsi champion du Monde ISKA en - 57 Kg !

    Ce grand champion a également combattu dans les deux plus grands stadiums de Bangkok, le Lumpinee et le Radja.

     

    ALBERT CHEY AU LUMPINEE


    • LUMPINEE 1
    • LUMPINEE 2
    • LUMPINEE 3
    • LUMPINEE 4
    • LUMPINEE 5
    • LUMPINEE 6
    • LUMPINEE 7
    • LUMPINEE 8
    • LUMPINEE 9

    Chey a effectué 70 combats avec 60 victoires et battu des champions tels que Mounir Bouti, Karim Benoui, Vatsana Sedone, Rit Kaewsamrit (KO), Petchmonkong (KO), Andres Martinez, Christopher Tang (KO), Bird Som Khan, Amine Zitouni (KO), Xavier Bastard (KO) !

     

    CHEY CONTRE LE PUNCHEUR KARIM BENOUI


     

    Albert Chey était un « fimeuu » (Technicien), mais lorsqu'il combattait, il faisait partie aussi des rares boxeurs étrangers à être un « Kradouk Keng » (Os Dur). En Thaïlande, les combattants « Hommes de Pierre » qui sont surnommés « Kradouk Keng » on les reconnais à leur physique particulier. Leur musculature est différente, à force d’entraînement très dur, de vie saine et sérieuse, ils se sont endurcis mentalement et physiquement. Ce sont des vrais phénomènes qui n'ont jamais mal pendant et après leur combat, ils peuvent recevoir des coups puissants sur le corps, les jambes et n'ont pratiquement pas d'hématome, ne boitent jamais. Le lendemain de leur combat, ils sont frais physiquement, ils vont courir et s’entraînent comme s'ils n'avaient jamais combattus.

    Albert Chey durant sa carrière de combattant avait une hygiène de vie impeccable, ses entraînements quotidien et ses nombreux combats ont endurcie son corps et son mental. Il a fait des grands combats face à des pointures comme Jomthong Chuwattana, Thong Puideenaidee, Karim Benoui, Rit Keawsamrit, Khunponlek Sitbenjama, Mounir Bouti, Amine Kacem, Damien Trainor, Andy Howson, et se blessait pratiquement jamais, n'avait pas d'hématome, il avait une telle condition qu'il pouvait faire de nouveau un combat deux jours après !

    Aujourd'hui, Chey a ouvert sa salle de boxe à Bordeaux, le Veera Boxing Gym où il y enseigne son art depuis quatre ans. Aussi, Albert Chey est depuis plusieurs années responsable et distributeur officiel en France de la célèbre marque de boxe thai " Top King ".

     

     

    Le stage c'est déroulé dans l'enceinte du Supreme Thaiboxing qui est actuellement l'un des complexes les plus grands de France dédié au Muay Thai.

    Albert Chey a donné des cours le matin et l’après midi, le dimanche 24 janvier, il a dévoilé ses enchaînements aux élèves qui ont découvert plusieurs techniques dont notre champion a le secret...

     

    ALBERT CHEY AVEC LES ÉLÈVES DU STAGE

     

    ALBERT AVEC SA FILLE QUI EST L'AÎNÉE, ALBERT A DEUX GARCONS ET UNE FILLE. DES ENFANTS QUI VONT CERTAINEMENT GOÛTER À LA BOXE THAI CAR LA MAMAN, BRIA CHEY, ÉTAIT AUSSI UNE REDOUTABLE BOXEUSE (BRIA LACE A ÉTÉ LA COMBATTANTE ÉTRANGÈRE QUI EST RESTÉE LE PLUS LONGTEMPS DANS LE CÉLÈBRE CAMP DE BANGKOK, LE PINSINCHAI GYM)

     

    LES PHOTOS DU STAGE

    • IMG_1952 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1956 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1959 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1960 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1961 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1962 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1964 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1968 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1970 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1974 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1975 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1981 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1983 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1984 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1985 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_1992 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_2013 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_2016 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_2026 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_2037 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_2047 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_2049 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_2089 [Résolution de l'écran] []
    • IMG_8977 []
    • IMG_8981 []
    • IMG_8988 []
    • IMG_8989 []
    • IMG_8998 []
    • IMG_9007 []
    • IMG_9008 []
    • IMG_9010 []
    • IMG_9017 []
    • IMG_9018 []
    • IMG_9021 []
    • IMG_9022 []
    • IMG_9024 []
    • IMG_9025 []
    • IMG_9029 []
    • IMG_9030 []
    • IMG_9031 []
    • IMG_9032 []
    • IMG_9035 []
    • IMG_9036 []
    • IMG_9038 []
    • IMG_9041 []
    • IMG_9043 []
    • IMG_9046 []
    • IMG_9048 []
    • IMG_9049 []
    • IMG_9054 []
    • IMG_9055 []
    • IMG_9060 []
    • IMG_9065 []
    • IMG_9073 []
    • IMG_9075 []
    • IMG_9078 []
    • IMG_9079 []
    • IMG_9083 []
    • IMG_9087 []
    • IMG_9091 []
    • IMG_9092 []
    • IMG_9095 []
    • IMG_9104 []
    • IMG_9106 []
    • IMG_9108 []
    • IMG_9109 []
    • IMG_9112 []
    • IMG_9117 []
    • IMG_9118 []
    • IMG_9121 []
    • IMG_9125 []
    • IMG_9129 []
    • IMG_9133 []

     

     

     

  • Le SUPREME ARENA

    special report by Serge TREFEU (2012)

     

     

    Le Supreme Arena est un complexe unique qui vient d'ouvrir sur Toulouse. Désormais les habitants de la ville rose peuvent choisir leur sport de combat préféré au sein d'une même structure. Le Supreme Arena réunit un nombre de disciplines vraiment diversifiées tels que le Muay Thai, le Grappling, la Luta Livre, le MMA, le Pancrace, la Lutte, le Jutjitsu Brésilien, le Penchak Silat, le Judo et le Full Contact !

    Les instigateurs de ce grand complexe dédié aux sports de combats sont Philippe Baudron et Thomas Loubersanes. Fort de leur passé de champion, l'un pour le Muay Thai et le Kick Boxing, et l'autre pour le Grappling, ils ont décidé de monter ce superbe ensemble afin de permettre aux adhérents de pratiqués plusieurs disciplines, selon leurs goûts et leur envies. Les cours sont adaptés à tous les niveaux, aussi bien aux débutants qui souhaitent s'initier qu'aux pratiquants confirmés qui désirent se préparer à la compétition, chacun pourra y trouver son compte.

    La salle du Supreme Arena est immense et permet de recevoir plusieurs cours en même temps. De plus, un étage à été aménagé, comprenant des chambres avec douche, sanitaire et une cuisine. Cet espace permet de recevoir des stagiaires ou des combattants qui veulent resté durant plusieurs jours sur place pour s’entraîner ici. Ce lieu d’hébergement est un concept intéressant, il offrira un endroit aux champions qui viendront divulgués leur savoir dans des stages. Les stagiaires, de la France entière, qui souhaiterons participer à des événements organisés par le Supreme Arena pourront bénéficier aussi de ce lieu d’accueil.

    Le premier stage a eu lieu le 27 octobre avec le grand maître de Luta Livre, Master Roberto Leitao (10 ème Dan, le plus gradé au monde) venu spécialement du Brésil de Rio de Janeiro, Maitre Leitao a donné des cours durant deux jours au Supreme Arena, cela été une occasion rare pour les combattants de rencontrer cette légende en France.

    L'un des prochains grand stage organisé par le Supreme Arena aura lieu le 15 décembre 2012 avec le légendaire champion de Muay Thai, Jean-Charles Skarbowsky, le seul étranger à avoir été classé deux fois N° 1 au stadium mythique du Radjadamnern de Bangkok.

    Le club Nakitail Fighting de Maurice Brière va accueillir deux grands champions pour un stage exceptionnel dans les locaux du Surpeme Arena. Le samedi 1er décembre 2012, Fabio Pinca (Champion du Monde WBC, Champion du Tournoi Thai Fight, Champion d'Europe WPKC) et Mickael Piscitello (Champion du Monde WPMF, Champion du Monde A1 WCC) viendront divulgués leur savoir et leur expérience de combattants chevronnés !

    Au Supreme Arena, chaque discipline comprend un ou plusieurs instructeurs de haut niveau. Le Muay Thai est enseigné par Philippe BAUDRON et Nicholas READ. Philippe BAUDRON, champion dans les années 90, a combattu dans le monde entier, notamment au Japon, aussi bien en boxe thai qu'en Kick Boxing. En Kick Boxing, il a remporté trois titres de champion de France et un titre de champion d’Europe, et en boxe thai il a été Vice Champion d’Europe. Nicholas READ a combattu de nombreuse fois en Europe et également aux États-Unis où il a fait un championnat du monde de boxe thai contre Melchor Menor alors champion du Monde WKA. Nicholas READ a aussi gagné une ceinture de Champion d'Europe Pro de boxe thai en 1998.

    La section de Muay Thai comprend déjà beaucoup d'adhérents, la boxe thai dans la région toulousaine se développe énormément, sur les terres du rugby, ce sport attire de plus en plus, et c'est tant mieux...

    L’entraîneur du Grappling, Thomas LOUBERSANES, est un très grand champion, parmi les meilleurs actuels dans sa discipline, il a été champion d’Europe en Pologne et champion du Monde aux États-Unis. Thomas est également ceinture noir de Luta Livre, titre décerné et remis par le grand Maître brésilien Roberto Leitao (Ceinture noire 10 ème Dan). Cette légende des Arts Martiaux était d'ailleurs l'invité d'honneur lors de l'ouverture officielle du Supreme Arena, le 27 octobre 2012.

    Les cours de Jutjitsu sont donnés par la championne Laurence COUSIN FOUILLAT, certainement la plus titrée du Supreme Arena, elle est Championne du Monde de Jutjitsu Brésilien, Vainqueur de la Coupe du Monde de Jutjitsu Brésilien, trois fois Championne du Monde de Grappling, Championne de France de Grappling, Vainqueur de l'ADCC Europe et 3 ème, toute catégorie, des championnats du monde de Jujitsu brésilien à Long Beach aux USA.

    La partie MMA est suivit par l'expérimenté Matthias RICCIO, un ancien combattant pro de MMA qui a affronté des champions comme Mark Epstein, Melvin Manhoef et James Zikic. Riccio a effectué 16 combats pro en MMA et a gagné la ceinture Ultimate Combat en 2002 et en 2004, ainsi que la ceinture Cage Wars en 2002, il est aussi Champion d'Europe de Kick Boxing et champion de France de Pancrace.

    Le Penchak Silat est encadré par Dan BERTRAND (Ceinture noire 2ème Dan de Penchak Silat), la Lutte par Murad Khounkaev (Champion d'Europe de Grappling, 2ème aux championnats de Russie en Lutte libre), le Judo par Richard PAVIA (Ceinture noire 3ème Dan), et le Full Contact avec Karim M'FOCHIVE (Champion de France 2012).

    Avec une telle équipe le Surpeme Arena est en mesure d’accueillir tous les adeptes des sports de combats, les débutants comme les combattants aguerris !

    Mais découvrons le créateur de ce projet unique à Toulouse, l'ancien champion Philippe Baudron, un homme passionné, plein d’enthousiasme, qui met toute sont énergie au service de son club, le Supreme Arena...

    Bonjour Philippe comment ça va, en forme ?

    PHILIPPE BAUDRON : Très bien merci

    PHILIPPE BAUDRON

    Dans quel coin de France tu as grandi ?

    J'ai grandi à Toulouse

    Quels clubs il y avait dans ton quartier ?

    Uniquement le club Carrillo Boxing Center, le club de Jean Carrillo

    Comment tu as découvert la boxe et qu'est ce qui t'a attiré dans ce sport ?

    J'ai découvert ce sport vraiment par hasard et j'aimais parce que cela faisait mal au tibia (Rire)

    Parle nous de ton tout premier club, avec quel entraîneur tu as débuté, comment ce passait les entraînements ?

    J'ai commencé la boxe en 1989 avec Jean Carrillo, mon premier entraîneur, au club Carrillo Boxing Center à Toulouse, on faisait beaucoup de sparring et les entraînements étaient très techniques...

    Lorsque tu as commencé la boxe, est ce qu'il y a des grands champions qui t'ont influencé, des champions qui avaient une belle boxe et dont tu t'es inspiré ?

    Oui j'aimais bien Ramon Dekkers au début, ensuite Danny Bill et Jean-Charles Skarbowsky !

    Vers quel âge tu as fais tes premiers combats ?

    A 14 ans

    Tu es partis t’entraîner en Hollande, comment c'est passé cette aventure au pays du Kick Boxing, c'était en quelle année ?

    C'était en 1995 et en 1996, je me suis entraîné au clubMeang HodeCor Hemmers avec Ramon Dekkers, l’entraînement était vraiment bien encadré et très professionnel !

    Comment tu gérais ton entraînement de haut niveau avec le travail ?

    J'allais courir tous les matins avant d'aller travailler à 7 H, et le soir après le travail à 18 H, j’enchaînais avec l’entraînement du soir, le samedi et le dimanche je faisais des footings...

    Tu as combattu en Muay Thai et en Kick Boxing, est ce que tu as boxé aussi dans une autre forme de discipline ?

    Oui j'ai combattu aussi en Full Contact car à l'époque c'était dur de trouver des combats, on prenait tous ce qu'il y avait...

    Combien tu as fais de combats ?

    J'ai fais 35 combats pour 25 victoires et 10 défaites

    Tu as beaucoup de victoire remporté par KO ?

    Non pas trop car mon point fort c'était les jambes...

    Quels sont les titres que tu as remporté ?

    J'ai été champion d'Europe de Kick Boxing en 1996, trois fois champion de France de Kick Boxing en 1995, 1996 et 1997, Vice champion d'Europe de boxe thai en 1998 et Vice champion d'Europe de Full Contact en 1996

    Tu as combattu au Japon, raconte nous comment cela c'est passé, avec qui tu as combattu, qui était avec toi lors de ce voyage ?

    J'ai boxé au Japon, au Tokyo Dome, en 1998 contre le japonais Hinari Fukatsu, c'était en 51 Kg, c'est l'un des meilleurs combats que j'ai fais, Hinari pour 51 Kg avait un punch extraordinaire, une grosse puissance et une grande rapidité. C'était Jean Carrillo qui m'avait préparé pour ce combat. Au Japon il y avait aussi avec moi Fabrice Allouche et Anthony Elkaim, j'ai fais leur connaissance là-bas, ils ont combattu un jour avant moi...

    Tu es déjà allé en Thaïlande, dans quel camp tu as été ?

    J'ai été cinq fois m’entraîner en Thaïlande, la première fois c'était en 1998, au camp Sor Vorapin à Bangkok, et au camp Kiatprachangsai, aussi à Koh Samui...

    Quelle technique tu affectionnais le plus en combat ?

    Les low Kicks !

    Quel a été ton combat le plus dur ?

    Mon combat le plus dur a été lors de mon premier championnat d'Europe en 96, j'ai boxé contre un danois qui s’appelait Rasmus Miller, c'était un combat dur, car je voulais tellement gagné le titre que j'ai négligé un peu la technique, j'ai pris beaucoup de coups dans la « tronche » mais j'ai gagné quand même...

    Ton meilleur souvenir de boxe ?

    Mes combats remportés avec des titres en jeux ce sont des bons souvenirs !

    Ton pire souvenir de combat ?

    C'est mon combat contre Fabrice Rossi en 98, pour un titre de championnat d'Europe Pro en – 53 Kg, c'est la seule fois où ma mère est venu me voir et j'ai perdu...

    Aujourd'hui tu viens d'ouvrir ton club le Supreme Arena à Toulouse, tu peux nous parler de ce nouveau club ?

    Le Supreme Arena est ouvert depuis un mois et demi, et c'est la première fois que je vois une grosse dynamique autour de plusieurs disciplines, j'ai été épaulé par Thomas Loubersanes qui est le professeur de grappling et de MMA, c'est la première fois que je vois des gens du MMA venir à mes cours de Muay Thai pour se perfectionner, pour essayer, et pareil pour les gens de la boxe thai qui aiment le MMA qui vont essayer les cours de Free Fight, pour voir d'autres choses, ont s'apporte tous mutuellement notre expérience, et cela tire tous le monde vers le haut...

    Combien il y a de discipline au Supreme Arena ?

    Une dizaine de disciplines, Boxe Thai, Grappling, Jujitsu brésilien, Luta Livre,MMA, Pancrace, Penchak Silat, Lutte, Judo, Full Contact, Conditioning, Préparation physique...

    Est ce que tu es tout seul à entraîné dans la section boxe thai ?

    Non il y a aussi mon ami d'enfance Nicholas Read qui a été champion d'Europe en boxe thai en 1998, un grand combattant qui fait partie des tout premiers boxeurs à Toulouse, Nicholas m'épaule pour préparer les boxeurs et aussi pour encadrer les cours...

    NICHOLAS READ

    Comment se passe les cours en boxe thai ?

    D'abord par un échauffement, puis une partie technique, du pao, après on essaye de varier, faire des cours à thème, corps à corps, anglaise, coude, les jambes, et surtout j'essaye d'inculquer à mes élèves une bonne mentalité de boxeur respectueux...

    Au Supreme Arena il y a un espace dédié à l’accueil de personnes qui viennent pour un long séjour sur Toulouse, par exemple pour donner des stages, comment cela se passe ?

    Oui au Supreme Arena nous avons un lieu qui est unique à Toulouse, nous avons des dortoirs où l'ont peut accueillir jusqu’à 15 personnes lors de stage qui dur un week-end ou une semaine, on peut recevoir aussi des compétiteurs de l'extérieur qui viennent se préparer chez nous dans toutes les disciplines, c'est unique...

    Tu veux ajouter quelques chose ?

    Je remercie Thomas qui m'a accompagné dans ce projet, Matthieu qui est notre préparateur physique, je tiens à remercier Cyril et Cédric qui m'ont énormément aidé pour les travaux de la salle, sans eux je pense que la salle n'aurait jamais ouvert en septembre et aussi Hugo Kancel, je remercie tous les professeurs de cette salle car ce sont de grands champions, ils ont pratiquement tous été en équipe de France, que ce soit en Jujitsu, en Judo, en Lutte etc, vraiment un gros potentiel dans cette salle, et merci à toi Serge !

    SUPREME ARENA

    8 Rue Théron de Montaugé

    31200 TOULOUSE

    Métro : Balma-Gramont (5 mn à pied)

    Site Web : www.supremearena.fr

     

    dortoir 1 []
    entre 1 []
    photo []
    photo serge 001
    photo serge 002
    photo serge 003
    photo serge 004
    photo serge 006
    photo serge 008
    photo serge 016
    photo serge 017
    photo serge 020
    photo serge 021
    photo serge 022
    photo serge 028
    photo serge 029
    photo serge 031
    photo serge 033
    photo serge 036
    photo serge 037
    photo serge 039
    photo serge 040
    photo serge 041
    photo serge 042
    photo serge 046
    photo serge 047
    photo serge 053
    photo serge 056
    photo serge 057
    photo serge 060
    photo serge 062
    photo serge 065
    photo serge 069
    photo serge 073
    photo serge 077
    photo serge 078
    photo serge 080
    photo serge 082
    photo serge 083
    photo serge 084
    photo serge 087
    photo serge 088
    photo serge 101
    photo serge 104
    photo serge 113
    photo serge 114
    photo serge 120
    photo serge 126
    photo serge 132
    photo serge 133
    photo serge 139
    photo serge 147
    photo serge 152
    photo serge 161
    photo serge 166
    photo serge 168
    photo serge 179
    photo serge 182
    photo serge 186
    photo serge 189
    photo serge 190
    photo serge 192
    photo serge 195
    photo serge 197
    photo serge 203
    photo serge 227
    photo serge 231
    photo serge 246
    photo serge 256
    photo serge 259
    salle 1 []
    salle repos 1 []
    01/72 
    start stop bwd fwd

     

     

  • LES COMBATS D'ANTHOLOGIE

    DE L'ÂGE D'OR DU MUAY THAÏ

    (CHAPITRE I)

    by Serge TRÉFEU (2019)

     

     

     

    L'âge d'or du Muay Thaien Thaïlande se situe entre la fin des années 80 et la fin des années 90. Une période où il y a eu le plus grands nombres de légendes des rings qui se sont rencontrées dans des matchs d'anthologies. Des promotions qui ont souvent été organisées par le promoteur N° 1 de l'époque M. Songchaï Ratanasuban !

     

    CHAPITRE I

     

    Anantasak Phanyutaphum

    อนันตศักดิ์ พันธุ์ยุทธภูมิ

    Date de naissance : 7 août 1973

    Ville de naissance :Khwao Sinarin dans la province de Surin (Région Nord-Est)

    Team : Phanyutaphum Gym

    Titre :Champion d'Omnoï en 126 lbs (1997), Vainqueur du tournoi Isuzu en 126 lbs (1997), champion du monde en 126 lbs

    Adversaires qu'il a battu :Jaewveha Luktapfah, Tabtimsiam Por Nitiwat, Singdam Or Okrit (KO), Daraeak Sitrungsab (KO), Padejseuk Keatsamran, Dokmaipa Por Pongsawang (KO), Saychon Pichitsuk (KO), Manpachai Singmanasak, Neungsiam Kiatvichan, Saenklai Sitkruhot, Kaengkat Kietkamton, Changnoi Srimongkol , Watcharalek Wongweanyai Plaza (KO), Muengfahlek Kiatvichan, Kukrit Sor Nayayarm (KO), Yodkhunpol Sittripoom (KO), Ithidet Sor Boonya, Komkiet Sor Thanikul

    Signe Particulier :Anantasak de son vrai nom Sutthisak Samaksaman a débuté la boxe à neuf ans. Il a commencé à combattre sous le nom de « Anantasak Satawut » dans un petit camp de la région de Surin. Puis, lorsqu'il a intégré le camp Phanyutaphum à Samut Prakarn, une ville située à 30 Km de Bangkok, il a prit le nom de « Anantasak Phanyutaphum ».

    Le Phanyutaphum Gym de M. Yuthaphum Chaengphona était l'un des camps les plus réputés des années 90, le camp comprenait des champions tels que Rungpichit Phanyutaphum, Singnoï Phanyutaphum, Kongphan Phanyutaphum, M-16 Bor Kor Sor, Charnyuth Bor Kor Sor, Amnuayporn Bor Kor Sor et Anantasak Phanyutaphum.

    Anantasak était un redoutable combattant très technique dont la spécialité était les coups de coude. Son surnom de combattant était « Sokwan » (Le coup de coude comme une hache).

    Anantasak a remporté son premier titre, une ceinture de champion du monde en 126 lbs contre Saenklai Sitkruhot. Puis, en 1997, il a gagné le célèbre tournoi Isuzu au stadium d'Omnoï et la ceinture du stadium d'Omnoï en 126 lbs en battant Singdam Or Okrit. Anantasak a vaincu trois fois Singdam dont deux fois par KO (1 arrêt de l'arbitre, 1 KO).

    L'un de ses combats les plus durs a été contre Jaewveha Luktapfah au stadium du Lumpinee, un match dans lequel les deux boxeurs ont fini la tête ensanglantée avec chacun des ouvertures aux visages dû aux coups de coude.

    Anantasak était aussi un redoutable puncheur, il a terrassé bon nombres de ses adversaires avec ses poings. Il a d'ailleurs fait une belle carrière en boxe anglaise avec une médaille d'or amateur à la King Cup et une médaille d'argent amateur aux Jeux Asiatiques. En professionnel, il a fait sept combats avec six victoires et remporté le titre PABA en super-plume en 2005.

    En 1997, Anantasak a reçu le précieux trophée de « Meilleur boxeur de l'année » par la prestigieuse institution « The Sport Writers Association of Thailand ».

    Après sa carrière, Anantasak a été entraîneur de boxe à l'armée avec le grade de Sergent Major.

     

    Anantasak Phanyutaphum vsDaraeak Sitrungsab(Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Anantasak)

     

    Anantasak Phanyutaphum vsDokmaipa Por Pongsawang(Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Anantasak par KO)

     

    Anantasak Phanyutaphum vsSingdam Or Okrit(Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Anantasak par arrêt de l'arbitre)

     

    Anantasak Phanyutaphum vsTabtimsiam Por Nitiwat(Stadium du Lumpinee 1994, victoire de Anantasak)

     

    Boonlay Sor Thanikul

    บุญหลาย ส.ธนิกุล

    Date de naissance :1970

    Ville de naissance :Chachoengsao (Région Centre)

    Team : Sor Thanikul Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 115 lbs (1992), Champion du Lumpinee en 122 lbs (1994)

    Adversaires qu'il a battu :Jongsanan Fairtex, Chatchai Paiseethong, Karuhat Sor Supawan, Lamnamoon Sor Sumalee (KO), Superlek Sor Isaan, Oley Kiatoneway, Chamophet Ha Phalang, Jaroensap Kiatbanchong, Langsuan Phayutaphum, Wangchannoi Sor Palangchai, Cherry Sor Wanich, Namkabuan Nongkee Pahuyut,Nungubon Sitlerchai

    Signe Particulier :Boonlaya une sœur et un frère jumeaux. Son frère fut un très grand champion qui se nommait Boonlung qui est malheureusement décédé dans un accident de voiture.

    A 13 ans,Boonlayintègre le célèbre camp Sor Ploenchit. Pendant deux ans il combat pour le Sor Ploenchit. Puis, avec son frère, ils partent au camp Sor Thanikul. Boonlay va faire toute sa carrière au Sor Thanikul. Une usine à champion où il y avait les champions Chalonsak, Sombat, Colalek, Samingnoi, Banklanoi, Lom Issan, Prathet, Praptoranee, Khomkiat, Kompetch, Saohin, Kitty, Youssop, Daris, Phansaklek, Phayapnoi, Dieselnoi.

    Boonlay a gagné sa première ceinture du Lumpinee en 115 lbs contre Langsuan Phayutaphum en 1992, ensuite il a remporté la ceinture du Lumpinee en 122 lbs contre Wangchannoi Sor Palangchai en 1994, un titre qu'il a défendu victorieusement contre Oley Kiatoneway. Son nombre de combats est incroyable, il a fait 400 combats pour 300 victoires et 5 nuls, un véritable record.

    Boonlay « Le Méritant » était un technicien exceptionnel, l'un des meilleurs de sa génération. Boonlay Sor Thanikul et Boonlung Sor Thanikul ont été les jumeaux les plus célèbres dans l’histoire du Muay Thai, ces superbes champions ont représenté le camp Sor Thanikul pendant de longues années.

    Boonlay a créé son propre camp qui se nomme le Sor Korpilap, un petit camp ouvert depuis 2010. Le camp est situé au Soï 93 de Sukhumvit Road à Bangkok, dans le même quartier que son ancien camp le Sor Thanikul.

     

    BoonlaySor ThanikulvsOley Kiatoneway(Stadium du Lumpinee, victoire de Boonlay pour la ceinture du Lumpinee)

     

    BoonlaySor Thanikul vs Superlek Sor Isaan (Stadium du Lumpinee, victoire de Boonlay)

     

    BoonlaySor Thanikul vs Karuhat Sor Supawan (Stadium du Lumpinee, victoire de Boonlay)

     

    BoonlaySor Thanikul vs Chamophet Ha Phalang (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Boonlay)

     

    BoonlaySor Thanikul vs Lamnamoon Sor Sumalee (Stadium du Lumpinee 1994, victoire de Boonlay par KO)

     

    Boonlay Sor Thanikul vs Jongsanan Fairtex (Stadium du Lumpinee, victoire de Boonlay)

     

    Boonlay Sor Thanikul vs Jaroensap Kiatbanchong (Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Boonlay)

     

    Chamophet Ha Phalang

    ฉมวกเพชร ห้าพลัง

    Date de naissance : 7 octobre 1962

    Ville de naissance :Chonburi (Région Centre)

    Team : Ha Phalang Gym

    Titre : Champion du Lumpinee en 102 lbs (1980), Champion du Radja en 104 lbs (1980), Champion du Lumpinee en 108 lbs (1981), Champion du Lumpinee en 112 lbs (1982), Champion du Lumpinee en 118 lbs (1983), Champion du Radja en 122 lbs (1989, 1994), Champion du Radja en 126 lbs (1990, 1994)

    Adversaires qu'il a battu : Samarth Payakaroon, Sangtiennoi Sor Rungroj, Kiophit Chuwattana, Narak Sipkraysi, Kongtoranee Payakaroon, Sonsean Sitnoenpayoon, Wanpichit Keannorasing, Jack Kiatniwat, Paydeang Leusakyim, Chaydet Kietkangsing, Jamphatong Nontachai, Samransak Muangsurin, Manasak Sor Ploenchit, Chanchai Sor Thamrangsi, Oley Kiatoneway, Paruhatlek Sitchunthong, Langsuan Phanyuthapum

    Signe Particulier : Son nom de naissance est Vichein Butdee. A15 ans,Chamophet est parti à Bangkok dans le camp Sor Sirinant et il a terminé sa carrière au camp Ha Phalang avec son camarade d’entraînement le légendaire Dieselnoi Chor Thanasukarn.

    Durant sa carrière,Chamopheta effectué 250 combats avec 200 victoires, 48 défaites et 2 nuls. Ce grand champion est l'un des rares boxeurs de l'histoire à avoir remporté 9 ceintures des deux plus prestigieux stadium de Bangkok, le Lumpinee et le Ratchadamnoen.

    A seulement 18 ans, il était déjà champion du Lumpinee. Sa première ceinture du Lumpinee en 102 lbs, il l'a gagné en 1980 contre le légendaire Samart Payakaroon,Chamophet a affronté trois fois Samart Payakaroon, il n'a battu qu'une fois la star des rings.

    La même année, il a gagné la ceinture du Ratchadamnoen en 104 lbs contre Kiophit Chuwattana. En 1981, la ceinture du Lumpinee en 108 lbs contre Narak Sipkraysi. En 1982, la ceinture du Lumpinee en 112 lbs contre Kongtoranee Payakaroon. En 1983, la ceinture du Lumpinee en 118 lbs contre Sonsean Sitnoenpayoon. En 1989, la ceinture du Ratchadamnoen en 122 lbs contre Wanpichit Keannorasing. En 1990, la ceinture du Ratchadamnoen en 126 lbs contre Jack Kiatniwat. En 1994, de nouveau la ceinture du Ratchadamnoen en 122 lbs contre Paydeang Leusakyim. Et sa dernière ceinture, en 1994, la ceinture du Ratchadamnoen en 126 lbs, il l'a gagnée contre Chaydet Kietkangsing.

    Surnommé "Khun Khao Compiuter" (Le coup de genoux informatique), c'était un grand combattant qui maîtrisait les coups de genoux à la perfection. Ses techniques en anglaise étaient aussi redoutées par ses adversaires. Il a d'ailleurs été 6 fois champion d'Asie PABA en boxe anglaise professionnelle (10 victoires, 1 défaite).

    En 1985, Chamophet a été élu« Meilleur boxeur de l'année » par « l'Association des journalistes sportifs de Thaïlande » (The Sport Writers Association of Thailand).

    Chamophet a monté son propre club au Japon et enseigne aujourd’hui son savoir aux japonais.

     

    Chamophet Ha Phalang vs Samransak Muangsurin (Stadium du Lumpinee, victoire de Chamophet)

     

    Chamophet Ha Phalang vs Oley Kiatoneway (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Chamophet par KO)

     

    Chamophet Ha Phalang vsChaydet Kietkangsing (Stadium du Radja 1994, victoire de Chamophet)

     

    Cherry Sor Wanich

    เชอรี่ ส.วานิช

    Date de naissance :30 juin 1969

    Ville de naissance : Nong Ruea dans la province de Khon Kaen (Région Nord-Est)

    Team : Sor Wanich Gym

    Titre :Champion du Lumpinee 130 lbs (1988), Champion du Monde en 130 lbs (1989)

    Adversaires qu'il a battu :Samransak Muangsurin, Nampon Nong Kee Pahuyuth, Saencheung Pinsinchaï, Superlek Sor Isaan (KO), Thedkiet Sitthepikat, Jaroenthong Kiatbanchong, Orono Por Muang Ubon, Buakaw Por Pisichet, Chodhoi Chuchokchaï, Boonchaï Huasaïgym

    Signe Particulier :Son surnom de combattant était « Khun Khao Chalamdam » (Le coup de genoux du requin noir) car c'était un formidable « Muay Khao » (Fort en genoux).

    Cherry a représenté le camp Sor Wanich pendant toute sa carrière. Le camp Sor Wanich, créé par M. Suda Wanich, se trouvait à Chonburi, un camp qui comprenait des champions tels que Anajak Sor Wanich, Changnoï Sor Wanich, Mikael Sor Sukonthip (Le camp Sor Wanich portait aussi le nom de Sor Sukonthip).

    Cherry a remporté la ceinture du Lumpinee en 130 lbs en 1988 contre Saencheung Pinsinchaï, une ceinture qu'il a conservé durant quatre ans, il a perdu sa ceinture face à la starNamkabuan. A sa grande époque, Cherry a remporté des bourses de 150 000 bahts, sa plus grosse bourse a été de 250 000 bahts.

    Cherry a rencontré cinq fois le grand champion Nampon (Frère du champion Namkabuan) Nong Kee Pahuyuth avec deux victoires et trois matchs nuls, il a affronté également quatre fois la terreur Superlek Sor Isaan avec deux victoires et deux défaites.

    Le 31 décembre 1988, à Paris, à la Halle Carpentier, Cherry a affronté dans un combat spécial deux grands champions français de l'époque, Jo Prestia et Joël Cesar. Le thaïlandais qui pesait 62 Kg a d'abord battu Jo Prestia (65 Kg) aux points en trois round. Puis, il a enchaîné les deux derniers round avec Joël Cesar (63 Kg) qu'il a battu aux points. Le combat était retransmis en direct sur une chaîne TV Thaïlandaise.

    En 1989, son combat contre Jareonthong Kiatbanchong a été élu « Meilleur combat de l'année ».

    Cherry a aussi affronté deux fois le puncheur Ramon « Diamond » Dekkers, le hollandais a battu le thaïlandais par KO en 1990 à Amsterdam. Et Cherry a battu aux point le hollandais en 1995 à Bangkok.

    Après sa carrière Cherry a été garde du corps de personnalité en Chine à Macao pendant plusieurs années.

     

    Cherry Sor Wanich vs Jo Prestia et Joël Cesar (Paris Stade Hall Carpentier 1988, victoire de Cherry)

     

    Cherry Sor Wanich vs Jareonthong Kiatbanchong (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Cherry)

     

    Cherry Sor Wanich vs Buakaw Por Pisitchet (Stadium du Radja 1993, victoire de Cherry)

     

    Coban Lookchaomaesaitong

    โคบาล ลูกเจ้าแม่ไทรทอง

    Date de naissance : 4 août 1966

    Ville de naissance :Puttaisong dans la province de Buriram (Région Nord-Est)

    Team : Lookchaomaesaitong Gym

    Titre : Champion du Lumpinee en 130 lbs (1985), Champion du Lumpinee en 140 lbs (1990), Champion du Monde en 140 lbs (1990, 1991, 1992)

    Adversaires qu'il a battu : Noppadet Sorsamroeng, Samransak Muangsurin (KO), Orono Por Muang Ubon, Ban Don Sitbang Ratjan, Superlek Sor Isaan, Falannoy Kietanan (KO),Sornarin Wennakornpatom (KO), Palannoi Kiatanan (KO), Barndon Sitbangprachan (KO)

    Signe Particulier : Coban de son vrai nom Banlu Anwiset, est né à Puttaisong, un village près de la ville de Buriram dans la région nord-est. Très pauvre, il commence sa formation au Muay Thai à 11 ans, chez lui, en tapant dans un sac de riz suspendu à un arbre avec des bandages à la main en fil de ver à soie. Puis, il intègre le camp Soh Samrung, un petit camp dans son village.

    Ensuite, à 13 ans, il va au camp Lookchaomaesaitong dans la ville de Buriram où il restera pendant près de 10 ans. Lorsque le camp ferme, il part à Bangkok pour s’entraîner au camp Khiet Ban Chong et terminera sa carrière dans le célèbre camp Muang Surin.

    Son nombre de combats est de 270 avec 250 victoires dont 90 remportées par KO et 20 défaites.

    A 19 ans, en 1985, il remporte son premier titre de champion du Lumpinee. En 1990, il gagne un deuxième titre du Lumpinee, la même année, il remporte deux titres de champion du Monde, un en Hollande et un autre en France.

    En 1991, il va gagner trois titres de champion du Monde, le premier à Bangkok au Lumpinee, le second en Angleterre et enfin le dernier en Australie. En 1992, il a gagne encore une ceinture de champion du monde en Thaïlande contre Ramon Dekkers.

    Son surnom de combattant, Coban, lui a été donné par l'un de ses professeurs de collège. Parce que lorsqu'il était enfant il s'occupait de buffles. Le buffle en thaïlandais se dit « Cowaï », et son nom de naissance est Banlu, alors son professeur a combiné les deux noms pour donné Coban.

    Et il a bien porté son nom car c'était un véritable « Buffle » sur le ring. Sa puissance de frappe était phénoménale. Avec son menton en acier c’était aussi un incroyable encaisseur. Tous les boxeurs qui ont affronté « The Crusher » (Le Broyeur) se souviennent forcément de leurs combats face à ce broyeur d’os.

    Coban est l’un des plus gros puncheurs de l’histoire du Muay Thai, s’est une légende des rings en Thaïlande. Il a remporté 90 victoires par KO sur ses 270 combats, il a battu par KO des champions comme Sornarin Wennakornpatom, Palannoi Kiatanan, Barndon Sitbangprachan (Pour la ceinture du Lumpinee en 135 lbs) ainsi que des champions étrangers tels que Tommy Van Der Berg, Hector Pena, Joe Villa, Sul Auc. Coban est l'un des rares à avoir battu deux fois par KO le terrible Samransak Muangsurin et il est le seul, dans les années 90, qui a battu par KO au 1er round le légendaire champion hollandais Ramon Dekkers, la terreur des rings de l’époque (2 victoires pour Coban dont une par KO, 2 victoires pour Ramon dont une par KO). Coban a aussi battu des champions étrangers comme Dany Bill, Dida Diafat (2 fois), Tommy Van de Berg (KO), Joao Viera, Hector Pena (KO).

    Coban, le Taureau des rings, a marqué son empreinte à jamais dans l’histoire du Muay Thai. Il est désormais installé aux États-Unis où il enseigne dans son club à New-York.

     

    Coban Lookchaomaesaitong vs Samransak Muangsurin (Stadium du Lumpinee 1991, victoire de Coban par KO)

     

    Coban Lookchaomaesaitong vs Dany Bill (Stadium du Lumpinee 1994, victoire de Coban)

     

    Jaroensap Kiatbanchong

    เจริญทรัพย์ เกียรติบ้านช่อง

    Date de naissance :29 septembre 1971

    Ville de naissance :Thungsong dans la province de Nakhon Si Thamarat(Région Sud)

    Team :Kiatbanchong Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 112 lbs (1991), Champion du Lumpinee en 115 lbs (1992)

    Adversaires qu'il a battu : Langsuan Phayutaphum (KO),Nungubon Sitlerchai, Hippy Singmanee (KO),Pongsiri Rambo Por Rumrudee, Kaensak Sor Ploenchit,Lakhin Wassantasit, Petchruang Or Bonchay, Petchsila Chor Sampithong, Duangsompong Por Pongsawang, Poemsak Buntawee, Kasemlek Keatsiri

    Signe Particulier :Jaroensap vient de la même région que ses camarades Jaroenthong et Oley, Thungsong dans le sud du pays. Jaroensap a représenté pendant toute sa carrière le célèbre camp Kiatbanchong à Bangkok aux côtés des champions Jaroenthong, Oley,Jokapop, Padmadep, Samranthong.

    Jaroensap a remporté sa première ceinture du Lumpinee au début des années 90, la ceinture du Lumpinee en 112 lbs. Ensuite, le 7 août 1992, il a battu le légendaire Langsuan Phayutaphum par KO pour la ceinture du Lumpinee en 115 lbs. Jaroensap avait déjà battu aux points le redoutable Langsuan en 1990. Jaroensap a défendu avec succès sa ceinture en 115 lbs contre le grand champion Kaensak Sor Ploenchit, le 4 décembre 1992. Jaroensap a perdu sa ceinture en 115 lbs contre le roi des coups de genoux de l'époque, Lamnamoon Sor Sumalee, au stadium du Lumpinee, le 30 avril 1993.

    Surnommé Jayphet (Le cœur de diamant), Jaroensap était un superbe Fimeuu (Technicien) qui a marqué les années 90 avec ses magnifiques combats face aux meilleurs du moment.

    En 1992,Jaroensap a été élu« Meilleur boxeur de l'année » par « l'Association des journalistes sportifs de Thaïlande » (The Sport Writers Association of Thailand).

    Jaroensap a maintenant son propre camp, le Jareonsap Muay Thai Gym qui est situé à Pathum Thani juste après l'ancien aéroport de Bangkok. Jaroensap entraîne notamment son fils et d'autres bons boxeurs. Son fils porte le nom de combattant de « Fourwill Sitjaroensap », il combat régulièrement dans les stadiums du Lumpinee et du Radja. En 2018, il a remporté la ceinture True4U en 108 lbs.

     

    Jaroensap Kiatbanchong vs Langsuan Phayutaphum (Stadium du Lumpinee, victoire deJaroensap par KO pour la ceinture du Lumpinee)

     

    Jaroensap Kiatbanchong vsNungubon Sitlerchai Lumpinee (Stadium du Lumpinee 1992, victoire deJaroensap)

     

    Jaroensap Kiatbanchong vs Lakhin Wasantasit (Stadium du Radja 1993, victoire de Jaroensap)

     

    Jaroensap Kiatbanchong vs Pongsiri Rambo Por Rumrudee (Stadium du Lumpinee, victoire de Jaroensap)

      

    Jaroenthong Kiatbanchong

    เจริญทอง เกียรติบ้านช่อง

    Date de naissance : 11 juin 1968

    Ville de naissance :Thung Yai, un village situé dans la province de Nakhon Si Tammarat (Région Sud)

    Team : Kiatbanchong Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 115 lbs (1988), Champion du Lumpinee en 126 lbs (1988), Champion du Lumpinee en 135 lbs (1993), Champion du Monde WMC en 135 lbs (1993)

    Adversaires qu'il a battu :NamponNong Kee Pahuyuth, Chamophet Ha Phalang, Wangchanoi Sor Palangchai, Panomtuanlek Ha Phalang, Phetdam Lukborai, Payanoi Sor Thasanee, Samransak Muangsurin, Therdkiet Sitepitak, Cherry Sor Wanich, Superlek Sor Isaan, Saencheng Pinsinchai, Rajasak Sor Vorapin, Nopadet Narumon, Chanchaï Sor Thamrangsee

    Signe Particulier :Jaroenthongde son vrai nomJaroen Chumaneeest issu d'une grande famille de neuf enfants dont il est le septième enfants de la famille.Son grand frère,Chalamthong Kiatbanchong était un bon combattant et son petit frère Samranthong Kiatbanchong fut un très grand champion. Malheureusement Samranthong est mort tragiquement, en 2008, dans un accident de la route, il avait 37 ans.

    Jaroenthong a effectué toute sa carrière dans le célèbre camp Kiatbanchong. A l'époque, le Kiatbanchong de Bangkok était l'un des camps les plus réputés du pays, il y avait des grands champions tels que Oley, Samranthong, Jareonsap, Isara et Wangchanoi.

    En 1988, Jaroenthong a gagné sa première ceinture du Lumpineeen 115 lbs contre Payanoi Sor Thasanee. Ensuite, il est monté de catégorie et a remporté la ceinture du Lumpinee en 126 lbs contre le puncheur Samransak Muangsurin. Il a gagné sa troisième ceinture du Lumpinee contre le redoutable Therdkiet Sitepitak, la ceinture du Lumpinee en 135 lbs.

    En1993, à l'anniversaire du Roi, il a vaincu le grand Ramon Dekkers et gagné la ceinture de champion du Monde WMC en 135 lbs.

    Le palmarès de Jaroenthong est de 151 combats pour 120 victoires, 29 défaites et 2 matchs nuls.

    Son style de boxe était technique et il avait une boxe intelligente. De plus, il était très bon avec ses poings car il a souvent combattu en boxe anglaise. En boxe anglaise, Jaroenthong a remporté la Médaille d'Or aux Jeux Internationaux à Surathani et la Médaille de Bronze à la Coupe du Roi.

    Son combat le plus dur a été face au légendaire Samart Payakaroon qui l'a battu par KO.

    Sa meilleur bourse, il l'a touché pour son combat contre le grand champion Saencheng Pinsinchai, une bourse de 250 000 bahts.

    Jaroenthong était un magnifique combattant, un boxeur qui maîtrisait l'art de l'esquive. Ce grand champion a souvent fait des combats durs contre des champions qu'il a affronté plusieurs fois comme Nampon (6 fois), Cherry (6 fois), Phetdam (6 fois), Superlek (4 fois), Therdkiet (3 fois) et Radjasak (3 fois).

    Ce formidable champion a aussi battu les redoutables Hollandais Ramon Dekkers, Tommy Vanderberg et André Masseur (KO).

    Jaroenthong après sa carrière de boxeur a créé son camp qui est maintenant célèbre à Bangkok, le Jaroenthong Gym. Il est situé dans le quartier de Wang Thong Lang.

     

    Jareonthong Kiatbanchong vsChamophet Ha Phalang (Stadium du Lumpinee, victoire de Jareonthong)

     

    Jareonthong Kiatbanchong vsRajasak Sor Vorapin (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Jareonthong)

     

    Jareonthong Kiatbanchong vs Nampon Nong Kee Pahuyuth (Stadium du Lumpinee, victoire de Jareonthong. Vidéo en deux parties)

     

    Jareonthong Kiatbanchong vsChanchaï Sor Thamrangsee (Stadium du Lumpinee, victoire de Jareonthong)

      

    Jongsanan Fairtex

    จงสนั่น แฟร์เท็กซ์

    จงสนั่น ลูกคลองบางแก้ว

    Date de naissance :24 juillet 1974

    Ville de naissance :Nong Bua Daeng dans la province de Chaiyaphum(Région Nord-Est)

    Team : Fairtex Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 126 lbs (1992), Champion du Monde IKKC en 147 lbs (2004), Champion du Monde ISKA en 147 lbs (2005)

    Adversaires qu'il a battu : Nuathoranee War Tweekeat,Therdkiet Sitthepitak, Superlek Sor Isaan,Pairoj Wor Wolapon, Phetdam Lookprabat (KO), Sakmongkol Sitchuchoke (KO), Cherry Sor Wanich, Panomrunglek Chor Sawad, Sangtiennoi Sor Rungroj, Dokmaipa Por Pongsawang

    Signe Particulier : Jongsanan de son vrai nom Anucha Chaiyasen est né dans une famille d'agriculteur très pauvre, dans un village de la province de Chaiyaphum où il n'y avait pas d'eau courante ni d'électricité. Il a débuté la boxe à l'âge de onze ans, il a d'abord combattu dans les foires de village de sa région natale.

    A 16 ans, il a intégré le fameux camp Fairtex à Bangkok, un camp qu'il a représenté pendant presque toute sa carrière en Thaïlande. Un camp qui avait ouvert en 1975 à Bangkok dans le quartier de Bangplee et qui était à l'époque des années 80 et 90 l'un des plus luxueux du pays. Le camp Fairtex appartenait au richissime M. Bunjong Busarakamwong appelé Philippe Wong, ce millionnaire possédait plusieurs voitures Rolls-Royce qu'il garait dans un garage près du camp Fairtex. Le Fairtex Gym comprenait des champions tels que Boonkerd Fairtex (Champion du Lumpinee, champion du Radja), Yoknoi Fairtex (Champion du Lumpinee), Fahsritong Fairtex (Champion du Radja), Neungsiam Fairtex (Champion du Lumpinee) et Jongsanan Fairtex (Champion du Lumpinee).

    Surnommé « Manutmay » (L'homme de bois), Jongsanan était un combattant dur au mal et puissant.

    Le 21 février 1992, il a gagné la ceinture de champion du Lumpinee en 126 lbs contre Therdkiet Sitthepitak, une ceinture qu'il a défendu victorieusement contre Superlek Sor Isaan.

    Jongsanan a fait beaucoup de grands combats notamment contreSakmongkol Sitchuchoke qu'il a rencontré sept fois.Jongsanan a battuSakmongkolquatre fois dont deux foispar KO. Et Sakmongkol a remporté trois matchs dont deux par KO.En 1993, leur combat a été élu « Meilleur combat de l'année » au Lumpinee.

    Jongsanan Fairtex est parti en 1998 aux États-Unis pour faire une seconde carrière jusqu'en 2005, il a remporté deux titres de champions du monde lors de sa nouvelle carrière à l'étranger.

    Jongsanan est aujourd'hui entraîneur aux États-Unis à San Fransico au Fairtex Gym, un club qui est très connu dans le pays.

     

    Jongsanan Fairtex vs Superlek Sor Isaan(Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Jongsanan pour la ceinture du Lumpinee)

     

    Jongsanan Fairtex vsPanomrunglek Chor Sawad (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Jongsanan)

     

    Jongsanan Fairtex vsPairoj Wor Wolapon (Stadium du Lumpinee 1995, victoire de Jongsanan)

     

    Kaensak Sor Ploenchit

    แก่นศักดิ์ ส.เพลินจิต

    Date de naissance : 8 avril 1971

    Ville de naissance :Samut Prakarn (Région Centre)

    Team : Sor Ploenchit Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 112 lbs (1989), Champion du Radja en 112 lbs (1989), Champion du Monde WCK en 140 lbs (2000), Champion du Monde IKKC en 140 lbs (2000)

    Adversaires qu'il a battu :Neungubon Sitlerchai, KaruhatSor Supawan, Lamnamoon Sor Sumalee, Jaroensap Kietbanchong, Langsuan Panyuthaphum, Thaweesaklek Ploysakdaa, Vicharn Sitchuenchon, Pharuehaslek Sitchuntong, Denhnue Denmolee

    Signe Particulier : Son nom réel est Pongsak Cheyouchan.Kaensak a combattu pour le célèbre camp Sor Ploenchit Gym de Bangkok pendant 15 ans.

    En 1989, il a remporté la ceinture du Lumpinee en 112 lbs contre Pharuehaslek Sitchuntong et la ceinture du Radja en 112 lbs contre Denhnue Denmolee.

    A seulement 18 ans, il est devenu champion dans les deux plus grands stadiums de la capitale, le Lumpinee et le Radja.

    Kaensak a fait durant sa carrière environ 250 combats avec plus de 200 victoires, environ 40 défaites et 2 matchs nuls.

    Ses combats les plus durs ont été notamment contre Samad, Lamnamoon et Karuhat. Face à Samad Sor Lukidia, en quatre confrontations, Kaensak n'a jamais pu le battre. Les trois rencontres entre le légendaire Lamnamoon Sor Sumalee et Kaensak ont toujours été des matchs titanesques, Kaensak a battu deux fois Lamnamoon aux points et ils ont fait un match nul. Enfin, Kaensak et Karuhat Sor Supawan se sont affrontés quatre fois, Kaensak n'a réussi à vaincre qu'une fois la superstar.

    L'une de ses meilleures performances a été de battre le grand champion du Lumpinee Taweesaklek Ploysakdaa, ce fut sans doute le meilleur souvenir de Kaensak dans sa carrière de combattant.

    Kaensak avait une boxe très efficace qui perturbait ses adversaires avec des enchaînements pieds et poings d'une rapidité phénoménale.

    Kaensak est l'un des rares combattants à avoir été élu deux fois « Meilleur boxeur de l'année » par la prestigieuse institution « The Sport Writers Association of Thailand »,en 1989 et en 1990.

    Au début des années 2000, Kaensak est parti faire une seconde carrière aux États-Unis où il a remporté deux ceintures de champion du Monde dans les fédérations WCK et IKKC, ceintures qu'il a gagnées à l'âge de 36 et 37 ans.

    En 2007, aux États-Unis, il a aussi combattu contre le grand champion français Fabio Pinca pour la ceinture WBC Intercontinental, Kaensak a perdu aux points.

    Aujourd'hui, Kaensak est instructeur de Muay Thai dans l'un des plus célèbres club des États-Unis, le AMA Fight Club à Whippany dans le New Jersey.

     

    Kaensak Sor Ploenchit vsVicharn Sitchuenchon (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Kaensak)

     

    Kaensak Sor Ploenchit vs Lamnamoon Sor Sumalee(Stadium du Radja1993, match nul)

     

    Karuhat Sor Supawan

    คฤหาสน์ ส.สุภาวรรณ

    Date de naissance : 22 mai 1968

    Ville de naissance :Phon dans la province de Khon Kaen (Région Nord-Est)

    Team : Sor Supawan Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 112 lbs, Champion du Lumpinee en 122 lbs

    Adversaires qu'il a battu : Pairojnoi Sor Sayamchai, Chatchai Paiseethong, Meechok Sor Ploenchit, Hippy Singmanee, Kaensak Sor Ploenchit,Chainoi Muangsurin,  Lamnamoon Sor Sumalee, Nungubon Sitlerchai, Kruekchai Kaewsamrit (TKO),Matee Jedipitak, Veerapon Sahaprom, Pongsiri Rambo Por Rumrudee, Saengmorakot Sor Ploenchit

    Signe Particulier : Son vrai nom est Suweet Yuchumphonest. A 15 ans, le jeune Karuhat intègre le prestigieux camp Sor Supawan à Bangkok. Karuhat va rester fidèle à ce camp durant toute sa carrière de combattant.

    Karuhat fait ses premières armes dans la catégorie des 112 lbs où il remporte la ceinture du Lumpinee en 112 lbs contre la terreur du moment Pairojnoi Sor Sayamchai. Puis, il monte de catégorie pour combattre en 115 lbs, il rencontre le grand champion LangsuanPanyuthaphum pour la ceinture du Lumpinee en 115 lbs, Karuhat s'incline aux points face à Langsuan.

    Karuhat passe directement à la catégorie des 122 lbs, une catégorie où il va exceller pendant tout le reste de sa carrière. Il gagne deux fois la ceinture du Lumpinee en 122 lbs, d'abord face au grand championChatchai Paiseethong puis contre Meechok Sor Ploenchit. Karuhat va aussi combattre pour la ceinture du Lumpinee en 122 lbs contre le légendaire Wangchannoi Sor Palangchai et face au redoutable Oley Kiatoneway, Karuhat va perdre aux points ses deux combats.

    Karuhat totalise 190 combats pour 165 victoires (20 KO), 23 défaites et 2 nuls.

    Ses plus durs combats, il les a fait face à Boonlay, Wangchannoi et Hippy. Son combat contre l'immense champion Boonlay Sor Thanikul a été difficile car Boonlay était grand et très technique. Ses combats face à Wangchannoi Sor Palangchai l'ont aussi marqué car en trois confrontations, Karuhat n'a jamais réussi à battre la star Wangchannoi.

    Enfin, Hippy Singmanee a été également un adversaire dangereux pour Karuhat. Les deux hommes se sont affrontés quatre fois avec une victoire pour Karuhat, deux victoires pour Hippy et un match nul.

    Dans les années 90, ce champion hors norme était redouté. Étant de petite taille pour sa catégorie, Karuhat a dû déployer une boxe très habile pour battre ses adversaires souvent plus grands que lui.

    Ce magnifique technicien maîtrisait à la perfection les techniques de contre et de coup de coude. Lors d'un match avec Karuhat, ses opposants étaient presque assurés de finir le combat avec une ouverture au visage.

    Karuhat a eu plusieurs surnoms de combattant car les fans de Muay Thai en Thaïlande adoraient son style de boxe très propre. Pour sa renommée, il était appelé « YodSiyan » (La Superstar), pour sa boxe intelligente, il était surnommé « Yodmuayèchriya » (Le Génie de la boxe) et « Aysiyan » (Le surdoué).

    Karuhat gagnait des grosses bourses lorsqu'il était au Top de sa carrière, l'une de ses plus grosses bourses qu'il a gagnée a été de 300 000 bahts pour son combat contre Kaensak Sor Ploenchit, le 21 mai 1993 au Lumpinee, un combat remporté par Karuhat.

    Ce grand champion a été considéré par de nombreux spécialistes comme le meilleur combattant de la catégorie des 122 livres des années 90.

    Aujourd'hui, ce champion est devenu entraîneur et a son propre camp, le Sitkaruhat Gym qui se trouve dans le quartier de Nong Kheam à Bangkok.

     

    Karuhat Sor Supawan vs Lamnamoon Sor Sumalee (Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Karuhat)

     

    KaruhatSor Supawan vs Kaensak Sor Ploenchit (Stadium du Radja1994, victoire de Karuhat)

     

    Karuhat Sor Supawan vsNungubonSitlerchai (Stadium du Lumpinee1993, victoire de Karuhat)

     

    Karuhat Sor Supawan vsVeeraphol Sahaprom (Stadium du Lumpinee, victoire de Karuhat)

     

    Lakhin Wassantasit

    หลักหิน วสันต์สิทธิ์

    หลักหิน ส.สาหร่ายทอง

    Date de naissance : 17 avril 1972

    Ville de naissance :Khanom dans la province de Nakhon Si Tammarat (Région Sud)

    Team : Galaxy Gym

    Titre :Champion du Radja en 115 lbs (1993), Vainqueur du tournoi Isuzu en 115 lbs (1993), Champion Omnoi en 140 lbs, Vainqueur du tournoi Tam Jai en 140 lbs, Champion du Monde WMC en 140 lbs

    Adversaires qu'il a battu : Wichan Sitchutchoi (KO), Singnoi Sor Prakasan (KO), Sayoknoi Sakphetarun (KO), Daoden Sor Sakasem (KO), Supernoi Sor Talingchan (KO), Chamnan Saknarin (KO), Dejrit Sor Ploenchit (KO), Daeneuha Daenmolee (KO), Piteelek Chaiphiphat, Malakeau Sor Thosaphon, Petcharat Sor Worapin (KO), Chatchainoi Chawraiaoy (KO), Burlek Pinsinchai (KO), Samson Isaan

    Signe Particulier :Lakhin de son vrai nom Wichit Lapmee était surnommé « Mat Phayayom » (Le puncheur de l'enfer). Il a été l'un des plus redoutables puncheurs des années 90. Avec sa frappe destructrice, il a exécuté beaucoup d'adversaires par KO tels que les grands champions Wichan Sitchutchoi, Singnoi Sor Prakasan (Pour la ceinture du Radja), Sayoknoi Sakphetarun (Pour la ceinture d'Omnoi et la finale du tournoi Tam Jai), Daoden Sor Sakasem, Supernoi Sor Talingchan, Chamnan Saknarin, Dejrit Sor Ploenchit, Daeneuha Daenmolee, Chatchainoi Chawraiaoy.

    Lakhin est l'un des rares boxeurs à avoir battu par KO au premier round le légendaire Burlek Pinsinchai. Lakhin était une terreur des rings, surtout au stadium du Ratchadamnoen où il a remporté beaucoup de victoires, il a été élu deux fois « Meilleur combattant de l'année » du stadium du Radja.

    Lakhin a effectué également une belle carrière en boxe anglaise avec 29 combats professionnels pour 27 victoires dont 18 remportées par KO et 2 match nuls, personne n'a réussi à vaincre le puncheur de Nakhon Si Tamarat. Lakhin a gagné en boxe anglaise la ceinture PABA et OPBF et il a fait un championnat du Monde WBA contre le tenant du titre Daorung Chuwattana qui a conservé sa ceinture après un match nul.

     

    Lakhin Wasantasit vs Samson Isaan (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Lakhin)

     

    Lakhin Wasantasit vsWichan Sitchutchoi (Stadium du Radja 1992, victoire de Lakhin par KO)

     

    Lakhin Wasantasit vsPetcharat Sor Worapin (Stadium du Radja, victoire de Lakhin)

     

    Lakhin Wasantasit vsSingnoi Sor Prakasan (Stadium du Radja, victoire de Lakhin par KO pour la ceinture du Radja)

     

     

  • LES COMBATS D'ANTHOLOGIE

    DE L'ÂGE D'OR DU MUAY THAÏ

    (CHAPITRE II)

    by Serge TRÉFEU (2019)

     

     

    L'âge d'or du Muay Thaien Thaïlande se situe entre la fin des années 80 et la fin des années 90. Une période où il y a eu le plus grands nombres de légendes des rings qui se sont rencontrées dans des matchs d'anthologies. Des promotions qui ont souvent été organisées par le promoteur N° 1 de l'époque M. Songchaï Ratanasuban !

     

    CHAPITRE II

     

    Lamnamoon Sor Sumalee

    ลำน้ำมูล ส.สุมาลี

    Date de naissance : 5 mai 1973

    Ville de naissance :Amnat Jaroen dans la province d'Ubon Ratchathani (Région Nord-Est)

    Team : Sor Sumalee Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 115 lbs (1993), Champion du Lumpinee en 126 lbs (1996), Champion du Lumpinee en 130 lbs (1997, 1999), Champion du Monde WPKL en 135 lbs (2004)

    Adversaires qu'il a battu :Chatchai Paiseetong,Samkor Kietmontep, Karuhate Sor Supawan,Langsuan Panyuthaphum,Lippidet Sor Ploenchit, Jaroenchap Kiatbanchong, Matee Jedipitak, Rambojiew Don Golf Service, Chookdee Por Pramuk, Kaoponglek Luksuritham, Attachai Por Samranchai, Krekchai Kaewsamrit, Rittichai Lookchaopodam

    Signe Particulier :Son nom réel est Khukrit Kamolroek. Lamnamoon apprend les bases du Muay Thai dans le camp Sit Pongtap où son grand frère s’entraînait déjà. Il fait environ 20 combats pour le Sit Pongtap puis entre au camp Sor Sumalee à Ubon Ratchathani, un camp dans lequel il restera jusqu'à la fin de sa carrière.

    Lamnamoon a été formé dans le célèbre camp Sor Sumalee au côté d'autres stars telles queDeachkalon, Panomrunglek, Superlek et Jompoblek.

    Deachkalon Sor Sumalee a remporté la ceinture du Lumpinee et une ceinture WBC, il a aujourd'hui son propre camp à Phuket. Panomrunglek Chor Sawat a été champion du Lumpinee, il a affronté notamment le grand champion Dany Bill (Victoire de Dany Bill) et Sakmongkol Sitchutchok, Panomrunglek est décédé il y a quelques années. Superlek Sor Sumalee, connu aussi sous le nom de Superlek Sor Isaan, était un immense champion qui a remporté deux ceintures du Lumpinee, il est malheureusement aussi décédé en avril 2013.

    A 16 ans, Lamnamoon fait son premier combat au stadium du Lumpinee, il a combattu plus de 100 fois dans ce mythique stadium de Bangkok.

    En 1993, il a remporté sapremière ceinture du Lumpinee en 115 lbs contreJaroensap Kiatbanchong. Le 21 mai 1996, il a gagné la ceinture du Lumpinee en 126 lbs contre Matee Jedipitak. En 1997, le 19 décembre, il a battu Samkor Kietmontep pour la ceinture du Lumpinee en 130 lbs. Lamnamoon a remporté de nouveau la ceinture du Lumpinee en 130 lbs en 1999 contre Rambojiew Don Golf Service. Enfin, le 27 mars 2004, il a gagné la ceinture de champion du Monde WPKL en 135 lbs à Rotterdam contre le Hollandais Mustapha Ziani.

    En tout, durant sa carrière, Lamnamoon a fait 200 combats pour 150 victoires et 4 nuls.

    Dans les années 90, ce longiligne combattant maîtrisait à merveille les techniques de coup de genouet ses techniques de corps à corps étaient superbes.Ses coups de genoux étaient si redoutés que les fans de Muay Thai l'avaient surnommé « Khun Khao Weetaan » (Le coup de genou du Vampire). Weetaan en Thaïlande est une sorte de fantôme mystique qui hante les cimetières, c'est l'équivalent des vampires pour les occidentaux. Weetaan est un esprit méchant et malin, Lamnamoon avait donc des techniques de coups de genou très vicieuses.

    Ses plus durs combats ont été contre Boonlay Sor Thanikul qui l'a battu par KO, et face aux redoutables champions que sont Wangchanoi, Kaensak, Karuhat et Chatchai qui l'ont battu aux points.

    Lamnamoon a battu les plus grands champions de son époque comme Chatchai Paiseetong qu'il a affronté cinq fois avec trois victoires pour Lamnamoon et deux défaites,Samkor Kietmontep qu'il a affronté aussi cinq fois avec quatre victoires pour Lamnamoon et une défaite, Karuhate Sor Supawan (Une victoire, une défaite),Langsuan Panyuthaphum (Une victoire, une défaite).

    Ce grand champion qui était à l'époque l'un des meilleurs combattants du célèbre promoteur Songchai Ratanasuban touchait souvent des bourses de 200 000 bahts.

    Lamnamoon a ouvert son camp dans sa région natale d'Ubon Ratchathani, un camp qui se nomme le Sor Sumalee Gym en hommage à son ancien camp qui l'a formé, le camp s’appelle aussi le Lamnamoon Muay Thai Gym.

     

    Lamnamoon Sor Sumalee vs Langsuan Phayutaphum Lumpinee (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Lamnamoon)

     

    Lamnamoon Sor Sumalee vsJaroensap Kiatbanchong (Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Lamnamoon pour la ceinture du Lumpinee)

     

    Lamnamoon Sor Sumalee vsSamkor Kietmontep (Stadium du Lumpinee 1994, victoire de Lamnamoon)

      

    Langsuan Phayutaphum

    หลังสวน พันธ์ยุทธภูมิ

    Date de naissance :1er février 1967

    Ville de naissance : Ban Tom Dong dans la province de Phayao (Région Nord)

    Team : Sasiprapa Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 108 lbs (1989), Champion du Lumpinee en 112 lbs (1991), Champion du Lumpinee en 115 lbs (1992), Champion du Monde en 112 lbs et 115 lbs

    Adversaires qu'il a battu : Samson Isaan, Rambo Pongsiri (KO), Paluhadlek Sitchunthong, Kasemlek Keatsiri, Mickael Sor Ploenchit, Paruhatlek Sitchuchong, Peemai Or Yuthanakorn, Dokmaipa Por Pongsawang, Hippy Singmanee (KO), Thammawit Sakhomsil, Thongsak Fairtex, Jaroensap Kiatbanchong, Wangchannoi Sor Palangchaï, Otnoï Lukprabat,Karuhat Sor Supawan

    Signe Particulier :Langsuan de son vrai nomPinthong Wongpanya a commencé sa formation dans le camp Sak Boontham à Chiangmaï dans le nord du pays, il combattait sous le nom de Pinthongphan Yuthaphum. Puis, il est parti au camp Sasiprapa Gym à Bangkok et a combattu avec le nom de Langsuan Phayutaphum.

    Langsuanétait un redoutable combattant qui maîtrisait parfaitement les techniques de coup de genoux, il était surnommé Khun Khao Raïnamjay (Le coup de genoux majestueux).

    Langsuan a remporté sa première ceinture du Lumpinee en 108 lbs contreParuhatlek Sitchuchong. Ensuite, il a gagné la ceinture du Lumpinee en 112 lbs en battant le grand champion Jaroensap Kiatbanchong. Et il a conquis la ceinture du Lumpinee en 115 lbs contre Dokmaipa Por Pongsawang.Langsuan a également remporté une ceinture de champion du monde en 112 lbs contre le redoutableWangchannoi Sor Palangchaï et une ceinturede champion du monde en 115 lbs face àOtnoï Lukprabat.

    Langsuan est l'un des rares combattants à avoir battu par KO le terrible Pongsiree «  Rambo » Por Ruamrudee, Langsuan a aussi battu aux points Rambo et Rambo a gagné une fois aux points contre Langsuan.

    Langsuan a également terrassé avec une série de coup de genoux le grand champion des années 80, Hippy Singmanee.

    Le 4 mars1988, Langsuan a rencontré Chamophet au stadium du Lumpinee. Le match n'a pas pu se terminer car il y a eu des coups de feu au quatrième round.

    Ce 4 mars 1988 fut la plus grande tragédie au stadium du Lumpinee avec l’assassinat du promoteur Chaiwat Palangwattanakit (Gnow Ha Phalang, propriétaire du célèbre camp Ha Phalang et proche de la mafia). La soirée était organisée par le promoteur Songchai Ratanasuban, et lors du combat vedette entre Chamophet Ha Phalang (Meilleur boxeur de l'année 1985) et Langsuan Phayuthapum (Meilleur boxeur de l'année 1987), au quatrième round, des coups de feu ont été tiré près du ring.

    Il y eu plusieurs morts et beaucoup de blessés dans le public suite à une monstrueuse bousculade. Un spectateur français fut même blessé gravement et transporté à l’hôpital. Les gens s'enfuyaient, laissant les cadavres des victimes, c'était une panique générale. Le promoteur Songchai Ratanasuban, présent à cette soirée, a dû fuir la scène tragique en escaladant les grilles du stadium.

    Langsuan et Chamophet se sont retrouvés plus tard pour un match revanche et Chamophet a battu Langsuan aux points.

    En 1987,Langsuan a été élu« Meilleur boxeur de l'année » par « l'Association des journalistes sportifs de Thaïlande » (The Sport Writers Association of Thailand).

    Sa plus grosse bourse a été de 250 000 bahts contre le champion du Radja, Rajasak Sor Worapin. Le 27 novembre 1989, au stadium du Radja, Rajasak (Champion en titre du Radja en 115 lbs) a battu Langsuan qui détenait alors la ceinture du Lumpinee en 112 lbs.

    Après sa carrière Langsuan est partis plusieurs années au Japon pour enseigner son savoir aux combattants Japonais.

    Aujourd'hui, Langsuan est entraîneur dans le camp Suwannakhiri qui est situé à Ban Maï dans la province de Phayao au nord du pays.

     

    Langsuan Phayutaphum vs Chamophet Ha Phalang(Stadium du Lumpinee 1988, pas de vainqueur, match stoppé à cause d'une fusillade)

     

    Langsuan Phayutaphum vs Samson Isaan (Stadium du Lumpinee 1991, victoire de Langsuan)

     

    Langsuan Phayutaphum vsMickael Sor Ploenchit (Stadium du Lumpinee, victoire de Langsuan)

     

    Langsuan Phayutaphum vsPongsiree «  Rambo » Por Ruamrudee (Stadium du Lumpinee, victoire de Langsuan par KO)

      

    Namkabuan Nong Kee Pahuyuth

    นำขบวน หนองกี่พาหุยุทธ

    Date de naissance : 4 février 1974

    Ville de naissance :Nongkee dans la province de Buriram (Région Nord-Est)

    Team : Nong Kee Pahuyuth Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 130 lbs (1991), Champion du Monde WMC en 130 lbs (1997)

    Adversaires qu'il a battu : Lamnamoon Sor Sumalee, Oley Kiat Oneway,Matee Jedeeptak (KO), Cherry Sor Wanich,Chatchai Phaiseethong, Robert Kaennorasing, Jomrak Lookprabat, Boonlay Sor Thanikul, TherdkiatSitthepitak, Samkor Kietmontep, Sangtiennoi Sor Rungroj, Jongsanan Fairtex, Sakmongkol Sitchuchoke, Nuathoranee Thongraja, Pairot Wor Wolapon

    Signe Particulier : Son nom réel est Naipure Sidjatheuk. Namkabuan est le benjamin d'une famille de huit enfants. Son grand frère Nampon lui fait découvrir la boxe en l’emmenant s’entraîner avec lui au fameux camp Nong Kee Pahuyuth, le camp de MaîtrePramote Haymook.

    Nampon qui avait quatre ans de plus que son petit frère était aussi un grand champion. Il n'avait pas le même style de combat que son jeune frère, Nampon était plus un encaisseur qui avançait sur ses adversaires en envoyant des coups de genoux et des terribles low kick.

    Nampon a fait beaucoup de combats durs, beaucoup trop, des matchs où il s'était souvent ouvert au visage. A tel point que les fans de Muay l'avaient surnommé « Khun Khao Nay Peuaiye » (Le coup de genou reconstruit). Car durant sa carrière, il a eu 72 points de suture, de plus il a eu un grave accident de voiture ce qui lui a valu des points de sutures supplémentaires.

    Nampon a gagné la ceinture du Lumpinee en 112 lbs et 126 lbs, il a rencontré deux fois le grand Samart Payakaroon (2 défaites), deux fois le légendaire Hollandais Ramon Dekkers (1 victoire, 1 défaite), trois fois le redoutable Jaroenthong Kietbanchong (1 victoire, 1 défaite, 1 nul), deux fois le taureau Neutharonee Tongraja (1 victoire, 1 nul) et bien d'autres grands champions comme Orono Por Muang Ubon, Sangtiennoi Sor Rungroj, Cherry Sor Wanich, Phetdam Lukborai.

    Namkabuan est toujours resté fidèle à son camp, le Nong Kee Pahuyuth. Mais lorsqu'il devait combattre dans les stadiums de Bangkok, il finissait sa préparation dans le célèbre camp Muang Surin à Bangkok.

    Ce technicien hors pair a effectué 283 combats pour 266 victoires et seulement 15 défaites et 2 matchs nuls.

    Namkabuan était un immense champion dans les années 90, c'était la star incontestée de tous les aficionados du Lumpinee. Il enflammait le stadium avec ses techniques époustouflantes. Namkabuan était un phénoménal technicien qui a réussi à vaincre des combattants bien plus puissants que lui grâce à sa maîtrise technique exceptionnelle.

    Sa science du ring et sa façon de combattre lui valurent beaucoup de surnoms. L'un des plus connus est sans doute « The Ring Genius » (Le génie des rings) mais il était également appelé « Khun Khao Phanom Rung » (Le coup de genou de Phanom Rung) du fameux temple Phanom Rung dans la région de Buriram.

    Les fans de Muay Thai l'avaient surnommé Djomkaynaa (Le Laboureur). Car sa spécialité était les techniques de saisie des jambes, il saisissait la jambe de son opposant et la levait pour déséquilibrer son adversaire et le faire tomber. Cette technique faisait penser à un agriculteur qui pousse sa charrue et laboure son champ, Namkabuan était le paysan et les jambes de ses adversaires les poignées de la charrue.

    Namkabuan a remporté la ceinture du Lumpinee en 130 lbs le 31 mai 1991 contre Cherry Sor Wanich et l'a conservée durant six ans. Il a gardé son trophée face à de nombreux adversaires, notamment contre des grands champions comme Pairot Wor Wolapon et Nuathoranee Thongraja.

    Faute de challenger, il a laissé vacante sa ceinture pour prendre un titre de champion du Monde WMC en 130 lbs, un titre qu'il a gardé plusieurs années.

    Les deux frères, après leur carrière, ont chacun ouvert un restaurant à Nakhon Ratchassima dans la région du nord-est, des styles de restaurants très connus en Thaïlande qui sont appelés « Neua Yang Kaoli » (Barbecue Coréen) où la spécialité est la grillade de porc. Nampon est malheureusement décédé en 2016 des suites d'une longue maladie.

     

    Namkabuan Nong Kee Pahuyuth vsThedkiat Sitthepitak (Stadium du Lumpinee, victoire de Namkabuan)

     

    Namkabuan Nong Kee Pahuyuth vs Boonlay Sor Thanikul (Stadium du Lumpinee, victoire de Namkabuan)

     

    NamkabuanNong Kee Pahuyuth vs Cherry Sor Wanich(Stadium du Lumpinee1991, victoire de Namkabuan pour la ceinture du Lumpinee)

     

    NamkabuanNong Kee Pahuyuth vs Lamnamoon Sor Sumalee(Stadium du Lumpinee1995, victoire de Namkabuan)

     

    Namkabuan Nong Kee Pahuyuth vs Sangtiennoi Sor Rungroj(Stadium du Lumpinee, victoire de Namkabuan)

     

    Namkabuan Nong Kee Pahuyuth vs Oley Kiatoneway(Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Namkabuan)

     

    Namkabuan Nong Kee Pahuyuth vs Nuathoranee Thongraja (Stadium du Lumpinee, victoire de Namkabuan pour la ceinture du Lumpinee)

     

    Namsaknoi Yudthagarngamtor

    นำศักดิ์น้อย ยุทธการกำธร

    Date de naissance : 13 octobre 1979

    Ville de naissance :Chaiya, dans la province de Surat Thani (Région sud)

    Team : Por Pramuk Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 112 lbs (1995), Champion du Lumpinee en 130 lbs (1999), Champion du Lumpinee en 135 lbs (2000), Champion du Monde WMC en 112 lbs (1995), Champion du Monde WAKO en 154 lbs (2010)

    Adversaires qu'il a battu : Saenchai Sor Kingstar, Lamnammoon Sor Sumalee (KO), Kaolan Kaovichit, Neungpichit Sityodtong, Nontachai Sit O, Samkor Kietmontep, Thongchai Thor Silachai, Pajonsuk Lookprabat, Noppadet Sengsimaigym, Samranchai 96 Peenang, Mangkon Kietsomkoum

    Signe Particulier :Namsaknoi de son vrai nomMuhammud Chaiyamart est né dans un petit village de pêcheurs qui s'appelait Chaiya, dans la région de Surat Thani au sud de la Thaïlande.

    Namsaknoi est le plus jeune enfant de la familleChaiyamart qui comprend cinq garçons et deux filles. Namsaknoi a débuté la boxe avec son grand frère dont le nom de combattant était Ges.

    Il a fait son premier combat à l'age de 8 ans, il a gagné 150 baht, une petite somme qu'il a donné entièrement à sa mère.

    Namsaknoi s'est formé dans deux petits camps près de chez lui, le Pon Pichit et le Sit Kru Pan.

    Ensuite, il est parti à Bangkok et a combattu pour le camp Kiatsingnoi pendant cinq ans. Puis, il a intégré le célèbre camp Por Pramuk àChachoengsao. Il est resté huit ans au camp Por Pramuk au côté du champion Buakaw qui était plus jeune, il avait trois ans de moins que lui.

    Namsaknoi a fait son premier combat à Bangkok à l'âge de 13 ans. La plupart de ses combats ont été effectué dans le stadium du Lumpinee.

    Il a remporté ses premières ceintures importantes en 1995 en battant Neungpichit Sityodtong pour la ceinture du Lumpinee en 112 lbs et la ceinture de champion du Monde WMC en 112 lbs. En 1999, il a gagné la ceinture du Lumpinee en 130 lbs contre Lamnammoon Sor Sumalee qu'il a battu par KO. En 2000, il a remporté la ceinture du Lumpinee en 135 lbs contre Kaolan Kaovichit. Une ceinture du Lumpinee qu'il a conservé jusqu'en 2006, il a défendu sa ceinture avec succès contre les grands champions Noppadet Sengsimaigym, Nontachai Sit O (Deux fois) et Samranchai 96 Peenang. En 2010, il a aussi gagné la ceinture de champion du Monde WAKO en 154 lbs contre l'italien Diego Calzolari qu'il a battu par KO.

    Namsaknoi a fait 300 combats pour 280 victoires, 15 défaites et 5 nuls.

    Son meilleur souvenir de boxe fut son cinquième combats contre le terrible Samkor Kietmontep. Dans lors premiers combats, Samkor l'avait battu deux fois, puisNamsaknoi a gagné une fois et ils ont fait un match nul.Namsaknoi futdonc très heureux de remporter leur cinquième confrontations.

    Namsaknoi est une légende des rings qui a marqué l'histoire du Muay Thai. Il détient le plus long règne en tant que champion du Lumpinee en étant resté invaincu durant six ans pour le titre de champion du Lumpinee en 135 livres. Ce long règne lui valu le surnom de "L'Empereur" par les fans de Muay Thai. Mais il était aussi surnommé « Rachanramuay » (Le Roi du Ramuay) et « Ram Muay Mokii » (Le Ram Muay du sorcier) en référence au magnifique Ram Muay/Way Khru qu'il effectuait à chacun de ses combats. Namsaknoi a reçu deux fois le trophée de « Meilleur Ramuay/Way Khru de l'année » en 2001 et en 2006.

    Son nom de combattant « Namsaknoi » lui a été donné au début de sa carrière pour honorer son oncle qui fut un immense champion et qui se nommait « Namsak Yuntarakit ». Namsak a été le premier combattant à recevoir le trophée de « Meilleur boxeur » par le Roi de Thaïlande. « Namsak » veut dire « Le puissant ». Et « Namsaknoi » correspond au « Puissant Junior (Noi = Petit) ».

    Namsaknoi a battu pratiquement tous les grands champions de son époque et il est l'un des rares combattants à avoir battu par TKO le grand champion japonais Satoshi Kobayashi.

    Namsaknoi a reçu le trophée de « Meilleur boxeur de l'année » par les deux plus prestigieuses associations thaïlandaises. En 1996, il a été élu meilleur boxeur de l'année par « The Sportswriters Association of Thailand » (L'association des journalistes sportifs de Thaïlande) et en 1999 par « The Sports Authority of Thailand » (L’autorité Sportive de Thaïlande).

    Cet immense champion enseigne désormais son savoir dans son camp, le Namsaknoi Muay Thai Gym sur l’île de Koh Pha Ngan dans le sud du pays.

     

    Namsaknoi Yudthagarngamtor vsThongchai Thor Silachai (Stadium du Lumpinee 1997, victoire de Namsaknoi)

     

    Namsaknoi Yudthagarngamtor vsSaenchai Sor Kingstar (Stadium du Lumpinee 1997, victoire de Namsaknoi)

     

    Namsaknoi Yudthagarngamtor vsLamnamoon Sor Sumalee (Stadium du Lumpinee 1999, victoire de Namsaknoi par KO pour la ceinture du Lumpinee)

     

    Nuathoranee Thongraja

    เหนือธรณี ทองราชา

    เหนือธรณี ว.ทวีเกียรติ

    Date de naissance :25 octobre 1971

    Ville de naissance :Ban Phaï dans la province de Khon Kaen (Région Nord-Est)

    Team :Wor Thaweekiat Gym

    Titre :N° 1 du stadium Lumpinee (1993, 1994)

    Adversaires qu'il a battu :Sangtiennoi Sor Rungroj, Den Muangsurin (TKO), Ritthichai Lookchaomaesaitong, Pomphet Naratreekul, Pairoj Wor Wirapon (KO), Jongsanan Fairtex, Ankaradech Por Pao In, Rajasak Sor Worapin, Chodchoy Chuchokchay, Pomphet Naratrikul, Wangchanoi Sor Palangchaï, Jaroenthong Kiatbanchong

    Signe Particulier :Formé au Wor Thaweekiat Gym, puis chez M. Thongraja, Nuathoranee a également combattu pour Master Yodtong, le propriétaire du Sityodtong. Nuathoranee a fait beaucoup de combats extrêmement violent, c'était un rouleau compresseur qui maîtrisait très bien les techniques de coup de coude. Il finissait souvent ses combats avec des ouvertures aux visages, aussi bien lui que ses adversaires. Comme son match contreMatee Jedipitak au stadium du Radja en 1994 où les deux combattants ont fini la tête ensanglantée (Victoire de Matee Jedipitak). Son combat contre le solide Den Muangsurin en 1993 est aussi un match sanglant (Victoire deNuathoranee par arrêt de l'arbitre).Nuathoranee était surnommé par les fans de Muay Thai « Ay Ret Dong » (Le rhinocéros puissant).

    Nuathoranee a été plusieurs fois N° 1 du stadium Lumpinee mais il n'a jamais réussi a remporté une ceinture d'un grand stadium de Bangkok. Il a notamment combattu pour la ceinture du Lumpinee en 130 lbs contre Namkabuan Nong Kee Pahuyuth qui l'a battu aux points.

    Dans les années 90, à Macao, Nuathoranee a tenté un challenge en affrontant deux champions en même temps, il s'agissait des champions français Manu N'Tho et Eddy Saban. Nuathoranee a d'abord rencontré Manu N'Tho puis Eddy Saban. Le match fut très physique surtout contre le cogneur Manu N'Tho. Au final, les juges ont déclaré les deux champions français vainqueurs aux points.

    La star Namkabuan Nong Kee Pahuyuth avait aussi une fois affronté dans un match spécial à Bangkok ces deux champions Manu N'Tho et Eddy Saban. Namkabuan avait remporté le match aux points contre les deux champions français.

    Après sa carrièreNuathoranee est parti entraîner dans un club au Japon.

     

    Nuathoranee Thongraja vs Wangchannoi Sor Palangchai(Stadium du Lumpinee, victoire de Nuathoranee)

     

    Nuathoranee Thongraja vs Sangtiennoi Sor Rungroj (Stadium du Lumpinee 1994, victoire deNuathoranee)

     

    Nuathoranee Thongraja vs Jongsanan Fairtex (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Nuathoranee)

      

    Nungubon Sitlerchai

    หนึ่งอุบล ศิษย์เลิศชัย

    Date de naissance : 20 mars 1971

    Ville de naissance : Ubon Ratchathani (Région Nord-Est)

    Team : Por Muang Ubon Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 105 lbs (1990), Champion du Lumpinee en 112 lbs (1991), Champion du Lumpinee en 115 lbs (1995), Champion du Lumpinee en 118 lbs (1999)

    Adversaires qu'il a battu : Kompayak Singmanee, Langsuan Phanyuthapum (TKO), Yodsiam Sor Pranthalai, Saenchai Sor Kingstar, Wangchainoi Sor Palangchai (KO), Samkor Kiatmontep (KO), Tongchai Tor Silachai, Hansuk Prasatinpanomrung, Silapathai Jocky Gym, Paluhadlek Sitchuntong, Lipidet Sor Ploenchit, Jaroensap Kiatbanchong, Kaensak Sor Ploenchit, Phranphet Mueangsurin,Veeraphol Sahaprom,Karuhat Sor Supawan, Duansongpong Por Pongsawan, Ritidhet Kerdphayak

    Signe Particulier :Nungubon de son vrai nom Samorn Kwamsawat a été initié à la boxe par son grand frère. Formé ensuite par Master Lertchai, un entraîneur de renom qui lui a appris les bases du Muay Thai,Nungubon intègre à 16 ans le campPor Muang Ubon Gym à Ubon Ratchathani. Un camp qui comprenait des grands champions commeOrono et Nungtrakarn.

    Ce formidable combattant était surnommé « Tuan Pey » (Le boiteux). Ce surnom vient du fait que Nungubon a une jambe plus courte que l'autre, sa jambe droite est plus courte que sa jambe gauche. Mais ce petit handicape n'a pas empêché Nungubon de posséder une puissance de frappe phénoménale avec sa jambe gauche, un middle gauche précis et puissant qui a fait mal à bon nombre de ses adversaires.

    Nungubon est l'un des rares combattants à avoir battu par KO le terrible Wangchainoi Sor Palangchai qu'il a battu au deuxième round et le légendaire Samkor Kiatmontep, qu'il a terrassé au troisième round.

    Aussi, Nungubon a laminé le grand championLangsuan Phanyuthapum qui s'est incliné par TKO après avoir été ouvert au visage, pour ce combat, la ceinture du Lumpinee en 112 lbs était en jeu.

    Nungubon a remporté sa première ceinture du Lumpinee en 105 lbs contre Kompayak Singmanee en 1990, puis la ceinture en 112 lbs contre Langsuan Phanyuthapum en 1991, la ceinture en 115 lbs contre Yodsiam Sor Pranthalai en 1995 et enfin la ceinture en 118 lbs contre Saenchai Sor Kingstar en 1999.

    A l'âge de 28 ans, en 1999, Nungubon a battu le jeune prodige du Muay Thai, Saenchai Sor Kingstar et remporté sa dernière ceinture du Lumpinee. Lors de ce combat, Saenchai était âgé de 19 ans, en pleine ascension, champion en titre du Lumpinee en 118 lbs, il avait battu tout le monde dans cette catégorie. C'est d’ailleurs en 1999 que Saenchai a reçu son premier trophée de « Meilleur boxeur de l'année ». Mais l'ancien Nungubon a vaincu le jeune surdoué des rings et lui a ravit sa ceinture.

    Nungubon a effectué 233 combats pour 200 victoires, 30 défaites et 3 matchs nuls, sa plus grosse bourse a été de 180 000 bahts.

    Nungubon était également très fort en boxe anglaise. Il a effectué une remarquable carrière en remportant trois fois le titre PABA en poids coq avec à son actif seize combats professionnels pour quinze victoires.

    Nungubon a créé son propre camp le Sit Nungubon Gym situé àUbon Ratchathani.

     

    Nungubon Sitlerchai vs Silapathai Jockygym (Stadium du Lumpinee 1991, victoire deNungubon)

     

    Nungubon Sitlerchai vsKaensak Sor Ploenchit (Stadium du Lumpinee 1993, victoire deNungubon)

     

    Nungubon Sitlerchai vs Samkor Kietmontep (Stadium du Lumpinee 1995, victoire deNungubon par KO)

      

    Oley Kiatoneway

    โอเล่ห์ เกียรติวันเวย์

    Date de naissance :13 avril 1973

    Ville de naissance :Thung Song dans la province de Nakhon Si Thammarat (Région Sud)

    Team : Kiatbanchong Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 122 lbs (1990)

    Adversaires qu'il a battu :Wangchanoi Sor Palangchai, Pairojnoi Sor Siamchaï, Detduang Por Pongsawang, Dokmaipah Por Pongsawang, Phanpetch Muangsurin, Chamophet Ha Phalang, Superlek Sor Isaan, Namkabuan Nong Kee Pahuyuth, Boonlay Sor Thanikul, Therdkiat Sitthepitak (KO), Ployrungphet Saimunsknooker, Kawao Kor Pongkiat, Peannoi Chuwatthana (KO), Dejrit Sor Ploenchit, Cherry Sor Wanich (KO), Karuhat Sor Supawan, Chainoy Por Somjitair

    Signe Particulier :Son surnom de combattant était « Khaimukdam Andaman » (La perle noire d'Andaman) car il venait de la région sud de la Thaïlande. La mer d'Andaman est une mer de l'océan Indien, bordant les côtes de la Birmanie et de la Thaïlande.

    Oley a représenté pendant des années le fameux camp Kiatbanchong de Bangkok aux côtés des champions Jareonthong, Jaroensap, Jokapop, Padmadep, Samranthong.

    Oley était un combattant Fimeuu (Technicien) doué d'une grande dextérité. Son spécial « coup de genoux sauté » a fait vaciller bons nombres de ses adversaires. Oley a toujours fait des matchs extraordinaires face aux plus grands combattants de sa catégorie. Il a notamment affronté six fois la star de l'époque NamkabuanNong Kee Pahuyuth avec trois victoires et trois défaites.

    Oley a remporté sa ceinture du Lumpinee contre l'autre star du momentKaruhat Sor Supawan.

    Oley Kiatoneway est entraîneur aujourd’hui dans le célèbre camp Parunchaï Gym (Meilleur camp de l'année 2015, meilleur boxeur de l'année TV7 2015 Sing Parunchaï, meilleur entraîneur de l'année 2015 Ajahn Nouwo) situé à Thung Song.

     

    Oley Kiatoneway vs Namkabuan Nong Kee Pahuyuth (Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Oley)

     

    Oley Kiatoneway vs Chamophet Ha Phalang(Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Oley )

     

    Oley Kiatoneway vs Superlek Sor Isaan (Stadium du Lumpinee 1994, victoire de Oley )

     

    Orono Por Muang Ubon

    โอโรโน่ พ.เมืองอุบล

    Date de naissance :14 janvier 1973

    Ville de naissance : Ubon Ratchathani (Région Nord-Est)

    Team : Por Muang Ubon Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 135 lbs (1994, 1995), Champion du Monde en 140 lbs (1995), Champion du Monde en 147 lbs (2000)

    Adversaires qu'il a battu : Jongsanan Fairtex, Pichai Wor Wolapon, Pairoj Wor Wolapon (KO), Krekchai Sor Khettalingchan, Tuktathong Por Pongsawang, Neunthong Singkiri, Sangtiennoi Sor Rungroj, Sakmongkol Sitchuchok, Rodtang Wor Thaweekiet, Nuathoranee Wor Thaweekiet,Namkabuan Nong Kee Pahuyuth, Den Muangsurin, Namphon Nong Kee Pahuyuth, Somchaï Sor Nanthana (KO), Dejpitak Sityodtong, Saenchai Kiatworawut, Jaroenthong Kiatbanchong, Suriya Sor Ploenchit, Kompayak Singmanee, Praphayree Sitphraphom, Jirasak Por Pongsawang

    Signe Particulier :Orono de son vrai nomSomkid Deomprakon est né d'une mère Thaïlandaise et d'un père américain. Il a été formé au Muay Thai dans le fameux campPor Muang Ubon Gym qui comprenait des grands champions comme Nungtrakarn etNungubon.

    L'origine de son nom « Orono » vient de l'ancien champion de boxe vénézuélien, Raphael Orono qui a remporté la ceinture de champion du monde WBC en 115 lbs en 1980. Raphael Orono a perdu pour le championnat du monde WBA en 1985, au stadium du Radja, contre le plus gros puncheur Thaïlandais de l'histoire Khaosaï Galaxy. C'est après avoir vu ce match entre ces deux légendes du noble Art que l’entraîneur du camp Por Muang Ubon a donné le nom de combattant « Orono » à Somkid Deomprakon. Car il trouvait que le champion de boxe anglaise Raphael Orono avait une incroyable ressemblance physique avec le jeune nakmuay Somkid.

    Surnommé « Sam O » (3 O), Orono était un combattant au style particulier, un gaucher très difficile à battre. Un encaisseur exceptionnel qui a parfois prit trop de coups durant sa longue carrière professionnelle. A 40 ans, Orono combattait encore. Il a effectué plus de 250 combats.

    En octobre 1993, Orono a perdu contre Phetdam Sityodthong pour la ceinture du Lumpinee en 135 lbs. Mais il a ensuite gagné cette ceinture du Lumpinee en 135 lbs en 1994, une ceinture qu'il a défendu trois fois victorieusement notamment contre le légendaire Jongsanan Fairtex, le 28 mars en 1995.

    Orono a également remporté une ceinture de champion du monde en 140 lbs contre Sangtiennoi et Nuathoranee. Ainsi qu'une ceinture de champion du Monde en 147 lbs contre le grand champion Français Stéphane Nikiéma à Tokyo en 2000.

    Orono a fait beaucoup de combats très durs notamment contre Sakmongkol Sitchuchok, ils se sont rencontrés sept fois, Orono a gagné une fois, Sakmongkol a gagné cinq fois et ils ont fait un match nul. Les deux champions ont reçu en 1998 pour leur affrontement mémorable le trophée de « Match le plus dur de l'année au Lumpinee ».

    En 1994, le 24 octobre, au stadium du Radja, après la décision du match entre Orono Por Muang Ubon et Pairoj Wor Wolapon, les parieurs ont déclenché une émeute dans le stadium qui a failli dégénérer. Pairoj Wor Wolapon avait été donné vainqueur aux points à la grande surprise du public. Pour calmer la foule, le responsable officiel a dû annoncer au micro l'annulation du verdict, le résultat fut un match sans vainqueur. Orono et Pairoj se sont retrouvés un an après, le 24 décembre 1995, au stadium du Lumpinee, et Orono a remporté le match par KO. Le match a été élu « Meilleur combat de l'année » par « l'Association des journalistes sportifs de Thaïlande ».

    En 1994,Orono a aussi été élu« Meilleur boxeur de l'année » par « l'Association des journalistes sportifs de Thaïlande » (The Sport Writers Association of Thailand).

    Orono est sans doute l'un des champions Thaïlandais des années 90 qui a rencontré le plus de combattants étrangers.

    A 19 ans, en 1993, Orono a battu le légendaire Hollandais Ramon Dekkers à Bangkok. Il a gagné de nouveau contre le Hollandais en 1995.

    Orono a affronté des champions tels queFarid Villaume (Défaite), Mickael Lieuwfat (Victoire par KO), Morad Sari (1 victoire, 1 défaite), Soren Eminentair (Défaite), John Wayne Parr (1 victoire par TKO, 1 défaite), Dany Bill (2 Défaites), Stéphane Nikiéma (Victoire), Jean-Charles Skarbowsky (2 défaites dont une par TKO, 1 match nul), Vlad Malko (Victoire par TKO).

    Orono est aujourd'hui entraîneur dans le camp 13 Coins Resort à Bangkok.

     

    Orono Por Muang Ubon vs Jareonthong Kiatbanchong (Stadium du Lumpinee 1993, victoire deOrono)

     

    Orono Por Muang Ubonvs Namkabuan Nong Kee Pahuyuth (Stadium du Lumpinee 1995, victoire deOrono)

     

    Orono Por Muang Ubon vsNuathoranee Thongraja (Stadium du Lumpinee 1997, victoire de Orono)

     

    Orono Por Muang Ubon vs Sakmongkol Sitchuchok(Stadium du Lumpinee 1998, match nul)

     

    Rajasak Sor Vorapin

    ราชศักดิ์ ส.วรพิน

    Date de naissance : 23 février 1967

    Ville de naissance :Chamni dans la province de Buriram (Région Nord-Est)

    Team : Sor Vorapin Gym

    Titre :Champion du Radja en 115 lbs (1989), Champion du Radja en 122 lbs (1990), Champion du Radja en 126 lbs (1991)

    Adversaires qu'il a battu :Jaroenthong Kiatbanchong, Pannarin Sor Suwanphakdi, Padedseuk Kietphayathai, Banluedej Lookprabaht, Jongrak Lookprabaht, Saenpetch Chor Waikon, Samernoi Tor Boonlert, Padphon Dejritta, Langsuan Phanyutaphum, Thedkiet Sitthepikat, Ekapol Chuwatthana, Jack Kiatniwat (KO), Robert Kaennorasing, Chamophet Ha Phalang, Neungsiam Kiatvichan, Wanghin Por Chaiwat

    Signe Particulier :Rajasak de son vrai nom Phusak Kerdrum était un redoutable combattant qui maîtrisait les coups de genoux à la perfection. Il était surnommé « Khun Khao Laweeyan » (Le coup de genoux mortel) et « Khun Khao Kmer » (Le coup de genoux Khmer).

    Dans les années 90, Rajasak a fait la renommé du fameux camp Sor Vorapin dont les propriétaires étaient Surapon et Vorapin Rungsikulpipat.

    Le couple Surapon et Vorapin Rungsikulpipat tenaient un restaurant près de la célèbre rue Khao San Road à Bangkok. Après leur business dans la restauration, ils se sont mis dans la promotion de la boxe en créant le camp Sor Vorapin en 1984. Ce camp a produit de nombreux champions jusqu'à la fin des années 90, Rajasak fut l'un des derniers grands champions du camp Sor Vorapin. Le camp Sor Vorapin comprenait à sa belle époque des champions comme Pornthep, Phonnoi, Runfaa, Maneua, Pornchai, Sakchai, Somchai, Chaïchana, Thepchaï, Rungsak, Ketpetch, Ratanapol, Ratanachaï, Kaïchon, Kosol, Jaiphet, Tanongsak, Kriengkai et Rajasak.

    En 1989, Rajasak a remporté sa première ceinture du Radja contre Ekapol Chuwatthana, la ceinture du Radja en 115 lbs. Rajasak a ensuite gagné la ceinture du Radja en 122 lbs en 1990 et la ceinture du Radja en 126 lbs en 1991.

    Le 27 novembre 1989 au stadium du Radja, Rajasak a rencontré Langsuan Phanyutaphum. Rajasak était le tenant du titre du Radja en 115 lbs et Langsuan le tenant du titre du Lumpinee en 112 lbs. Après un match épique, Rajasak a battu le grand champion Langsuan.

    Le 30 janvier 1991, Rajasak a affronté la star du moment Jareonthong Kiatbanchong. Rajasak qui était champion du Radja a battu aux points Jaroenthong au stadium du Radja. Les deux champions se sont retrouvés en 1991 et 1992 au stadium du Lumpinee et Jareonthong a battu deux fois aux points Rajasak. En 1991, le 20 décembre, au stadium du Radja, Rajasak a aussi battu le champion du Lumpinee Thedkiet Sitthepikat. Auparavant, à Samut Prakarn, il avait vaincu le légendaire Chamophet Ha Phalang.

    Lorsque Rajasak a fini sa carrière il a été entraîneur au camp Sor Vorapin, puis dans d'autres camps de Bangkok.

     

    Rajasak Sor Vorapin vsBanluedej Lookprabaht (Stadium du Radja 1993, victoire de Rajasak)

     

    Rajasak Sor Vorapin vsJongrak Lookprabaht (Stadium du Radja 1994, victoire de Rajasak)

      

    Sakmongkol Sitchuchok

    ศักดิ์มงคล ศิษย์ชูโชค

    Date de naissance : 6 juillet 1973

    Ville de naissance :Prachin Buri (Région Est)

    Team : Sitchuchok Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 135 lbs (1994), Champion du Monde WMTC en 160 lbs (1996), Champion du Monde WPKL en 160 lbs (1998, 1999)

    Adversaires qu'il a battu :Panomrunglek Chor Siwat,Jongsanan Fairtex (KO), Orono Por Muang Ubon, NamkabuanNongkee Pahuyut, Sangtiennoi Sor Rungroj, Chanchai Sor Tamrangsee,Cherry Sor Wanich, Coban Lookchaomaesaitong,Nuanthoranee Thongraja,Nungubon Sitleartchai

    Signe Particulier :Sakmongkol commence la boxe très tôt, à l'âge de 6 ans et il fait son premier combat à 8 ans. Son nom de naissance est Kalek Mongkhon. Son père, un passionné de boxe, lui apprend les bases du Muay Thai. Puis, Sakmongkol entre dans le camp Sitchuchok qui se trouvait dans la région de Trat dans le village de Bo Rai. Il fera pratiquement toute sa carrière au Sitchuchok. A 12 ans, il fait son premier combat dans un grand stadium de Bangkok.

    Sakmongkol remporte sa première ceinture en 1994, la ceinture du Lumpinee en 135 lbs. Il batPanomrunglek Chor Siwat et devient champion du Lumpinee en 135 lbs, un titre qu'il va défendre victorieusement plusieurs fois.

    En 1996, il affronte le redoutable Hollandais Ivan Hippolyte et gagne la ceinture de Champion du Monde WMTC en 160 lbs.

    Sakmongkol remporte ensuite, en 1998, la ceinture de Champion du Monde WPKL en 160 lbs contre le Hollandais Jerry Morris et de nouveau la ceinture de champion du Monde WPKL en 160 lbs contre le Hollandais Hassan Etakki en 1999.

    Sakmongkol a effectué durant sa carrière254 combats pour 231 victoires, 19 défaites et 4 nuls.

    Ses combats les plus durs ont été contre Jongsanan Fairtex et Ramon Dekkers. Jongsanan et Sakmongkol se sont affrontés sept fois avec quatre victoires pour Jongsanan et trois victoires pour Sakmongkol.

    En 1991, le jeune Sakmongkol (17 ans) rencontre le Hollandais Ramon Dekkers (22 ans) au stadium du Lumpinee. Ramon Dekkers est alors une terreur des rings qui a battu plusieurs champions thaïlandais par KO. Sakmongkol bat le Hollandais aux points après un terrible affrontement où Ramon Dekkers terminera le match la tête ensanglantée. Ce sera sans doute l'un des combats les plus sanglants du légendaire Hollandais.

    Dans les années 90, Sakmongkol était considéré par les fans de Muay Thai comme l'un des boxeurs possédant « la jambe gauche » la plus puissante du circuit thaïlandais.

    Ce formidable combattant a toujours fait des combats mémorables face aux meilleurs de sa catégorie, plusieurs de ses matchs dantesques, comme ses affrontements contre Jongsanan Fairtex, Orono Por Muang Ubon,Sangtiennoi Sor Rungroj, Namkabuan Nongkeepahuyut et Chanchai Sor Tamrangsee,font partie désormais des combats cultes de l'histoire du Muay Thai.

    Ces combats contre Orono Por Muang Ubon et NamkabuanNongkeepahuyut sont des grands classiques des années 90. Sakmongkol a battu cinq fois le « taureau » Orono, il a perdu une fois face à lui et ils ont fait un match nul. Les affrontements entre ces deux combattants ont toujours été des matches titanesques. Les deux champions ont d’ailleurs reçu le trophée du « Combat le plus dur de l'année au Lumpinee ».

    Sakmongkol et Namkabuan se sont rencontrés six fois. Sakmongkol a remporté trois victoires dont une par KO et Namkabuan a gagné trois victoires.C'est face à Namkabuan que Sakmongkol a gagné sa plus grosse prime de combat, une bourse de 160 000 bahts.

    Aujourd'hui, Sakmongkol est devenu entraîneur au club WKO (World Kumite Organization), un centre de Fitness à Pattaya, sur Central Road. Au sein de ce centre, on n'enseigne le Karaté, le K1, le MMA et le Muay Thai.

     

    Sakmongkol Sitchuchok vsJongsanan Fairtex(Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Sakmongkol)

     

    Sakmongkol Sitchuchok vs Namkabuan Nong Kee Pahuyuth (Stadium du Lumpinee 1994, victoire de Sakmongkol)

     

    Sakmongkol Sitchuchok vs Sangtiennoi Sor Rungroj(Stadium du Lumpinee 1994, victoire de Sakmongkol)

     

    Sakmongkol Sitchuchok vs Cherry Sor Wanich (Stadium du Lumpinee, victoire de Sakmongkol)

      

    Samkor Kietmontep

    สามกอ เกียรติมนต์เทพ

    Date de naissance : 2 avril 1975

    Ville de naissance :Buriram (Région Nord-Est)

    Team : Kietmontep Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 122 lbs (1995), Champion du Lumpinee en 135 lbs (1997), Champion de Thaïlande en 130 lbs (1997), Champion du Lumpinee en 130 lbs (2000), Champion du Monde WMC en 154 lbs (2011)

    Adversaires qu'il a battu : Wangchainoi Sor Palangchai, Lamnammoon Sor Sumalee, Karuhat Sor Supawan, Jareonsap Kiatbanchong, Sangtiennoi Sor Rungroj, Khaoponglek Luksuritam, Saenchai Sor Kingstar, Nungubon Sitlerchai, Chernung Sit Yutapoon, Rambojew Dongolf Service, Nontachai Kiatwanlop, Namsaknoi Yutthakarnkamtorn, Terdkiat Siththeppitak, Thongthai Por Burapa,Jompoplek Sor Sumalee, Attachai Por Samranchai, Khunsuk Petsuphapaan

    Signe Particulier :Formé au camp Kietmontep (Sitboonmee Gym) de Buriram, à16 ans, il a effectué son premier combat au stadium du Lumpinee, il s’entraînait alors au camp Chor Rachatasupak à Buriram. Son nom réel est Somsak Nuasai.

    Samkor a beaucoup changé de camp durant sa carrière, Dirak Gym, Carryboy Gym, Sangtiennoi Gym, Ingram Gym et Muaythai Plaza 2004.

    Samkor a remporté sa première ceinture en 1995 contre Chernung Sit Yutapoon, la ceinture du Lumpinee en 122 lbs.

    En 1997, il a affronté Sangtiennoi Sor Rungroj pour la ceinture du Lumpinee en 135 lbs qu'il lui a ravit. Puis, il a battu Thongthai Por Burapa pour la ceinture de Thaïlande en 130 lbs.

    En 2000, il a remporté la ceinture du Lumpinee en 130 lbs face à Rambojew. Cinq ans après, lors de l'anniversaire du Roi, Samkor a gagné le fameux tournoi Marathon dans la catégorie des – 70 Kg (154 lbs), une catégorie dans laquelle il a combattu ensuite jusqu'à la fin de sa carrière.

    Sa dernière ceinture, la ceinture de champion du Monde WMC en 154 lbs, il l'a gagné en 2011, à Hong Kong, contre le russe Varaxa.

    Samkor a effectué au total 300 combats pour 248 victoires, 50 défaites et 2 nuls.

    Ses plus durs combats furent contre Pichitnoi Sithbangrajan (Champion du Monde de boxe anglaise WBA) et Nungubon Sitlerchai (Champion du Lumpinee dans 4 catégories différentes).

    A tout juste 17 ans, au stadium du Lumpinee, Samkor a rencontré le jeune champion Pichitnoi qui l'a mit KO avec un foudroyant uppercut.

    Nungubon était aussi un redoutable puncheur qui a mis KO Samkor lors de leur combat revanche, Samkor avait remporté aux points la première confrontation face à ce grand champion.

    Samkor a dominé le circuit thaïlandais durant la fin des années 90 et le début des années 2000. Ce redoutable combattant était une véritable machine de guerre qui envoyait son middle gauche à répétition comme une mitraillette. Sa fameuse « Jambe gauche » a fait mal à beaucoup de ses adversaires.

    Les plus grands combattants des années 90 et 2000 se sont tous inclinés face au phénoménal « Batman ».

     

    Samkor Kietmontep vs Jaroensap Kiatbanchong(Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Samkor)

     

    Samkor Kietmontep vs Wangchannoi Sor Palangchai(Stadium du Lumpinee 1994, victoire de Samkor)

     

    Samkor Kietmontep vs Sangtiennoi Sor Rungroj (Stadium du Lumpinee 1999, victoire de Samkor pour la ceinture du Lumpinee)

     

     

  • Interview de MALIK SKOU

    par NICHOLAS READ (2015)

     

     

    NICHOLAS READ : Bonjour Malik, tu peux te présenter aux lecteurs de Siamfightmag ?

    MALIK SKOU : Bonjour Niko, j'ai 24 ans, j’habite à Colomiers dans la banlieue Toulousaine, je m’entraîne au Royal Boxing qui est dans le quartier Saint-Cyprien à Toulouse, cela fait à peu près dix ans que je suis dans ce club...

    Comment tu as découvert le Royal Boxing ?

    A l'époque je boxais au MNM Boxing à Colomiers, j'étais entraîné par Mimoune Zeryouh, le MNM Boxing était plus spécialisé dans la boxe française, et la structure du MNM Boxing n'était pas aussi importante que celle du Royal Boxing car je voyais souvent dans les compétitions des boxeurs du Royal Boxing, donc j'ai préféré partir dans une salle plus importante comme le Royal Boxing pour pouvoir faire de la compétition...

    Tu as commencé par la boxe française ?

    Oui j'ai débuté par la boxe française au MNM Boxing, c'est Joss qui m'a apporté beaucoup  techniquement dans ce sport...

    Pourquoi tu as choisi de faire du Muay Thai plutôt que de la Boxe Française ?

    Tout simplement parce que je croyais que la boxe thai n'avait pas de compétition à la touche comme la boxe française, ce qui est faux car il y a des assauts en éducatif,  j'ai donc commencé par la Boxe française puis je me suis orienté vers la boxe thai pour faire des combats en éducatif et en plein contact...

    Tu as donc commencé par les combats en éducatif, puis en semi-pro et en Pro, faire des combats en éducatif c'est bénéfique pour faire ensuite une carrière en professionnel ?

    Oui tout à fait, je conseille à tout le monde de commencer par l'éducatif, suivant l'âge, car c'est vraiment à la touche, c'est très technique, cela permet d’acquérir des bases techniques solides, et on le voit maintenant les meilleurs boxeurs Pros ont commencé par les assauts en éducatif, comme les champions Damien Alamos, Bobo Sacko, ce sont des boxeurs qui ont beaucoup boxé en éducatif !

    Quels sont les Nak Muay (européen ou thaïlandais) qui t'impressionne le plus actuellement ou même du passé ?

    Étant plus jeune, les boxeurs qui m'ont donné envie de boxer, c'est Dekkers pour la boxe thaï et Tyson en boxe anglaise

    Quel est ton palmarès en éducatif et en Pro ?

    J'ai été deux fois champion de France en éducatif, en 2005 et 2006, ensuite en amateur, j'ai été champion de France classe D, puis la même année, champion de France classe C junior et classe C senior, après je suis passé semi-Pro, j'ai été trois fois champion de France classe B, dans plusieurs fédérations, enfin j'ai gagné deux fois le championnat de France professionnel en classe A, en 2013, avec la FMDA en – 91 Kg contre Emmanuel Payet, et avec la FFSCDA, en - 86 Kg, contre Ghalem Chenneh de la Réunion !

    Est ce que tu es déjà parti en Thaïlande pour t’entraîner ?

    Oui je suis parti en Thaïlande il y a deux ans, dans la région de Krabi, au sud, je me suis entraîné au Emerald Gym de Wilfried Montagne, un très bon camp que je recommande, l'avantage dans ce camp c'est que Wilfried est un français, les entraîneurs sont thaïlandais, mais lui parle français donc pour la compréhension c'est beaucoup mieux. Je suis parti aussi en Malaisie avec l'équipe de France pour les championnats du Monde IFMA, en mai 2014, j'ai fini troisième avec une médaille de bronze, c'était une très bonne expérience !

    Quel a été ton combat qui t'a le plus marqué physiquement ?

    C'est mon combat contre Ghalem Chenneh, à la Réunion, pour la final du champion de France classe A. Car dans ce combat cela avait commencé mal pour moi, au premier round je me fais compter parce que Ghalem tape très fort, donc étant en retard au pointage, j'ai dû partir au charbon, avancer sur mon adversaire, constamment, durant les cinq round, j'ai vraiment cherché au fond de moi pour gagner ce combat, et au final je gagne la ceinture, ce combat m'a marqué physiquement mais ce fut une belle victoire !

    Tu as affronté Jonathan Camara (Champion du Monde, Champion d'Europe, Champion de France) au début du mois de février à Ivry-sur-Seine, Camara est un grand champion français avec un palmarès remarquable, tu peux nous parler de ton combat contre lui ?

    J'étais très content d'avoir boxé un gars de ce niveau, parce qu'il a quand même marqué l'histoire du Muay en France, c'est une référence, après je n'avais pas d'appréhension particulière, je savais qui c'était en face, je savais dans quoi je m’engageais, donc je me suis préparé pour ce combat là. Bon malheureusement j'ai perdu le combat aux points, mais je pense avoir fais une très bonne prestation, je lui ai donné du « fil à retordre », mais l'expérience à parlé,  il est très puissant et il a vraiment un très bon coup d’œil !

    Avec quels partenaires tu te prépare pour tes combats ?

    J'ai de la chance car au Royal Boxing mon partenaire d’entraînement c'est Kada Bouamama (Champion de France, champion du Monde Amateur), un boxeur très connu et très talentueux, que je salue au passage, d'ailleurs pour ma préparation pour mon combat contre Camara, Kada m'a soutenu à l’entraînement, je tourne aussi avec Yacouba Cissé (Champion de France classe C), un boxeur qui commence à être connu, je mets beaucoup les gants avec lui, en anglaise et en sparring Muay Thai. Je me prépare aussi à Blagnac dans un club de boxe anglaise où il y a pas mal de poids lourd, parce qu'à mon poids les sparring-partner c'est difficile à trouver, j'essaye de tourner dans différentes salles de la région car il y a beaucoup de bons boxeurs dans notre région mais qui ne sont malheureusement pas médiatisés par rapport à Paris, il y a du potentiel à Toulouse, il faut le souligner...

    Yacouba Cissé justement va combattre ce week-end, tu veux lui passer un petit message d'encouragement.  (Samedi 14 Février 2015 au GALA BOXE THAI de la Roche sur Yon, Moussa Dembélé s’est imposé aux points face à Yacouba Cissé).

    Oui bien sûr, et je serais là pour son combat contre Moussa Dembélé (Champion de France classe A) au gala de La Roche sur Yon, Yacouba aime la boxe, il aime faire le show, je pense que cela fera un très beau combat, je serai avec lui pour l'encourager et j’espère qu'il remportera une belle victoire !

    Est ce que tu as des combats de prévus dans les mois à venir, pour cette année 2015 ?

    On est entrain de voir certaines choses mais malheureusement il n'y a rien de concret encore, c'est le problème de combattre en province, surtout à Toulouse, on n'est un petit peu oublié par les organisateurs, donc je ne boxe pas autant que je devrais, je pense que mon niveau serait bien meilleur si je combattais plus souvent, en tous cas je suis ouvert à toute proposition, je n'ai aucune gestion de carrière, je prends tous les boxeurs qu'il y a à prendre, en respectant tous le monde bien sûr, je ne sous estime personne, mais je me sens prêt à boxé les meilleurs, donc voilà, par le biais de cette interview je passe une annonce aux promoteurs, je suis prêt à combattre les meilleurs en Muay Thai, en K1, en – 86 Kg, ceux qui sont intéressés qu'il me contacte où mon entraîneur Gaffary au Royal Boxing !

    Tu arrives à vivre un peu de la boxe ?

    Non malheureusement je suis très, très loin d'en vivre, malgré que je sois rentré dans l'équipe de France, et que j'ai le statut de « Pro », je suis obligé de travailler à côté, ce n'est pas la boxe qui va me faire « manger », c'est une passion, les primes de combats dédommages juste les frais, on ne peut pas en vivre en France...

    Quel conseil tu donnerais à un jeune qui débute le Muay Thai et qui veut faire carrière dans ce sport ?

    Je pense qu'il faut s'accrocher, ce n'est pas un sport facile, c'est un sport très dur, mais en contre-partie c'est un sport qui apporte énormément dans la vie de tous les jours, c'est un sport qui apporte énormément de valeur qui peuvent être bénéfique pour tous les jeunes. Après, il ne faut pas brûler les étapes, il faut prendre le temps de s’entraîner, travailler, travailler, et avec un peu de talent et beaucoup de travailles, on n'arrive à faire de grande chose !

    Tu veux ajouter quelque chose ?

    Je te remercie Niko pour cette interview ainsi que le magazine Siamfightmag, je remercie bien sûr mon entraîneur Gaffary, mes sparring-partners, tous mes camarades de clubs, tous ceux qui me soutiennent de près ou de loin, et ma famille. La famille c'est très important en période de combat, en période de régime, il faut le supporter un boxeur qui se prépare, donc je les remercie d'être là pour moi, pour ma réussite, je pense à eux, je les embrasses, et c'est aussi pour eux que je boxe...

     

    MALIK SKOU


    Date de naissance :
    4 mai 1990
    Poids :
    86 Kg
    Taille :
    1m93
    Titre :
    Médaille de Bronze aux championnats du Monde amateur IFMA (2014). Champion de France FFSCDA  classe A en – 86 Kg (2013). Champion de France FMDA classe A en – 91 Kg (2013). Champion de France FMDA classe B en  – 81 Kg (2012). Champion de France FFSCDA classe B en  – 81 Kg (2012). Champion de France FMDA classe B en – 81 Kg (2010). 

    Team :ROYAL BOXING

     

  •  

    SELECTION FMDA HEXAGONE CONTRE ESPAGNE A TOULOUSE

    special report by Serge TREFEU (2016)

    (Photos Nicholas READ et Serge TREFEU)

     

     

    Le samedi 26 mars a eu lieu a Toulouse une rencontre internationale de Muay Thai, une équipe française de nakmuay FMDA a affronté une délégation de combattants espagnols. Cet événement a été organisé sous l'égide de la fédération FMDA dans l'enceinte du magnifique complexe Supreme Thai Boxing Gym. Le propriétaire, Philippe Baudron, aidé par son équipe de bénévole, avait transformé pour un soir sa salle de 700 m2 en un véritable petit stadium. Philippe Baudron est un passionné de Muay Thai qui innove constamment pour ce sport dans la région toulousaine.

    Les boxeurs qui venaient de la région parisienne ou de Bordeaux, ainsi que l'équipe espagnol, ont pu être hébergé dans la salle du Supreme Thai Boxing. Car le Supreme Thai Boxing comprend des chambres et dortoirs comme un vrai "Khai Muay" (Camp de boxe), qui permette d’accueillir plus d'une vingtaine de personnes.

    Les boxeurs français étaient représentés par plusieurs clubs de la région toulousaine tels que le Supreme Thai Boxing, le Boxing Factory, le Royal Boxing et le Nakitail Gym. Mais aussi des clubs parisiens comme "Le Mée Sports Muay Thaï", club du célèbre entraîneur Nicolas Subileau (Coach du champion Bobo Sacko) et le fameux club "Benattia Brothers" tenu par Mustapha Benattia (Champion d'Europe). Le grand champion Albert Chey (Champion du Monde, champion d’Europe) avait aussi ramené des boxeurs de sa team le "Veera Boxing" de Bordeaux.

    Les combats de la soirée qui se déroulaient sur trois rounds seulement furent d'un bon niveau, propres et techniques, ont n'a pu assisté à de beaux échanges en pur Muay Thai. Les français avaient bien démarré la première partie de cette rencontre en gagnant les quatre premiers matchs. Mais ensuite, les boxeurs espagnols sont revenus très forts en remportant les cinq matchs dans la seconde partie avec deux victoires par KO et trois victoires aux points, l'équipe espagnole bat la team FMDA Francaise 5 à 4 !

     

     

    POUR CETTE RENCONTRE INTERNATIONALE LES HYMNES NATIONAUX SONT INDISPENSABLES

    • HYMNE NATIONAL 3 []
    • HYMNE NATIONAL 4 []
    • HYMNE NATIONAL 5 []
    • HYMNE NATIONAL 6 []

     

    LE PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION FMDA M. YOUB (CHEMISE AVEC CRAVATE) ÉTAIT PRÉSENT À CET ÉVÉNEMENT

     

    POUR LA PRÉSENTATION DES COMBATTANTS, CHAQUE BOXEUR A ÉTÉ TRÈS FAIR-PLAY

    • PRESENTATIONBOXEUR 1 []
    • PRESENTATIONBOXEUR 2 []
    • PRESENTATIONBOXEUR 3 []
    • PRESENTATIONBOXEUR 4 []
    • PRESENTATIONBOXEUR 5 []

     

     

    L'EQUIPE DE JUGE ET ARBITRE DE LA FMDA (PHILIPPE BAUDRON LE PROPRIÉTAIRE DES LIEUX EST AU CENTRE)

     

    C'EST LARBI BENATTIA (ENTRAÎNEUR DE L'ÉQUIPE DE FRANCE IFMA) QUI A ANIMÉ LA SOIRÉE, RECONVERTI POUR UN SOIR EN SPEAKER

     

    LES TROPHÉES DE CETTE RENCONTRE AMICALE

     

    PETIT ÉVÉNEMENT DE MUAY THAI MAIS GROSSE AMBIANCE AU SEIN DU SUPREME THAI BOXING

     

    • AMBIANCE 10 []
    • AMBIANCE 11 []
    • AMBIANCE 12 []
    • AMBIANCE 13 []
    • AMBIANCE 14 []
    • AMBIANCE 15 []
    • AMBIANCE 16 []
    • AMBIANCE 17 []
    • AMBIANCE 18 []
    • AMBIANCE 19 []
    • AMBIANCE 2 []
    • AMBIANCE 20 []
    • AMBIANCE 21 []
    • AMBIANCE 22 []
    • AMBIANCE 23 []
    • AMBIANCE 24 []
    • AMBIANCE 4 []
    • AMBIANCE 5 []
    • AMBIANCE 6 []
    • AMBIANCE 7 []
    • AMBIANCE 8 []
    • AMBIANCE 9 []

     

    LES FIGHTS

     

    • FIGHT 1 []
    • FIGHT 10 []
    • FIGHT 11 []
    • FIGHT 12 []
    • FIGHT 13 []
    • FIGHT 14 []
    • FIGHT 15 []
    • FIGHT 16 []
    • FIGHT 17 []
    • FIGHT 18 []
    • FIGHT 19 []
    • FIGHT 20 []
    • FIGHT 21 []
    • FIGHT 22 []
    • FIGHT 23 []
    • FIGHT 24 []
    • FIGHT 25 []
    • FIGHT 27 []
    • FIGHT 28 []
    • FIGHT 29 []
    • FIGHT 3 []
    • FIGHT 30 []
    • FIGHT 31 []
    • FIGHT 32 []
    • FIGHT 33 []
    • FIGHT 34 []
    • FIGHT 35 []
    • FIGHT 36 []
    • FIGHT 37 []
    • FIGHT 38 []
    • FIGHT 39 []
    • FIGHT 4 []
    • FIGHT 40 []
    • FIGHT 41 []
    • FIGHT 42 []
    • FIGHT 43 []
    • FIGHT 44 []
    • FIGHT 45 []
    • FIGHT 46 []
    • FIGHT 47 []
    • FIGHT 48 []
    • FIGHT 5 []
    • FIGHT 6 []
    • FIGHT 7 []
    • FIGHT 8 []
    • FIGHT 9 []

     

    VICTOIRES ET REMISES DE COUPE

    • VICTOIREREMISECOUPE 1 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 10 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 11 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 12 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 13 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 14 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 15 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 16 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 2 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 3 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 5 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 6 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 7 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 8 []

     

     

     

  • THE FIGHTS OF ANTHOLOGY

    OF GOLDEN AGE OF MUAY THAI

    (CHAPTER I)

    by Serge TREFEU (2019)

     

     

     

    The golden age of Muay Thai in Thailand is between the late 1980s and late 1990s. A time when there were the largest numbers of legends of rings that met in anthology matches. Promotions that were often organized by promoter No. 1 of the time Mr. Songchai Ratanasuban!

     

    CHAPTER I

     

    Anantasak Phanyutaphum

    อนันตศักดิ์ พันธุ์ยุทธภูมิ

    Date of birth: August 7, 1973

    City of birth: Khwao Sinarin in the province of Surin (Northeast Region)

    Team: Phanyutaphum Gym

    Title: Omnoi Champion in 126 lbs (1997), Winner of Isuzu Tournament in 126 lbs (1997), World Champion in 126 lbs

    Opponents he beat: Jaewveha Luktapfah, Tabtimsiam Por Nitiwat, Singdam Or Okrit (KO), Daraeak Sitrungsab (KO), Padejseuk Keatsamran, Dokmaipa Por Pongsawang (KO), Saychon Pichitsuk (KO), Manpachai Singmanasak, Neungsiam Kiatvichan, Saenklai Sitkruhot, Kaengkat Kietkamton, Changnoi Srimongkol , Watcharalek Wongweanyai Plaza (KO), Muengfahlek Kiatvichan, Kukrit Sor Nayayarm (KO), Yodkhunpol Sittripoom (KO), Ithidet Sor Boonya, Komkiet Sor Thanikul

    Sign Particular: Anantasak’s real name Sutthisak Samaksaman started boxing at nine. He began fighting under the name “Anantasak Satawut” in a small camp in the Surin region. Then, when he joined Camp Phanyutaphum in Samut Prakarn, a town 30 km from Bangkok, he took the name of «Anantasak Phanyutaphum».

    Mr. Yuthaphum Chaengphona’s Phanyutaphum Gym was one of the most renowned camps of the 1990s, with champions such as Rungpichit Phanyutaphum, Singapore Phanyutaphum, Kongphan Phanyutaphum, M-16 Bor Kor Sor, Charnyuth Bor Kor Sor, Amnuayporn Bor Kor Sor and Anantasak Phanyutaphum.

    Anantasak was a formidable technical fighter whose specialty was elbow strokes. His fighter’s nickname was “Sokwan” (Poke like an axe).

    Anantasak won his first title, a world champion belt in 126 lbs against Saenklai Sitkruhot. Then, in 1997, he won the famous Isuzu tournament in the Omnoi stadium and the Omnoi stadium belt in 126 lbs by defeating Singdam Or Okrit. Anantasak defeated Singdam three times, twice by knockout (1 stop of the referee, 1 KO).

    One of his toughest fights was against Jaewveha Luktapfah in the Lumpinee stadium, a match in which both boxers finished their bloody heads with each face opening due to elbows.

    Anantasak was also a formidable puncher, he defeated good numbers of his opponents with his fists. He had a great career in Boxing with an amateur gold medal at the King Cup and an amateur silver medal at the Asian Games. As a professional, he had seven fights with six wins and won the PABA super featherweight title in 2005.

    In 1997, Anantasak received the prestigious "Best Boxer of the Year" award from the prestigious institution "The Sport Writers Association of Thailand".

    After his career, Anantasak was an army boxing coach with the rank of Sergeant Major.

     

    Anantasak Phanyutaphum vsDaraeak Sitrungsab(Lumpinee stadium 1992, victory of Anantasak)

     

    Anantasak Phanyutaphum vsDokmaipa Por Pongsawang(Lumpinee stadium 1993, victory of Anantasak by KO)

     

    Anantasak Phanyutaphum vsSingdam Or Okrit(Lumpinee stadium 1993, victory of Anantasak stop by the referee)

     

    Anantasak Phanyutaphum vsTabtimsiam Por Nitiwat(Lumpinee stadium 1994, victory of Anantasak)

     

     

    Boonlay Sor Thanikul

    บุญหลาย ส.ธนิกุล

    Date of birth: 1970

    City of birth: Chachoengsao (Center region)

    Team: Sor Thanikul Gym

    Title: Lumpinee Champion in 115 lbs (1992), Lumpinee Champion in 122 lbs (1994)

    Opponents he beat:Jongsanan Fairtex, Chatchai Paiseethong, Karuhat Sor Supawan, Lamnamoon Sor Sumalee (KO), Superlek Sor Isaan, Oley Kiatoneway, Chamophet Ha Phalang, Jaroensap Kiatbanchong, Langsuan Phayutaphum, Wangchannoi Sor Palangchai, Cherry Sor Wanich, Namkabuan Nongkee Pahuyut, Nungubon Sitlerchai

    Particular sign: Boonlay has a sister and a twin brother. His brother was a great champion named Boonlung who unfortunately died in a car accident.

    At 13, Boonlay joined the famous Sor Ploenchit camp. For two years he fights for Sor Ploenchit. Then, with his brother, they go to the camp Sor Thanikul. Boonlay will be doing his whole career at Sor Thanikul. A factory to champion where there were champions Chalonsak, Sombat, Colalek, Samingnoi, Banklanoi, Lom Issan, Prathet, Praptoranee, Khomkiat, Kompetch, Saohin, Kitty, Youssop, Daris, Phansaklek, Phayapnoi, Dieselnoi.

    Boonlay earned his first Lumpinee belt in 115 lbs against Langsuan Phayutaphum in 1992, then he won the Lumpinee belt in 122 lbs against Wangchannoi Sor Palangchai in 1994, a title he defended victoriously against Oley Kiatoneway. His number of fights is incredible, he made 400 fights for 300 wins and 5 draws, a real record.

    Boonlay "The Deserving" was an exceptional technician, one of the best of his generation. Boonlay Sor Thanikul and Boonlung Sor Thanikul were the most famous twins in the history of Muay Thai, these great champions have represented the Sor Thanikul camp for many years.

    Boonlay has created his own camp called Sor Korpilap, a small camp that has been open since 2010. The camp is located at Soï 93 on Sukhumvit Road in Bangkok, in the same area as his former camp, Sor Thanikul.

     

    BoonlaySor ThanikulvsOley Kiatoneway(Lumpinee stadium, victory of Boonlay for the Lumpinee belt)

     

    BoonlaySor Thanikul vs Superlek Sor Isaan (Lumpinee stadium,victory ofBoonlay)

     

    BoonlaySor Thanikul vs Karuhat Sor Supawan (Lumpinee stadium,victory ofBoonlay)

     

    BoonlaySor Thanikul vs Chamophet Ha Phalang (Lumpinee stadium 1992,victory ofBoonlay)

     

    BoonlaySor Thanikul vs Lamnamoon Sor Sumalee (Lumpinee stadium 1994,victory of Boonlay by KO)

     

    Boonlay Sor Thanikul vs Jongsanan Fairtex (Lumpinee stadium, victory of Boonlay)

     

    Boonlay Sor Thanikul vs Jaroensap Kiatbanchong ( Lumpinee stadium 1993, victory of Boonlay)

     

    Chamophet Ha Phalang

    ฉมวกเพชร ห้าพลัง

    Date of birth: 7 October 1962

    City of birth: Chonburi (Central Region)

    Team: Ha Phalang Gym

    Title: Lumpinee Champion in 102 lbs (1980), Radja Champion in 104 lbs (1980), Lumpinee Champion in 108 lbs (1981), Lumpinee Champion in 112 lbs (1982), Lumpinee Champion in 118 lbs (1983), Radja Champion in 122 lbs (1989, 1994), Radja Champion in 126 lbs (1990, 1994)

    Opponents he beat: Samarth Payakaroon, Sangtiennoi Sor Rungroj, Kiophit Chuwattana, Narak Sipkraysi, Kongtoranee Payakaroon, Sonsean Sitnoenpayoon, Wanpichit Keannorasing, Jack Kiatniwat, Paydeang Leusakyim, Chaydet Kietkangsing, Jamphatong Nontachai, Samransak Muangsurin, Manasak Sor Ploenchit, Chanchai Sor Thamrangsi, Oley Kiatoneway, Paruhatlek Sitchunthong, Langsuan Phanyuthapum

    Particular Sign: His birth name is Vichein Butdee. At the age of 15, Chamophet left for Bangkok in the Sor Sirinant camp and finished his career at Ha Phalang camp with his friend, the legendary Dieselnoi Chor Thanasukarn.

    During his career, Chamophet made 250 fights with 200 wins, 48 losses and 2 draws. This great champion is one of the few boxers in history to have won 9 belts of Bangkok's two most prestigious stadiums, Lumpinee and Ratchadamnoen.

    At only 18, he was already champion of Lumpinee. His first belt of Lumpinee in 102 lbs, he won in 1980 against the legendary Samart Payakaroon, Chamophet faced Samart Payakaroon three times, he only beat the star of the boxing ring once.

    In the same year, he won the Ratchadamnoen belt in 104 lbs against Kiophit Chuwattana. In 1981, the Lumpinee belt in 108 lbs against Narak Sipkraysi. In 1982, the Lumpinee belt in 112 lbs against Kongtoranee Payakaroon. In 1983, the belt of Lumpinee in 118 lbs against Sonsean Sitnoenpayoon. In 1989, the Ratchadamnoen belt in 122 lbs against Wanpichit Keannorasing. In 1990, the belt of Ratchadamnoen in 126 lbs against Jack Kiatniwat. In 1994, again the Ratchadamnoen belt in 122 lbs against Paydeang Leusakyim. And his last belt, in 1994, the belt of the Ratchadamnoen in 126 lbs, he won against Chaydet Kietkangsing.

    Nicknamed "Khun Khao Compiuter" (The Computer blow of knees), he was a great fighter who control blow of knees to perfection. His Boxing technical were also feared by his opponents. He has been 6 times PABA Asian champion in professional boxing (10 wins, 1 defeat).

    In 1985, Chamophet was voted "Best Boxer of the Year" by "The Sports Writers Association of Thailand".

    Chamophet started his own gym in Japan and now teaches his knowledge to the Japanese.

     

    Chamophet Ha Phalang vs Samransak Muangsurin (Lumpinee stadium, victory of Chamophet)

     

    Chamophet Ha Phalang vs Oley Kiatoneway (Lumpinee stadium 1992, victory of Chamophet by KO)

     

    Chamophet Ha Phalang vsChaydet Kietkangsing (Radja stadium 1994, victory of Chamophet)

     

    Cherry Sor Wanich

    เชอรี่ ส.วานิช

    Date of birth: June 30, 1969

    Town of birth:Nong Ruea in the province of Khon Kaen (Northeast Region)

    Team:Sor Wanich Gym

    Title:Lumpinee Champion 130 lbs (1988), World Champion in 130 lbs (1989)

    Opponents he beat:Samransak Muangsurin, Nampon Nong Kee Pahuyuth, Saencheung Pinsinchaï, Superlek Sor Isaan (KO), Thedkiet Sitthepikat, Jaroenthong Kiatbanchong, Orono Por Muang Ubon, Buakaw Por Pisichet, Chodhoi Chuchokchaï, Boonchaï Huasaïgym

    Particular Sign: His fighter nickname was "Khun Khao Chalamdam" (Blow of knees of Black Shark) because it was a great "Muay Khao" (Strong Knees).

    Cherry represented the Sor Wanich camp throughout his career. The camp Sor Wanich, created by Mr. Suda Wanich, was in Chonburi, a camp that included champions such as Anajak Sor Wanich, Changnoi Sor Wanich, Mikael Sor Sukonthip (Sor Wanich camp was also known as Sor Sukonthip).

    Cherry won the Lumpinee belt in 130 lbs in 1988 against Saencheung Pinsinchaï, a belt he kept for four years, he lost his belt against the star Namkabuan. In his great time, Cherry won purses of 150,000 baht, his largest purse was 250,000 baht.

    Cherry has met five time great champion Nampon (Champion Namkabuan's brother) Nong Kee Pahuyuth with two wins and three draws, he has also faced four time terror Superlek Sor Isaan with two wins and two losses.

    On December 31, 1988, in Paris, at the Carpentier Hall, Cherry faced in a special battle two great French champions of the time, Jo Prestia and Joel Cesar. The Thai man weighing 62 Kg first beat Jo Prestia (65 Kg) in points in three rounds. Then he did the last two rounds with Joel Cesar (63 Kg) who he beat at the points. The fight was broadcast live on a Thai TV channel.

    En 1989, son combat contre Jareonthong Kiatbanchong a été élu « Meilleur combat de l'année ».

    In 1989, his fight against Jareonthong Kiatbanchong was elected Best Fight of the Year.

    Cherry also faced twice the puncher Ramon « Diamond » Dekkers, the Dutch beat the Thai by KO in 1990 in Amsterdam. And Cherry beat the Dutch in 1995 in Bangkok.

    After his career Cherry was a personality bodyguard in China in Macau for several years.

     

    Cherry Sor Wanich vs Jo Prestia et Joel Cesar (Paris Hall Carpentier stadium 1988, victory of Cherry)

     

    Cherry Sor Wanich vs Jareonthong Kiatbanchong (Lumpinee stadium 1992, victory of Cherry)

     

    Cherry Sor Wanich vs Buakaw Por Pisitchet (Radja stadium 1993, victory of Cherry)

     

    Coban Lookchaomaesaitong

    โคบาล ลูกเจ้าแม่ไทรทอง

    Date of birth: 4 August 1966

    City of Birth: Puttaisong in Buriram Province (Northeast Region)

    Team: Lookchaomaesaitong Gym

    Title: Lumpinee Champion in 130 lbs (1985), Lumpinee Champion in 140 lbs (1990), World Champion in 140 lbs (1990, 1991, 1992)

    Opponents he beat:Noppadet Sorsamroeng, Samransak Muangsurin (KO), Orono Por Muang Ubon, Ban Don Sitbang Ratjan, Superlek Sor Isaan, Falannoy Kietanan (KO),Sornarin Wennakornpatom (KO), Palannoi Kiatanan (KO), Barndon Sitbangprachan (KO)

    Particular Sign: Coban of his real name Banlu Anwiset, was born in Puttaisong, a village near the city of Buriram in the northeastern region. Very poor, he began his training at Muay Thai at age 11, at home, by tapping a bag of rice hanging from a tree with bandages in hand silkworm thread. Then he joined camp Soh Samrung, a small camp in his village.

    Then, at age 13, he goes to Camp Lookchaomaesaitong in the city of Buriram where he will stay for nearly 10 years. When the camp closes, he goes to Bangkok to train at Khiet Ban Chong camp and will finish his career in the famous Muang Surin camp.

    His number of fights is 270 with 250 wins including 90 won by KO and 20 losses.

    At 19, in 1985, he won his first title of Lumpinee. In 1990, he won a second Lumpinee title, the same year he won two World Champion titles, one in Holland and another in France.

    In 1991, he won three World Championship titles, the first in Bangkok at Lumpinee, the second in England and finally the last in Australia. In 1992, he won another World Champion belt in Thailand against Ramon Dekkers.

    His fighter nickname, Coban, was given to him by one of his college teachers. Because when he was a kid, he used to take care of buffaloes. The Thai buffalo is called “Cowaï”, and his birthname is Banlu, so his teacher combined the two names to give Coban.

    And he did carry his name because he was a real “Buffalo” in the ring. His striking power was phenomenal. With his steel chin, he was also an incredible durable boxer. All the boxers who faced «The Crusher» must remember their fighting against this bone grinder.

    Coban is one of the biggest punchers in the story of Muay Thai, he's a ring legend in Thailand. He won 90 victories by KO on his 270 fights, beat by KO champions like Sornarin Wennakornpatom, Palannoi Kiatanan, Barndon Sitbangprachan (For the Lumpinee belt in 135 lbs) and foreign champions like Tommy Van Der Berg, Hector Pena, Joe Villa, Sul Auc. Coban is one of the few to have beaten twice by KO the terrible Samransak Muangsurin and he's the only one, in the 90s, who beat by KO in the 1st round the legendary Dutch champion Ramon Dekkers, the terror of the rings of the time (2 victories for Coban including one by KO, 2 victories for Ramon including one by KO). Coban also beat foreign champions such as Dany Bill, Dida Diafat (Twice), Tommy Van de Berg (KO), Joao Viera, Hector Pena (KO).

    Coban, the bull of the rings, marked his mark forever in the history of Muay Thai. He's now based in the United States where he teaches at his gym in New York.

     

    Coban Lookchaomaesaitong vs Samransak Muangsurin (Lumpinee stadium 1991, victory of Coban by KO)

     

    Coban Lookchaomaesaitong vs Dany Bill (Lumpinee stadium 1994, victory of Coban)

     

    Jaroensap Kiatbanchong

    เจริญทรัพย์ เกียรติบ้านช่อง

    Date of birth:29 September 1971

    City of birth: Thungsong in Nakhon Si Thamarat province (South Region)

    Team: Kiatbanchong Gym

    Title: Lumpinee Champion in 112 lbs (1991), Lumpinee Champion in 115 lbs (1992)

    Opponents he beat: Langsuan Phayutaphum (KO),Nungubon Sitlerchai, Hippy Singmanee (KO),Pongsiri Rambo Por Rumrudee, Kaensak Sor Ploenchit,Lakhin Wassantasit, Petchruang Or Bonchay, Petchsila Chor Sampithong, Duangsompong Por Pongsawang, Poemsak Buntawee, Kasemlek Keatsiri

    Special Sign: Jaroensap comes from the same region as his comrades Jaroenthong and Oley, Thungsong in the south of the country. Jaroensap has represented throughout his career the famous Kiatbanchong camp in Bangkok alongside the champions Jaroenthong, Oley, Jokapop, Padmadep, Samranthong.

    Jaroensap won his first Lumpinee belt in the early 1990s, the Lumpinee belt in 112 lbs. Then, on August 7, 1992, he beat the legendary Langsuan Phayutaphum by KO for the Lumpinee belt in 115 lbs. Jaroensap had already beaten the formidable Langsuan in 1990. Jaroensap successfully defended his belt in 115 lbs against the great champion Kaensak Sor Ploenchit on 4 December 1992. Jaroensap lost his belt in 115 lbs against the king of the knees, Lamnamoon Sor Sumalee, at the Lumpinee stadium on April 30, 1993.

    Nicknamed Jayphet (The Diamond Heart), Jaroensap was a superb Fimeuu (Technician) who marked the 1990s with his magnificent fights against the best of the moment.

    In 1992, Jaroensap was elected “Best Boxer of the Year” by “The Sport Writers Association of Thailand”.

    Jaroensap now has his own camp, the Jareonsap Muay Thai Gym which is located in Pathum Thani just after the former Bangkok airport. Jaroensap trains his son and other good boxers. His son is known as the “Fourwill Sitjaroensap” fighter and fights regularly in the Lumpinee and Radja stadiums. In 2018, he won the True4U belt in 108 lbs.

     

    Jaroensap Kiatbanchong vs Langsuan Phayutaphum (Lumpinee stadium, victory ofJaroensap by KO for the belt of Lumpinee)

     

    Jaroensap Kiatbanchong vsNungubon Sitlerchai Lumpinee (Lumpinee stadium 1992, victory ofJaroensap)

     

    Jaroensap Kiatbanchong vs Lakhin Wasantasit (Radja stadium 1993,victory ofJaroensap)

     

    Jaroensap Kiatbanchong vs Pongsiri Rambo Por Rumrudee (Lumpinee stadium,victory of Jaroensap)

      

    Jaroenthong Kiatbanchong

    เจริญทอง เกียรติบ้านช่อง

    Date of birth:June 11, 1968

    City of birth: Thung Yai, a village located in Nakhon Si Tammarat province (South Region)

    Team:Kiatbanchong Gym

    Title:Lumpinee Champion in 115 lbs (1988), Lumpinee Champion in 126 lbs (1988), Lumpinee Champion in 135 lbs (1993), WMC World Champion in 135 lbs (1993)

    Opponents he beat:NamponNong Kee Pahuyuth, Chamophet Ha Phalang, Wangchanoi Sor Palangchai, Panomtuanlek Ha Phalang, Phetdam Lukborai, Payanoi Sor Thasanee, Samransak Muangsurin, Therdkiet Sitepitak, Cherry Sor Wanich, Superlek Sor Isaan, Saencheng Pinsinchai, Rajasak Sor Vorapin, Nopadet Narumon, Chanchaï Sor Thamrangsee

    Particular sign: Jaroenthong of his real name Jaroen Chumanee comes from a large family of nine children of which he's the seventh child of the family. His older brother, Chalamthong Kiatbanchong was a good fighter and his younger brother Samranthong Kiatbanchong was a great champion. Unfortunately Samranthong died tragically in 2008 in a road accident, he was 37 years old.

    Jaroenthong has spent his all career in the famous camp Kiatbanchong. At the time, the Kiatbanchong of Bangkok was one of the most famous camps in the country, there were great champions such as Oley, Samranthong, Jareonsap, Isara and Wangchanoi.

    In 1988, Jaroenthong won his first Lumpinee belt in 115 lbs against Payanoi Sor Thasanee. Then he went up to the category and won the Lumpinee belt in 126 lbs against the puncher Samransak Muangsurin. He won his third Lumpinee belt against the formidable Therdkiet Sitepitak, the Lumpinee belt in 135 lbs.

    In 1993, on the King's birthday, he defeated the great Ramon Dekkers and won the WMC World Champion belt in 135 lbs.

    Jaroenthong's record is 151 fights for 120 wins, 29 losses and 2 draws.

    His boxing style was technical and he had an intelligent boxing. Moreover, he was very good with his fists because he often fought in Boxing. In Boxing, Jaroenthong won the Gold Medal at the International Games in Surathani and the Bronze Medal at the King’s Cup.

    His hardest fight was against the legendary Samart Payakaroon who beat him by KO.

    His best purse, he touched for his fight against the great champion Saencheng Pinsinchai, a purse of 250,000 baht.

    Jaroenthong was a magnificent fighter, a boxer who mastered the art of dodging. This great champion has often fought hard against champions he has faced several times as Nampon (6 times), Cherry (6 times), Phetdam (6 times), Superlek (4 times), Therdkiet (3 times) and Rajasak (3 times).

    This formidable champion also beat the formidable Dutchman Ramon Dekkers, Tommy Vanderberg and André Masseur (KO).

    Jaroenthong after his boxing career has created his camp which is now famous in Bangkok, the Jaroenthong Gym. It's located in Wang Thong Lang District.

     

    Jareonthong Kiatbanchong vsChamophet Ha Phalang (Lumpinee stadium, victory of Jareonthong)

     

    Jareonthong Kiatbanchong vsRajasak Sor Vorapin (Lumpinee stadium 1992, victory of Jareonthong)

     

    Jareonthong Kiatbanchong vs Nampon Nong Kee Pahuyuth (Lumpinee stadium, victory of Jareonthong. Two-part video)

     

    Jareonthong Kiatbanchong vsChanchaï Sor Thamrangsee (Lumpinee stadium, victory of Jareonthong)

     

    Jongsanan Fairtex

    จงสนั่น แฟร์เท็กซ์

    จงสนั่น ลูกคลองบางแก้ว

    City of birth: July 24, 1974

    Town of birth: Nong Bua Daeng in Chaiyaphum province (Northeast Region)

    Team: Fairtex Gym

    Title: Lumpinee Champion in 126 lbs (1992), IKKC World Champion in 147 lbs (2004), ISKA World Champion in 147 lbs (2005)

    Opponents he beat: Nuathoranee War Tweekeat,Therdkiet Sitthepitak, Superlek Sor Isaan,Pairoj Wor Wolapon, Phetdam Lookprabat (KO), Sakmongkol Sitchuchoke (KO), Cherry Sor Wanich, Panomrunglek Chor Sawad, Sangtiennoi Sor Rungroj, Dokmaipa Por Pongsawang

    Sign Particular: Jongsanan of his real name Anucha Chaiyasen was born into a family of very poor farmers, in a village in the province of Chaiyaphum where there was no running water or electricity. He started boxing at the age of eleven, first fighting at village fairs in his native region.

    At the age of 16, he joined the famous Fairtex camp in Bangkok, a camp he represented for most of his career in Thailand. A camp that opened in 1975 in Bangkok in the Bangplee district and was one of the most luxurious in the country at the time of the 80’s and 90’s. The Fairtex camp belonged to the rich Mr. Bunjong Busarakamwong called Philippe Wong, this millionaire owned several Rolls-Royce cars that he parked in a garage near the Fairtex camp. The Fairtex Gym included champions such as Boonkerd Fairtex (Lumpinee Champion, Radja Champion), Yoknoi Fairtex (Lumpinee Champion), Fahsritong Fairtex (Radja Champion), Neungsiam Fairtex (Lumpinee Champion) and Jongsanan Fairtex (Lumpinee Champion).

    Nicknamed "Manutmay" (The Wood Man), Jongsanan was hard and powerful fighter.

    On February 21, 1992, he won the Lumpinee championship belt in 126 lbs against Therdkiet Sitthepitak, a belt he defended victoriously against Superlek Sor Isaan.

    Jongsanan has made a lot of great fights including against Sakmongkol Sitchuchoke that he has met seven times. Jongsanan beat Sakmongkol four times, twice by knockout. And Sakmongkol has won three matches including two by knockout. In 1993, their fight was voted "Best Fight of the Year" in Lumpinee.

    Jongsanan Fairtex moved to the United States in 1998 to do a second career until 2005, winning two world champion titles in his new career abroad.

    Jongsanan is now a U.S. coach in San Francisco at the Fairtex Gym, a gym that is well-known in the country.

     

    Jongsanan Fairtex vs Superlek Sor Isaan(Lumpinee stadium 1992, Jongsanan's victory for the Lumpinee belt)

     

    Jongsanan Fairtex vsPanomrunglek Chor Sawad (Lumpinee stadium 1992, victory of Jongsanan)

     

    Jongsanan Fairtex vsPairoj Wor Wolapon (Lumpinee stadium 1995, victory of Jongsanan)

     

    Kaensak Sor Ploenchit

    แก่นศักดิ์ ส.เพลินจิต

    Date of birth:April 8, 1971

    City of Birth: Samut Prakarn (Central Region)

    Team: Sor Ploenchit Gym

    Title: Lumpinee Champion in 112 lbs (1989), Radja Champion in 112 lbs (1989), WCK World Champion in 140 lbs (2000), IKKC World Champion in 140 lbs (2000)

    Opponents he beat:Neungubon Sitlerchai, KaruhatSor Supawan, Lamnamoon Sor Sumalee, Jaroensap Kietbanchong, Langsuan Panyuthaphum, Thaweesaklek Ploysakdaa, Vicharn Sitchuenchon, Pharuehaslek Sitchuntong, Denhnue Denmolee

    Particular Sign: His real name is Pongsak Cheyouchan. Kaensak fought for Bangkok's famous Sor Ploenchit Gym Camp for 15 years.

    In 1989, he won the Lumpinee belt in 112 lbs against Pharuehaslek Sitchuntong and the Radja belt in 112 lbs against Denhnue Denmolee.

    At only 18, he became champion in the two largest stadiums in the capital, Lumpinee and Radja.

    Kaensak made about 250 fights during his career with over 200 wins, around 40 losses and 2 draws.

    His hardest fights included Samad, Lamnamoon and Karuhat. Facing Samad Sor Lukidia, in four confrontations, Kaensak was never able to beat him. The three encounters between the legendary Lamnamoon Sor Sumalee and Kaensak were always titanic matches, Kaensak beat Lamnamoon twice in points and they made a draw. Finally, Kaensak and Karuhat Sor Supawan faced each other four times, Kaensak only managed to defeat the superstar once.

    One of his best performances was to beat the great champion of the Lumpinee Taweesaklek Ploysakdaa, it was probably Kaensak’s best memory in his fighting career.

    Kaensak had a very effective boxing that disrupted his opponents with phenomenal foot and fist sequences.

    Kaensak is one of the few fighters to have been twice voted "Best Boxer of the Year" by the prestigious "The Sport Writers Association of Thailand" in 1989 and 1990.

    In the early 2000s, Kaensak left for a second career in the United States where he won two World Champion belts in the WCK and IKKC federations, which he won at the age of 36 and 37.

    In 2007, in the United States, he also fought against the great French champion Fabio Pinca for the WBC Intercontinental belt, Kaensak lost in points.

    Today, Kaensak is an instructor of Muay Thai in one of the most famous gyms in the United States, the AMA Fight Gym in Whippany, New Jersey.

     

    Kaensak Sor Ploenchit vsVicharn Sitchuenchon (Lumpinee stadium 1992, victory of Kaensak)

     

    Kaensak Sor Ploenchit vs Lamnamoon Sor Sumalee(Radja stadium1993, draw)

     

    Karuhat Sor Supawan

    คฤหาสน์ ส.สุภาวรรณ

    Date of birth:May 22, 1968

    City of Birth:Phon in Khon Kaen Province (Northeast Region)

    Team: Sor Supawan Gym

    Title: Lumpinee Champion in 112 lbs, Lumpinee Champion in 122 lbs

    Opponents he beat: Pairojnoi Sor Sayamchai, Chatchai Paiseethong, Meechok Sor Ploenchit, Hippy Singmanee, Kaensak Sor Ploenchit, Chainoi Muangsurin,  Lamnamoon Sor Sumalee, Nungubon Sitlerchai, Kruekchai Kaewsamrit (TKO),Matee Jedipitak, Veerapon Sahaprom, Pongsiri Rambo Por Rumrudee, Saengmorakot Sor Ploenchit

    Particular Sign: His real name is Suweet Yuchumphonest. At the age of 15, the young Karuhat joined the prestigious Sor Supawan camp in Bangkok. Karuhat will remain faithful to this camp throughout his career as a fighter.

    Karuhat makes his first arms in the 112 lbs category where he wins the Lumpinee belt in 112 lbs against the terror of the moment Pairojnoi Sor Sayamchai. Then, he climbs up category to fight in 115 lbs, he meets the great champion Langsuan Panyuthaphum for the Lumpinee belt in 115 lbs, Karuhat lose to the points against Langsuan.

    Karuhat moves directly to the 122 lbs category, a category where he will excel for the rest of his career. He won the Lumpinee belt twice in 122 lbs, first against the great champion Chatchai Paiseethong and then against Meechok Sor Ploenchit. Karuhat will also fight for the Lumpinee belt in 122 lbs against the legendary Wangchannoi Sor Palangchai and against the formidable Oley Kiatoneway, Karuhat will lose in points his two fights.

    Karuhat totaled 190 fights for 165 victories (20 KO), 23 losses and 2 draws.

    His hardest fights, he faced them with Boonlay, Wangchannoi and Hippy. His fight against the great champion Boonlay Sor Thanikul was difficult because Boonlay was tall and very technical. His battles against Wangchannoi Sor Palangchai also marked him because in three confrontations, Karuhat never managed to beat the star Wangchannoi.

    Finally, Hippy Singmanee was also a dangerous opponent for Karuhat. The two men fought four times with a win for Karuhat, two wins for Hippy and a draw.

    In the 90s, this exceptional champion was feared. Being small for his category, Karuhat had to deploy a very skilful boxing to beat his opponents often bigger than him.

    This magnificent technician perfected the techniques of counter and poke. In a match with Karuhat, his opponents were almost sure to finish the fight with a wound to the face.

    Karuhat had several fighter nicknames because Muay Thai fans in Thailand loved his clean boxing style. For his fame he was called “YodSiyan” (The Superstar), for his intelligent boxing he was nicknamed “Yodmuayechriya” (The Genius of Boxing) and “Aysiyan” (The wonder kid).

    Karuhat won big purses when he was at the top of his career, one of his biggest purses he won was 300,000 baht for his fight against Kaensak Sor Ploenchit on May 21, 1993 in Lumpinee, a fight won by Karuhat.

    This great champion was considered by many specialists to be the best fighter in the 122-pound class of the 1990s.

    Today, this champion has become a coach and has his own camp, the Sitkaruhat Gym which is located in the district of Nong Kheam in Bangkok.

     

    Karuhat Sor Supawan vs Lamnamoon Sor Sumalee (Lumpinee stadium 1993, victory of Karuhat)

     

    KaruhatSor Supawan vs Kaensak Sor Ploenchit (Radja stadium1994,victory ofKaruhat)

     

    Karuhat Sor Supawan vsNungubonSitlerchai (Lumpinee stadium1993,victory ofKaruhat)

     

    Karuhat Sor Supawan vsVeeraphol Sahaprom (Lumpinee stadium, victory of Karuhat)

     

    Lakhin Wassantasit

    หลักหิน วสันต์สิทธิ์

    หลักหิน ส.สาหร่ายทอง

    Date of birth: 17 April 1972

    City of birth: Khanom in the province of Nakhon Si Thammarat (South Region)

    Team:Galaxy Gym

    Title: Radja Champion in 115 lbs, Isuzu Tournament Winner in 115 lbs, Omnoi Champion in 140 lbs, Winner of Tam Jai Tournament in 140 lbs, WMC World Champion in 140 lbs

    Opponents he beat:Wichan Sitchutchoi (KO), Singnoi Sor Prakasan (KO), Sayoknoi Sakphetarun (KO), Daoden Sor Sakasem (KO), Supernoi Sor Talingchan (KO), Chamnan Saknarin (KO), Dejrit Sor Ploenchit (KO), Daeneuha Daenmolee (KO), Piteelek Chaiphiphat, Malakeau Sor Thosaphon, Petcharat Sor Worapin (KO), Chatchainoi Chawraiaoy (KO), Burlek Pinsinchai (KO), Samson Isaan

    Particular sign: Lakhin of his real name Wichit Lapmee was nicknamed "Mat Phayayom" (The puncher of hell). He was one of the most formidable punchers of the nineties. With his destructive strike, he executed many opponents by KO such as the great champions Wichan Sitchutchoi, Singnoi Sor Prakasan (For the belt of the Radja), Sayoknoi Sakphetarun (For the belt of Omnoi and the final of the tournament Tam Jai), Daoden Sor Sakasem, Supernoi Sor Talingchan, Chamnan Saknarin, Dejrit Sor Ploenchit, Daeneuha Daenmolee, Chainoi Chawy.

    Lakhin is one of the few boxers to beat KO in the first round, the legendary Burlek Pinsinchai. Lakhin was a terror of the rings, especially at the Ratchadamnoen stadium where he won many victories, he was twice elected «Best Fighter of the Year» from the Radja stadium.

    Lakhin also had a great career in Boxing with 29 professional fights for 27 victories including 18 won by KO and 2 draws, no one managed to defeat the puncher of Nakhon Si Tamarat. Lakhin won in Boxing the PABA and OPBF belt and he made a WBA World Championship against title holder Daorung Chuwattana who kept his belt after a draw.

     

    Lakhin Wasantasit vs Samson Isaan (Lumpinee stadium 1992, victory of Lakhin)

     

    Lakhin Wasantasit vsWichan Sitchutchoi (Radja stadium 1992, victory of Lakhin by KO)

     

    Lakhin Wasantasit vsPetcharat Sor Worapin (Radja stadium, victory of Lakhin)

     

    Lakhin Wasantasit vsSingnoi Sor Prakasan (Radja stadium, victory of Lakhin by KO for the Radja belt)

     

  •  

    INTERVIEW DE TOBIAS ALEXANDERSSON

    By Serge TREFEU (2016)

     

     

     

     

    SERGE TREFEU : Bonjour Tobias comment vas-tu ?

    Salut Serge je vais bien, merci

    Tu es né en Suède, dans quelle ville ?

    Je suis né dans la ville d'Örebro qui est située dans le centre de la Suède

    Quel âge as-tu ?

    J'ai 32 ans

    A quel âge tu as commencé la boxe ?

    J'ai commencé le Muay Thai à l'âge de 15 ans, mais j'ai essayé différents arts martiaux à partir de 7 ans

    Comment tu as découvert la boxe ?

    Quand j'avais 13 ans, j'ai commencé l'entrainement dans un club à Örebro et l'entraineur mélangait le Muay Thai, la Savate et le Kickboxing. Après presque deux ans dans ce club, je voulais me former au pur Muay Thai et on m'a dit qu'il y avait une bonne salle de gym à une heure avec le bus de ma ville. J'ai appelé l'entraineur tout de suite et j'ai commencé l'entrainement trois fois par semaine et j'ai continué pendant environ 4 ans, jusqu'à ce que la salle de gym soit fermée, maintenant je suis mon propre entraîneur...

    Tu as commencé dans quel club et avec quel entraineur ?

    Le club était Karlskoga Thaiboxing et l'entraineur était Ronnie Stensson

    Qu'est ce qui t'a attiré dans cette boxe ?

    Quand j'avais environ 12-13 ans, j'ai vu le film "Kick boxer" avec Jean-Claude Van Damme. J'aimais ce film, je pouvais le regarder au moins deux fois par jour. Quand je suis arrivé au Karlskoga Thaiboxing, Ronnie m'a donné une copie de la vidéo des combats de Rambaa Somdet Sit Or et de Ramon Dekkers qui ont tout de suite remplacé le film Kick boxer

    Aujourd'hui, tu es dans quel club ?

    J'ai ma propre salle de gym maintenant à Örebro qui s'appelle "019 Boxing Gym" (019 est le code régional d'Örebro)

     

    L'ÉQUIPE DU 019 BOXING GYM

     

    Quels sont les combattants qui s’entraînent dans ton club ?

    Quelques gars qui montent, pas célèbres pour le moment mais des gars comme Kriss Tallingnam qui a été mon sparring partener, mais il est parti en Thaïlande il y a environ 3 ans pour se faire un nom

    Le Muay Thai est bien développé en Suède ? Est ce qu'il y a beaucoup de galas ?

    Oui il est de plus en plus accepté chez les Suédois. Il y a beaucoup de petits galas dans toute la Suède, presque chaque semaine et quelques plus grands chaque mois !

    Tu as beaucoup combattu en Suède ?

    Non, pas vraiment, j'ai environ 20 combats en Suède, les règles du Muay Thai suédois sont différentes (Règles IFMA). Je préfère la boxe professionnelle en Thaïlande parce que cela convient mieux à mon style et les juges et les médecins n'ont pas peur du sang et des coupures là-bas...

    Quels sont les champions suédois qui t'ont inspiré pour la suite de ta carrière ?

    Il y en a pas vraiment mais je pense que le Suédois Chris Forster (Sor Vorapin) était un bon styliste en Muay Thai

    Et les champions thaïlandais ?

    Wow, il y en a tellement !

    J'aime le style de Bovy Sor Udomson mais la plupart d'entre eux sont de «l'âge d'or" comme Jongsanan Fairtex, Samson Isaan, Rambo Por Ruamrudee, Coban Lookchaomaesaitong, Lakhin Wasandasit, Langsuan, Rambaa, Rambong, la liste peut continuer longtemps...

     

    BOVY "NEW RAMBO" EST L'AMI ET SPARRING PARTNER DE TOBIAS ALEXANDERSSON

     

    En quelle année tu as été pour la première fois en Thaïlande ?

    La première fois c'était en 2003, je suis allé en vacances avec ma femme à Koh Samui pour un mois et je m’entraînais presque chaque soir dans un petit camp Thai qui s'appelait Kietkorwit

    Dans quel camp tu as été t’entraîner ? Comment ce sont passé tes premiers entraînements en Thaïlande ?

    Après mes vacances avec ma femme, je voulais aller en Thaïlande et m’entraîner pour de vrai. J'ai réservé un billet de trois mois pour la Thaïlande. Le premier camp où je suis resté était le Kiatchansing à Bangkok, je me suis entraîné et je dormais sur le ring de boxe avec Bovy Sor Udomson et les autres champions thaïlandais tels que Pongsing Kiatchansing, Phatjai et Gupi wor Suthiran et beaucoup d'autres. Je suis resté là un mois, ensuite, je suis allé au camp Chay Yai à Chiang Mai pendant environ deux mois. L'année suivante, quand je suis retourné au Kiatchansing, le camp était fermé parce que le patron est mort du cancer et les boxeurs et les entraîneurs avaient tous disparu. J'ai commencé à chercher un nouveau camp et j'ai découvert que Bovy et mon entraîneur Taa étaient allés au camp Kaewsamrit, alors je suis allé là-bas et il a été mon camp de base depuis que je vais en Thaïlande maintenant

     

    TOBIAS AU CAMP KIATCHANSING

     

    Tu t'intéresse à la culture thaïlandaise ?

    J'aime vraiment la nourriture thaï, surtout la nourriture de l'Isaan (Nord Est), je peux cuisiner de nombreux plats thaïlandais moi-même

    Qu'est ce que tu aimes le plus en Thaïlande après le Muay Thai ?

    La nourriture et les massages thaï, parfois je peux aller me faire masser trois fois dans la journée, c'est vraiment cher en Suède alors j'essaye d'aller me faire masser autant que je peux quand je suis en Thaïlande

    Combien tu as fais de combat en Thaïlande ?

    Environ 50-60 combats

    Que penses-tu des combattants thaïlandais ?

    J'adore leur style de combattant, posé, puissant et rapide

    Qui sont pour toi les meilleurs combattants thaïs dans ta catégorie aujourd'hui ?

    Il y en a beaucoup de bons, mais je préfère les styles de Yodsanklai Fairtex, Aikpracha Meenayothin et Thongchai Sitsongpeenong !

    Jusqu'à maintenant, combien tu as fais de combat, combien de victoires et de défaites ?

    J'ai fais 85 combats pour 61 victoires, 23 défaites et un match nul

    Tu as remporté combien de victoire par KO ?

    Environ une vingtaine de victoires par KO

    Quels sont les titres que tu as gagnés ?

    J'ai gagné la ceinture de champion du monde WPMF en 168 lbs (76 Kg) en 2013 contre Samuel Andoche, la ceinture de champion du monde WPMF en 160 lbs (72 Kg 500) en 2011 contre Panom Topkingboxing, la ceinture de champion du monde WPMF en 168 lbs (76 Kg) en 2011 contre Laurent Emerald Gym

     

    TROIS FOIS CHAMPION DU MONDE WPMF

     

    Quels sont les combattants connus que tu as rencontré ?

    Aikpracha Meenayothin, Lamsongkram Chuwattana, Dejtrit Popteeratham, Bernueng TopKingBoxing (3 fois), Panom TopKingBoxing (2 fois), Moset Tor Sangtiennoi, Youssef Boughanem, Franki Giorgi (2 fois), Apited Sitsongpeenong, Buakiew Por Pongsawang, Daratong Looksaikondin, Adrien Popteeratham, Damien Ozenne (2 fois), Samuel Andoche, Remy Vectol, Fadi Merza, Joakim Karlsson, Laurent Emerald Gym

     

    ALEXANDERSSON A AFFRONTÉ LE SOLIDE AIKPRACHA DANS LE TOURNOI TOYOTA EN 2011 (DÉFAITE PAR TKO)

     

    Tu combats actuellement dans quelle catégorie ?

    En 72 Kg-72 Kg500

    Quelles sont les techniques que tu aimes faire sur le ring ?

    Les coups de coudes est l'une de mes armes favorites, ils peuvent changer tout un combat avec un seul coup de coude

    En 2012, tu as combattu contre Lamsongkram Chuwattana (Champion du Radja en 160 lbs, Champion du Monde WBC, Champion S1) pour la ceinture du Radja en 160 lbs, tu as perdu contre lui, c'est très rare un étranger qui combat pour une ceinture du Radja, est ce que tu aimerais pouvoir de nouveau combattre pour le titre de champion du Radja ?

    Oui, et gagner cette ceinture c'est l'un de mes plus grands objectifs depuis que j'ai commencé ma carrière !

    Tu as affronté trois fois le solide champion Bernueng (Champion du Radja, Champion du Monde WMC, Champion du Monde WPMF) dans des terribles combats, quels souvenirs tu gardes de tes matchs face à Bernueng ?

    La première fois que nous nous sommes affronté c'était pour la protection de mon titre de champion WPMF en 160 lbs que j'avais gagné contre Panom Topkingboxing l'année précédente, le combat était à l'extérieur du stadium Sanam maa Langneurn, j'ai gagné le combat, mais ce fut un match serré, jusqu'à ce que j'ai assuré ma victoire avec un décompte de 8 au 3ème ou 4ème round avec un coup de coude. La deuxième fois, j'ai perdu, le combat était dans un grand événement à Pattaya, l'arbitre a arrêté le combat au 4ème round parce que j'avais trop de sang dans mes yeux. Pour le troisième combat nous nous sommes affronté à Sanam Luang et j'ai perdu aux points...

     

    LES MATCHS ENTRE ALEXANDERSSON ET BERNUENG ONT TOUJOURS ÉTÉ DES TERRIBLES BATAILLES

     

    Tu as fais combien de combat dans les stadiums de Bangkok (Radja, Lumpinee, Omnoi) ?

    Seulement deux fois au stadium du Rajadamnern (Une victoire par KO contre Moshi Kor Lompsritong, une défaite par arrêt de l'arbitre contre Lamsongkram Chuwattana) mais je voudrais vraiment combattre dans tous ces stadiums (Tobias a combattu également dans le stadium de Rangsit à Bangkok)

     

    TOBIAS AU STADIUM DU RADJA

    • RADJA1 []
    • RADJA2 []
    • RADJA3 []
    • RADJA4 []
    • RADJA5 []
    • RADJA6 []
    • RADJA7 []
    • RADJA8 []

     

    Et à l'anniversaire du Roi et de la Reine tu as combattu combien de fois ?

    Je combats dans chaque événement depuis décembre 2009 (12 fois en tout). Le dernier (04/12/2015), je n'y ai pas participé en raison de quelques problèmes avec les sponsors de l'événement...

     

    ALEXANDERSSON EST L'UN DES COMBATTANTS ÉTRANGERS QUI A LE PLUS COMBATTU À L'ANNIVERSAIRE DU ROI ET DE LA REINE

     

    Quel est ton meilleur souvenir de boxe jusqu'à présent ?

    Quand j'ai combattu pour la protection de mon titre WPMF en 160 lbs contre Bernueng et que j'ai gagné, parce que à cette période, il était l'un des plus grands noms thaïlandais dans ma catégorie de poids !

    Et le pire ?

    C'est d'avoir perdu contre Lamsongkram pour la ceinture du Rajadamnern, je voulais vraiment cette ceinture autour de ma taille, mais il était trop intelligent pour moi ce soir-là...

    Ton combat le plus dur de ta carrière ?

    Lorsque j'ai combattu Adrien Rubis (Poptheeratham), j'ai gagné le combat après une grosse guerre, mais c'était difficile de combattre contre lui, il mesure 2 m de haut par rapport à mes 1m75 !

    Tu es un gros encaisseur, tu aimes les combats durs, tu as fais beaucoup de combats où tu as été méchamment ouvert au visage, combien de points de suture tu as eu jusqu'à maintenant ?

    La dernière fois que j'ai compté j'avais 187 points de suture à la tête et au visage à cause du Muay Thai, je pense que j'ai fais quelques petites coupures depuis, alors je devrais donc en avoir encore plus. Cela ne me dérange pas, je les vois comme une partie de mon histoire et de ma personnalité...

     

    TOBIAS EST UN NAKMUAY RECOUSU

    • COUPURE1 []
    • COUPURE2 []
    • COUPURE3 []

     

    Tu connais des combattants français actuels ?

    Oui, la France a eu beaucoup de grands boxeurs au cours des années, j'aime vraiment les styles de Jean-Charles Skarbowsky, Danny Bill, Guillaume Kerner et Manu Ntoh. Les combattants actuels français que je connais sont Fabio Pinca, Damien Alamos, Yohan Lidon, Adrien Rubis, Damien Ozenne et quelques autres...

     

    TOBIAS AVEC LE GRAND CHAMPION DANNY BILL

     

    Que pense-tu des combattants français ?

    Ils ont une bonne connaissance du Muay Thai et la plupart d'entre eux ont un très bon style thaï

    Le 30 avril, tu vas venir en France pour combattre dans le gala organisé par l'ancien grand champion français Guillaume Kerner, tu vas affronter le champion Samy Sana, est ce que tu le connais ? Que penses tu de ton adversaire ?

    Je ne sais pas beaucoup de choses sur lui, je sais qu'il a combattu Yodsanklai, Yohan Lidon et Diesellek...

    Sana est un "Guerrier" qui aime les combats durs et sans temps mort, un peu comme toi, qu'est ce que tu as à dire à Samy Sana pour ce combat en France ?

    Je suis sûr que tu vas bien te préparer pour ce combat et je ferai la même chose afin de donner au public quelque chose dont il va se souvenir !

    Tu vas te préparer en Thaïlande pour ce combat ?

    Non, seulement dans ma salle de gym en Suède, comme je le fais toujours

    Quels sont tes projets pour 2016 ?

    Manger sainement, s'entraîner dur et de rester prêt s'il y a des bonnes occasions qui se présentent

    Tu veux ajouter quelque chose ?

    Je tiens à remercier le camp Kaewsamrit Gym pour croire en moi et de prendre toujours soin de moi quand je suis à Bangkok. Un merci spécial à Danny Carlson de Karlstad Muay Thai qui est mon manager à l'extérieur de la Thaïlande et à mes partenaires d'entraînement au 019 Boxing Gym. Enfin et surtout Merci à mon épouse Indira qui est toujours là pour me soutenir !

     

    TOBIAS AVEC LE PROPRIÉTAIRE DU CAMP KAEWSAMRIT GYM M. ANAN CHANTIP ET LE LÉGENDAIRE CHANCHAI SOR TAMRANGSI

     

    ALEXANDERSSON A REPRÉSENTÉ LE CAMP KAEWSAMRIT PENDANT PLUSIEURS ANNÉES, SON NOM DE COMBATTANT EN THAÏLANDE EST TOBIAS KAEWSAMRIT

     

    Merci beaucoup pour cette interview et Chookdee pour ton combat !

    Merci Serge !

     

     

    Alexandersson est un véritable taureau des rings, les thaïlandais aiment son style fonceur et encaisseur, c'est un guerrier qui va toujours au bout de lui-même. Ses techniques de poings sont redoutables, il a d'ailleurs effectué cinq combats professionnels en boxe anglaise (1 victoire, 1 nul, 3 défaites) !

    Tobias a battu des bons champions tels que les thaïlandais Bernueng Topkingboxing, Panom Topkingboxing, Apited Sitsongpeenong, Buakiew Por Pongsawang, Daratong Looksaikondin, les français Samuel Andoche, Damien Ozenne,Adrien Rubis, Laurent Tavanee, l'australien Franki Giorgi, l'autrichien Fadi Merza, le suédois Joakim Karlsson !

     

    ALEXANDERSSON CONTRE TAVANEE

     

    En septembre 2012, après plusieurs victoires face à des champions thailandais notamment contre Bernueng, Tobias a été classé N° 2 au stadium du Radja en 160 lbs, vraiment très peu d'étranger ont été aussi bien classé dans ce mythique stadium !

     

    LES MAGAZINES THAÏLANDAIS PARLENT SOUVENT DE TOBIAS KAEWSAMRIT

    • MAGAZINE1 []
    • MAGAZINE2 []
    • MAGAZINE3 []
    • MAGAZINE4 []
    • MAGAZINE5 []
    • MAGAZINE6 []
    • MAGAZINE7 []

     

     

    TOBIAS ALEXANDERSSON

    Date de naissance :18/05/1983

    Poids :72-72.5 Kg

    Hauteur :1m75

    Nombre de combats :85. 61 Victoires. 23 Défaites. 1 Nul

    Titre :Champion du Monde WPMF en 168 lbs (2013), champion du Monde WPMF en 160 lbs (2011), champion du Monde WPMF en 168 lbs (2011)

    Team :Kaewsamrit Gym / 019 Boxing Gym

     

     

    TOBIAS KAEWSAMRIT EN ACTION

     

     

     

     

  •  

    INTERVIEW OF TOBIAS ALEXANDERSSON

    By Serge TREFEU (2016)

     

     

     

     

     

    SERGE TREFEU: Hello Tobias how are you?

    Hi Serge I'm fine thank you

    You were born in Sweden, in what city?

    I'm born in the city of Örebro that is situated in the middle of Sweden

    How old are you?

    I'm 32 years of age

    At what age you began the boxing?

    I started Muay Thai when I was 15 years old but I tried different martial arts from age 7

    How you discovered the boxing?

    When I was 13 years I started training in a gym in Örebro and the trainer mixed Muay Thai, Savate and Kickboxing. After almost 2 years in that gym I wanted to train pure Muay Thai and I was told that there was a good gym one hour away with the bus from my city. I called the trainer straight away and I started training there 3 times a week and continued this for about 4 years until the gym was shut down, since then I have been my own trainer...

    You began in which gym and with which trainer?

    The gym was Karlskoga Thaiboxing and the trainer was Ronnie Stensson

    Who attracted you in this boxing?

    When I was about 12-13 years I saw the movie “Kick Boxer” with Jean Claude Van Damme. I used to love that movie, I could look at it at least twice a day. When I got to Karlskoga Thaiboxing Ronnie gave me a video copy of a few Rambaa Somdet sit Or and Ramon Dekkers fights that replaced the Kickboxer movie straight away

    Today, you are in what gym?

    I have my own gym now in Örebro and its called 019 Boxing Gym (019 is the area code of Örebro)

     

    TEAM 019 BOXING GYM

     

    What are the fighters who train in your gym?

    A few upcoming guys, no one famous at the moment but upcoming guy Kriss Tallingnam used to be partners but he moved to Thailand about 3 years ago to build his name

    Muay Thai is developed well in Sweden? What is that there are many events?

    Yes it's getting bigger and bigger and more accepted among the Swedes. There are a lot of smaller events around Sweden almost every week and a few bigger ones monthly!

    You fought a lot in Sweden?

    No, not really, I had about 20 fights in Sweden, The Swedish Muay Thai is scored differently (IFMA rules). I prefer fighting professional in Thailand because it suits my style better and the judges and doctors are not afraid of blood and cuts over there...

    What are the Swedish champions who inspired you for the continuation of your career?

    No one really but I think the Swede Chris Forster (Sor Vorapin) was a good Muay Thai stylist

    And the Thai champions?

    Wow, there are so many!

    I like the style of Bovy Sor Udomson but most of them is from “The golden era” Jongsanan Fairtex, Samson Isaan, Rambo Por Rumrudee, Coban Lookchaomaesaithon, Lakhin Wasandasit, Langsuan, Rambaa, Rambong, the list can go on forever...

     

    BOVY "NEW RAMBO" IS THE FRIEND AND SPARRING PARTNER OF TOBIAS ALEXANDERSSON

     

    In what year you were for the first time in Thailand?

    The first time was in 2003 and I went on vacation with my wife to Koh Samui for one month and I was training almost every evening in a small Thai gym called Kietkorwit

    In what camp you were to train? How it passed your first trainings in Thailand?

    After my vacation with my wife I wanted to go to Thailand and train for real so I booked a 3 month ticket to Thailand. The first gym I stayed at was Kiatchansing in Bangkok. I trained and slept in the boxing ring together with Bovy Sor Udomson and the other Thai champions such as Pongsing Kiatchansing, Phatjai and Gupi wor Suthiran and many more. I stayed there one month until I went to Chay Yai gym in Chiangmai for about 2 month. The next year when I went back to Kiatchansing the gym was shut down because the Boss died of cancer and the boxers and trainers were all gone. I started looking for a new gym and find out Bovy and my padman Taa went to Kaewsamrit so I went there and it has been my base camp since then when ever I come to Thailand

     

    TOBIAS IN CAMP KIATCHANSING

     

    You interests you in the Thai culture?

    I really love Thai food, especially Isaan food (North east), I can cook many Thai dishes by myself

    What you like most in Thailand after Muay Thai?

    The food and Thai massage, sometimes I can go to massage 3 times in one day, it's really expensive in Sweden so I try to go to massage as much as I can when in Thailand

    How much you have make of fight in Thailand?

    Not sure, about 50-60

    What do you think of Thai fighters?

    I love their clean style of fighting, good balance, power and speed

    Who are for you the best Thai fighters in your category today?

    There are many good guys but I prefer the styles of Yodsanklai Fairtex, Aikpracha Meenayothin and Thongchai Sitsongpeenong!

    So far, how much you have make of fight, how many victories and defeats?

    85 Fights, 61 Win, 23 Lost 1 Draw

    You won how much victory by KO?

    Approximately twenty victories by KO

    What are the titles which you won?

    I won World champion WPMF 168 Lbs in 2013 against Samuel Andoche, World champion WPMF 160 Lbs in 2011 against Panom Topkingboxing, World champion WPMF 168 Lbs in 2011 against Laurent Emerald gym

     

    THREE-TIME WORLD CHAMPION WPMF

     

    What are the known fighters that you met?

    Aikpracha Meenayothin, Lamsongkram Chuwattana, Dejrit Popteeratham, Bernueng TopKingBoxing (3 times), Panom TopKingBoxing (2 times), Moset Tor Sangtienoi, Youssef Boughanem, Franki Giorgi (2 times), Apited Sitsongpeenong, Buakiew Por Pongsawang, Daratong Looksaikondin, Adrien Popteeratham, Damien Ozenne (2 times), Samuel Andoche, Remy Vectol, Fadi Merza, Joakim Karlsson, Laurent Emerald gym

     

    ALEXANDERSSON CONFRONTED THE SOLID AIKPRACHA IN THE TOYOTA TOURNAMENT IN 2011 (DEFEATED BY TKO)

     

    You fights at present in which category?

    72-72.5 Kg

    What are the techniques which you like making on the boxing ring?

    Elbows is one of my favorite weapons, they can change a whole fight with just one poke...

    In 2012, you fought against Lamsongkram Chuwattana (Radja Champion in 160 lbs, World champion WBC, S1 Champion) for the belt of Radja in 160 lbs, you lost against him, it's very rare a foreigner which fights for a belt of Radja, is what you would like you could again fight for the title of Radja champion?

    Yes, to win that belt has been one of my biggest goals since I started my career!

    You faced three times the robust champion Bernueng (Radja Champion, World champion WMC, World champion WPMF) in terrible fights, what memories you keep of your matches in the face of Bernueng?

    The first time we fought I protected my 160 lbs WPMF title that I took from Panom Topkingboxing the previous year, the fight was outside of the horse stadium Sanam maa Langneurn, I won the fight but it was a close fight until I secured the win with an 8 count in round 3 or 4 with an elbow knockdown. Second time I lost and that fight was at a big event in Pattaya, the referee stopped the fight in round 4 because I got too much blood into my eyes. Third time we fought in Sanam luang and I lost on points

     

    MATCHES BETWEEN ALEXANDERSSON AND BERNUENG ALWAYS HAVE BEEN OF TERRIBLE BATTLES

     

    You have make how much fight in the stadiums of Bangkok (Radja, Lumpinee, Omnoi)?

    Only 2 times at Radjadamnern (One victory by KO against Moshi Kor Lompsritong, one defeat by stoppage referee against Lamsongkram Chuwattana) but I would really like to fight in all of those stadium (Tobias also fought in the stadium of Rangsit in Bangkok)

     

    TOBIAS IN RADJA STADIUM

    • RADJA1 []
    • RADJA2 []
    • RADJA3 []
    • RADJA4 []
    • RADJA5 []
    • RADJA6 []
    • RADJA7 []
    • RADJA8 []

     

    And in the King's Birthday and the Queen's Birthday you fought how many times?

    I have been fighting on every event since December 2009 (12 times all together). The last one (2015-12-04) I didn’t attend due to some trouble with the sponsors of the event...

     

    ALEXANDERSSON IS ONE OF THE FIGHTERS FOREIGNERS WHO MORE FOUGHT IN THE KING'S BIRTHDAY AND QUEEN'S BIRTHDAY

     

    What is your best memory of boxing until now?

    When I protected my 160 lbs title against Bernueng and won, because during that time he was one of the biggest Thai names in my weight category!

    And the worst?

    Losing to Lamsongkram for the Radjadamnern belt, I really wanted that belt around my waist but he was too clever for me that night...

    Your hardest fight of your career?

    When I fought Adrien Rubis (Popteeratham), I won the fight after a big war but it was hard to fight him, he's 200 cm tall compared to my 175 cm!

    You are a big durable boxer, you like the hard fights, you have make many fights where you were nastily opened to the face, how much stitch you had so far?

    The last time I counted I had 187 stitches in my head and face from fighting Muay Thai, I think I had a few small cuts since then so it should be more. I don’t mind them, I see them as a part of my history and personality...

     

    TOBIAS IS A NAK MUAY STITCHED

    • COUPURE1 []
    • COUPURE2 []
    • COUPURE3 []

     

    You know current French fighters?

    Yes, France has had many great boxers during the years, I really like the styles of Jean-Charles Skarbovsky, Danny Bill, Guillaume Kerner and Manu Ntoh. Current French fighters that I know of is Fabio Pinca, Damien Alamos, Yohan Lidon, Adrien Rubis, Damien Ozenne and a few more...

     

    TOBIAS WITH GREAT CHAMPION DANY BILL

     

    Of what do you think of French fighters?

    They have a good knowledge of the Muay Thai game and most of them have a really good Thai style

    On April 30th, you are going to come in France to fight in the event organize by the former great French champion Guillaume Kerner, you are going to face the champion Samy Sana, what is that you know him? Of what think you of your opponent?

    I don’t know a lot about him, I know that he fought Yodsanklai, Diesellek and Yohan Lidon...

    Sana is a "Warrior" who likes the hard fights, without time-out, little as you, what you have to tell Samy Sana for this fight in France?

    I´m sure you will prepare good for this fight and I will do the same so let´s give the audience something good to remember!

    You're going to get ready in Thailand for this fight?

    No, only in my gym in Sweden, like I always do

    What are your projects for 2016?

    Eat clean, train hard and stay ready If there is any good opportunities coming my way

    You want to add anything?

    I would like to thank Kaewsamrit Gym for believing in me and for always taking care of me when I´m in Bangkok. Special thanks to Danny Carlsson from Karlstad Muay Thai who is my manager outside of Thailand and to my training partners at 019 Boxing Gym. Last but not least thanks to my wife Indira who is always supporting me!

     

    TOBIAS WITH THE OWNER OF KAEWSAMRIT GYM MR. ANAN CHANTI AND LEGENDARY CHANCHAI SOR TAMRANGSI

     

    ALEXANDERSSON REPRESENTED A CAMP KAEWSAMRIT FOR SEVERAL YEARS, HIS NAME OF FIGHTER IN THAILAND IS TOBIAS KAEWSAMRIT

     

    Thank you very much for this interview and Chookdee for your fight!

    Thank you Serge!

     

     

    Alexandersson is a real bull of boxing rings, Thai like his aggressive style and durable boxer, it's a warrior who always goes at the end of himself. His techniques of fists are redoutable, he moreover made five professional fights in Boxing (1 victory, 1 draw, 3 defeats)!

    Tobias beat good champions such as Thai Bernueng Topkingboxing, Panom Topkingboxing, Apited Sitsongpeenong, Buakiew Por Pongsawang, Daratong Looksaikondin, French Samuel Andoche, Damien Ozenne, Adrien Rubis, Laurent Tavanee, Australian Franki Giorgi, Austrian Fadi Merza, the Swedish Joakim Karlsson!

     

    ALEXANDERSSON AGAINST TAVANEE

     

    In September 2012, after several victories against the Thai champions including against Bernueng, Tobias was classified N ° 2 in the stadium of Radja in 160 lbs, really little foreigner were classified as well in this mythical stadium!

     

    THE THAI MAGAZINES OFTEN SPEAK ABOUT TOBIAS KAEWSAMRIT

    • MAGAZINE1 []
    • MAGAZINE2 []
    • MAGAZINE3 []
    • MAGAZINE4 []
    • MAGAZINE5 []
    • MAGAZINE6 []
    • MAGAZINE7 []

     

     

    TOBIAS ALEXANDERSSON

    Birth date:1983-05-18

    Weight:72-72.5 Kg

    Height:175 cm

    Number of fights:85. 61 Win. 23 Lost. 1 Draw

    Title:World champion WPMF 168 lbs (2013), World champion WPMF 160 lbs (2011), World champion 168 lbs (2011)

    Team:Kaewsamrit Gym/ 019 Boxing Gym

     

     

    TOBIAS KAEWSAMRIT IN ACTION

     

     

     

     

     

     

  • INTERVIEW DE TOM WALLACE
    By Nicholas READ (2019)



    Tom Wallace Siam Fight MAg

     

    Nicolas Read : Bonjour Tom, Merci de m’accordez cette interview pour Siamfightmag. Pour commencer cette interview, beaucoup de personnes se posent la question, d’où vient ton surnom de combattant « Cyborg ». Tu peux nous en dire un peu plus ?

    Tom Wallace : MERCI à SIAMFIGHTMAG de m’accorder une interview et aux quelques médias Français qui me donnent un peu de lumière.

    Mon 1er surnom, donné par mon premier entraîneur, était « Taser », par rapport à plusieurs KO que j’avais mis avec mes poings. Après, mes capacités à encaisser sur le ring, comme en dehors, m’ont valu celui de « Cyborg » et c’est un état d’esprit qui colle totalement à ma mentalité

    Tu as grandi dans quel coin de la France ?

    Je suis né à Décines-Charpieu en Banlieue Lyonnaise et j’y vis encore pour l’instant

    Comment tu as découvert cet Art martial, le Muay Thai ?

    J’ai toujours été attiré par les Arts Martiaux car j'étais Fan de BRUCE LEE lorsque j'étais enfant. Mais je n'avais pas le droit de pratiquer car de la maternelle au collège, je me battais souvent. Je n'étais pas attiré par le Foot, alors j’ai longtemps joué au basket jusqu’au championnat de France. Durant ma dernière année de basket, je disais à ma mère que j’allais au Basket. Mais en fait, j’allais dans le club de Boxe Anglaise de mon quartier. J’ai fait presque une saison de boxe avec l’envie d’utiliser les jambes.

    Un jour, mon pote Adama m’a emmené aux Lions Thaïs, un club multi-boxes à dominante Boxe Thaï. Là-bas, j'ai rencontré l’entraîneur Dominique qui est l'une des personnes avec le meilleur fond que j’ai rencontré dans ce milieu. Au premier entraînement, je ne savais pas jusqu’où j’irai. Mais je savais que c’était MON SPORT !

    La première saison sérieuse, j’ai fini Vice Champion de France amateur. Alors, j’étais presque sûr d’aller loin dans ce sport. Mais à la saison suivante, manque de bol, j’ai eu un grave accident. Aux urgences, le chirurgien qui m'a soigné m'avait dit que je ne pourrai plus jamais faire de sport de combat…

    C’était très dur psychologiquement et il m’a fallu beaucoup de mental pour finalement, cinq ans après mon accident, reprendre les sports de combat. Un an après ma reprise, j'ai été champion de France. Mais depuis cet accident, chaque combat, même perdu, est une victoire pour moi. Et je fais un gros bisou à ce chirurgien incompétent dont je ne connais pas le nom, j’espère qu’il suit mon parcours et qu’il regrette ses paroles...

    Est ce qu'il y avait beaucoup de clubs de boxe Thaï dans ta région ?

    Oui, quand même le Muay prend de l’ampleur, des nouveaux clubs se créent encore. Et grâce à Dominique, à l’époque, j’ai eu la chance de tourner dans la plupart des clubs de la région. Je n’oublierai jamais et je remercierai toujours ceux qui m’ont ouvert leur porte pour y évoluer, Fouad Ezbiri, Nasser Kacem, Faycal Omrani, Saber Bouzaiane, le club de Full de Villeurbanne, pardon si j’en oublie…

    Tu te souviens de ton premier entraînement, comment cela s'est passé ?

    Je me souviens même de mon premier trimestre d’entraînements en Muay Thai. J’avais toujours fait du sport, alors physiquement ça allait. Mais techniquement, il y avait encore beaucoup de boulot. Je débutais. Mais pour la partie sparring, dès le deuxième mois d’entraînement, j’étais le sparing partner attitré d’un Pro de mon gabarit. A cette époque, il était en équipe de France. Au début, sur le ring, je subissais surtout lors des premiers coups échangés. Mais j’en redemandais tous les jours. Jusqu’au moment où la donne a changé...

     

     Tom Wallace Cyborg

     

    Qu'est ce qui t'a attiré dans ce sport ?

    Le MUAY THAI est d’abord la Boxe la plus complète !

    Ensuite, le côté spirituel me plaît beaucoup, ce sport est beau et les codes de cette discipline en font un sport unique.

    Quand j'ai été pour la première fois en Thaïlande, en plus du Muay, je suis aussi tombé amoureux de toute la culture qu’il y a autour de ce sport. Après plus de dix ans de pratique, je peux dire que c’est une magnifique école de la vie. J’y ai beaucoup appris et aujourd’hui, je dois beaucoup à la Boxe

    Tu avais quel âge lorsque tu as commencé la boxe ?

    18 ans. Avant, je n'avais pas le droit de faire de sport de combat, à cause de mes bagarres fréquentes...

    Dans ton premier club, est ce qu'il y avait des champions ? Tu les connaissais ?

    Oui, il y en avait. Mais je venais vraiment pour la pratique loisir, pas pour devenir un champion. D’ailleurs, avant d’être le sparring de l’un d’entre eux, je ne pensais pas devenir un jour professionnel

    Qu'est ce qui t'a donné l'envie de monter sur un ring et de vouloir faire de la compétition ?

    J’ai toujours été un compétiteur. Quand j’ai su qu’en boxe Thaï amateur les premiers combats étaient avec des protèges tibias et qu'à la salle j’avais déjà goûté à ça. J’ai commencé à saouler l’entraîneur pour faire mon premier combat

    Combien as-tu de combats à ton actif ? (Toutes disciplines)

    Un peu plus de 75 combats, en comptant les combats amateurs. C’est lorsque je suis devenu professionnel que je me suis diversifié dans plusieurs styles de combat, j'ai combattu en Muay Thai, en K1, en Kick Boxing, en Full Contact, en Sanda et depuis peu, en boxe Anglaise

    Quel a été jusqu'à maintenant ton plus dur combat ?

    J’ai encore assez de recul sur ma carrière pour dire que tous mes combats ont été dur d’une certaine manière (Préparation, organisation de mon emploi du temps, mon auto gestion…).

    Sinon, après pour l'un de ceux que j’ai le plus mal vécu, je dirai mon premier combat en Russie. Cela devait être en style K1 et lorsque je suis arrivé sur place le combat c'est finalement fait en Kick Boxing. Une discipline dans laquelle mon adversaire était champion du monde. J’avais voyagé dans des conditions compliquées, je me suis cassé la main au deuxième round. J'ai perdu, de peu, ce combat aux points. Ce fut un dur combat. Mais je pense qu’après ce genre d’expérience on sait si on aime vraiment la BOXE.

    J’ai aussi un combat qui m’a marqué par rapport à mes sensations. Je venais de perdre un proche la veille, je voulais annuler le combat. Finalement, pour cette personne, aussi pour le public et l’organisateur, je suis quand même venus boxer. Mais je ne suis jamais rentré dans mon combat. Et le pire, c’est que par moment, j’ai eu des absences, comme si j’étais ailleurs. Cela aurait pu me coûter très chère…

     

     Tom Wallace Cyborg

     

    Ton plus beau combat ? Et ton meilleur KO ?

    Plusieurs de mes combats gagnés par KO font partie, pour moi, de mes plus beaux combats. Certains bons souvenirs sont aussi des défaites où j’ai bien boxé face à des combattants plus fort que moi. Mais pour mon meilleur KO, qui restera l'une de mes plus grandes fiertés, c’est mon combat que j'ai gagné par KO avec un coup de coude retourné (Au show Strike Fight 2 en 2015). Il a même été élu KO de l’année par des médias américains. Et je pense qu'aujourd’hui, tous les gens qui suivent un peu la boxe Thaï ont vu ce KO, sans pour autant savoir que c’était moi, hélas...

    J’en suis d’autant plus fier car dans une telle discipline être reconnu par rapport à une victoire par KO, c’est déjà bien. Mais en plus, face à un adversaire comme Yannick Reine (Champion du Monde ISKA), c'est encore mieux. Quand on sait les conditions du combat, c’est pour moi une immense fierté. C’est d’ailleurs l'un de mes adversaires pour lequel j’ai le plus de respect. Car ce qu’il a fait après ce combat c’est juste énorme.

    Ensuite, les réactions sur le Net par des grands des sports de combat m’ont vraiment touché. J’ai impressionné des gens qui m’impressionnaient. En plus, ce combat a eu lieu un jour spécial où j’aurai dû être avec ma famille pour l’anniversaire de ma Maman. Au lieu de cela, j’étais sur le ring à domicile. On n'a jamais envie de perdre. Mais il y a des fois où on sait qu’on n'a pas le droit de perdre. Alors, gagner en plus avec la manière c'est le top !

     

     

    Est ce que tu travailles ? Comment tu arrives à concilier ton travail avec le sport de haut niveau ?

    Oui, je travaille. Quand je suis passé Pro j’avais toujours à côté un job alimentaire, c’était inhumain l’entraînement de haut niveau en travaillant !

    Parfois, je sortais du boulot et j’allais à la pesée pour un combat. Une fois, même pire, j’étais éducateur avec des « gremlins » de 10 à 15 ans, un emploi où je travaillais de 8h à 18h. J'ai boxé en semaine, un jeudi à 21h et le lendemain je suis allé travailler en boitant. J'ai plein de souvenirs de fou, je ne peux pas me plaindre, c’était mes choix. Et je ne regrette pas. Mais aujourd’hui, je me dis que mon cerveau devait être sur OFF par moment. Parfois, plus c’était fou et plus ça me donnait envie de le faire. J’ai un tas d’anecdotes comme ça.

    Maintenant, depuis quelques années, je travaille en tant que « Coach Sportif » pour le groupe que j’ai créé SPORT'N SMILE. Un groupe avec lequel je tente de rassembler uniquement des Vrais Coachs de Boxe pour toute la France. Je donne des cours collectifs ou privés, cela me passionne presque autant que les combats, du coup je n'ai pas vraiment l’impression de travailler. C’est parfois physique. Mais c’est pour moi, une joie de pouvoir vivre d'une activité autour de la BOXE grâce au savoir et à l'expérience que j’ai accumulé au fil des années

    Aujourd'hui, tu t’entraînes toujours dans le même club ?

    Non, au bout d’un moment, j’ai décidé de gérer entièrement ma carrière de A à Z. Et plusieurs structures et clubs voulaient que je donne des cours pour eux. Alors maintenant, je m’entraîne dans les salles où je travaille ou dans mon labo dans lequel je donne aussi des cours privés. Mais je n’oublie pas où j’ai commencé, le Team Lions Thaïs FCGB à Lyon 3ème avec Dominique Poulet et Vienne (38) avec Carlos et Olivier

    Ton meilleur souvenir de boxe jusqu'à maintenant, sur le ring ? Niveau ambiance avec le public ? Niveau organisation ?

    Alors là. J’en ai Trop !

    D’abord, mes victoires par KO. Parce que parfois ces KO sont venus alors que j’étais mal parti dans le combat. Quelques fois, il y a de l'électricité sur le ring, l’adversaire veut me finir et moi je veux le finir aussi. Et tout se passe au centre du ring, j'adore ces moments là !

    Pour ce qui est du public, j’ai souvent été choqué positivement. Pour mon premier combat en Thaïlande qui a été retransmis sur un grand écran j'ai gagné par KO. Après ce match, dans la rue, j’avais l’impression que tout le monde m’avait vu. La Chine, le Japon, la Russie, des pays où je n'ai pas toujours gagné mais le public s’est déplacé pour me rencontrer après les combats. Au Japon, ils voulaient même me faire un fan club, c’était trop pour moi.

    En Thaïlande, une fois, un parieur m’a donné de l’argent, j’ai compris après que c’était une partie de ce qu’il avait gagné grâce à mon combat. Dernièrement, j’ai été très surpris par le public Algérien. Je reçois encore beaucoup de messages, ils veulent que je revienne combattre en Algérie, ça fait trop plaisir, ils voulaient que je reste sur place.

    Concernant les organisations, c’est toujours mieux les grosses organisations internationales dans lesquelles on est bien loti. Mais parfois, une petite organisation quand le promoteur y met du cœur et veut faire les choses biens, c'est pas mal aussi. Je ne donne pas de noms car j’ai eu la chance d’en connaître plusieurs. Mais ils se reconnaîtront, encore Merci à eux.

    Plus récemment, pour mon 60ème combats, ma mère est venue pour la première fois assister à l'un de mes combats. C’était important pour moi que cela arrive un jour. Mais je n'y croyais pas trop. Alors, quand j'ai gagné mon combat devant elle, c'est un moment qui restera gravé à jamais dans mon esprit !

    Peux-tu nous parler de ton expérience au Japon où tu as affronté un Top du K-1 ?

    Un grand souvenir car le pays est super et les habitants aussi. Ils ont vraiment cette culture du combat et les boxeurs sont très respectés dans leur organisation. Je l’ai bien ressenti et je voulais leur rendre à ma façon. Sur place, j’ai appris à parler un peu le japonais et j'aurais voulu leur donner un meilleur combat. Mais l’organisation pour laquelle j’ai combattu, le Krush, impose un rythme élevé entre l’arrivée sur place et le combat. Ce qui fait que le jour J, je n'ai boxé qu'à 75% de ma forme contre le champion en titre. Ce n’était pas suffisant. Pour la revanche, on ne m’a jamais répondu. Je devais retourner au Japon pour d’autres échéances mais l’agent français qui s’en charge a merdé et nous avons cessé de collaborer. Mais parmi tous les pays où j'ai combattu, le Japon reste l'un de ceux où je retournerai avec plaisir

     

    Tom Wallace Cyborg 

     

    Comment cela se passe pour te booker sur un gala ?

    Hélas, je n'ai pas le temps de faire du démarchage, du coup, parfois mes saisons sont moins pleines que je le voudrais. Mais au fil du temps, j’ai gardé contact avec des organisateurs et des promoteurs. On peut aussi me contacter sur ma page Facebook : Tom Wallace Cyborg.

    Ils me trouvent facilement et me contactent directement. Ensuite, mon fonctionnement est simple, je prends, la date, les règles du combat, la prime et on valide ensemble. Puis, les informations sur mon adversaire. Je fais toujours valider par mail de confirmation. Je conseille aux boxeurs de le faire, c’est plus propre et en cas de souci, il y a une trace écrite

    Quelle technique tu aimes le plus travailler à la salle ?

    En général, j’essaie de travailler un peu toutes les techniques. Si j’ai des infos sur mon adversaire je travaille sur ce qui pourrait le gêner. Mais j’aime bien travailler des combinaisons particulières ou des choses qu’on ne voit pas souvent. C’est ce qui fait ma Boxe et compense avec certaines de mes lacunes techniques...

    Est ce que tu as une technique préférée, une technique que tu aimes bien exécuter sur le ring ?

    Oui, les techniques aériennes, ce n'est pas commun donc cela peut surprendre l'adversaire. Et surtout, ça peut faire des supers photos souvenirs (Rire) !

    Tu connais des grands champions d’aujourd’hui ou de l’époque ? Quels sont ceux que tu apprécies ?

    J’en connais de l’époque, aussi d’aujourd’hui et j’en côtoie encore. J’ai énormément de respect pour tous ces champions. Mais ils sont tellement nombreux. Un jour, je ferai une note pour citer tous les champions que j’ai eu la chance de vraiment connaître et avec qui j’ai eu une ou plusieurs anecdotes. Aussi, j’ai beaucoup de photos que j’imprime et que je place sur les murs des petites salles privées

    Tu es aussi coach au club Ring Side, la salle des champions Fabio Pinca et Mickael Piscitello, comment tu es devenu entraîneur dans ce club ?

    Je donnais déjà des cours depuis quelques temps dans plusieurs salles et les retours étaient très positifs. Comme je faisais aussi régulièrement du sparring à la Team NASR-K, je côtoyais Fabio donc il m’avait parlé de son projet très tôt. Le temps que tout se met en place et que je m’organise, je les ai rejoint un an après l'ouverture de leur club. En tant que coach, c’était une super nouvelle, je la trouvais naturelle. Mais quand tu es « un petit nom » de la Boxe et que deux grandes références comme Fabio Pinca et Mickael Piscitello te disent : « On ouvre notre salle et pour les cours de Muay Thai on veut que ce soit avec toi ! »

    Honnêtement, à mes yeux, cette proposition avait plus de valeur que mes diplômes, c'est pour moi comme une validation de mes années de travail.

    Je suis toujours au Ring Side et mes cours se passent hyper bien, c’est à chaque fois des bons moments

    Est ce qu'il y a des champions qui t’ont inspiré au début de ta carrière de boxeur ?

    Au début, pas vraiment car lorsque j’ai commencé je n’y connaissais rien. Puis, j’ai connu le champion Dany Bill car des gens m’en parlaient par rapport à mon style. C’est vite devenu un exemple à suivre. Par la suite, même un mentor et jusqu’à aujourd’hui, je l’ai souvent au téléphone avant un combat, il m’apporte beaucoup. On vient du même endroit, je le considère comme un grand frère. J’ai même eu la chance de boxer lors de sa dernière sortie car il m’avait placé en ouverture du gala.

    Quand je me suis intéressé au Muay Thai et à d'autres formes de combat, je regardais aussi les grandes heures du K1, j'étais impressionné par des champions comme Andy Hug (RIP) et Ernesto Hoost.

    En Muay Thai, j'aimais beaucoup Ramon Dekkers (RIP) et Somrak Kamsing. J’avais aussi été surpris par le champion Jean-Charles Skarbowsky, il était en couverture sur l’une de mes K7 vidéo, avec ses yeux ronds et sa coupe au bol, il ne payait pas de mine. Mais en regardant son combat sur la K7 vidéo, j’ai vite compris qu’il ne fallait pas se fier aux apparences.

    Ensuite, comme beaucoup de combattants, j'ai été inspiré par les légendes Thaïlandaise, certaines dont on ne parle plus et celles qui comme Saenchai et Buakaw continuent à combattre après leur si long parcours.

    Plus proche de moi, j’ai encore mon cousin le champion Abdallah Mabel qui me soutient toujours depuis mes débuts. On me parlait beaucoup de lui et ça fait partie des choses qui m’ont motivé pour la suite de ma carrière...

     

     Tom Wallace Cyborg

     

    Tu es déjà parti plusieurs fois en Thaïlande, dans quel camp tu t'es entraîné ?

    J’ai été membre de l’équipe de France de Muay Thaï plusieurs fois. La première fois, en 2012, pour les championnats du monde à Bangkok (L'un de mes meilleurs souvenirs). Je m’entraînais en cours privé quand je pouvais avec Khru Suphan qui enseignait dans une école, une école qui était juste à côté où j’étais installé. Ce gars est juste Top, il m’a donné beaucoup de son temps et de son amour pour le Muay Thai, c'est devenu un ami. Ensuite, mon premier camp en Thaïlande fut le Chuwattana Gym à Bangkok, une vraie écurie de champions à l’époque !

    Tu as fait d'autres camps en Thaïlande ?

    Je suis revenu sur Bangkok, pour moi, c’était forcément là-bas car j’avais pris des habitudes, j’étais moins un étranger. Il y avait la qualité des entraînements, une bonne ambiance et de la super bouffe. Ensuite, je suis passé régulièrement dans le camp de Stéphane Nikiéma à Pattaya puis au camp Skarbowsky Gym à Bangkok

    Ta première expérience de combat en Thaïlande s'est bien passée ?

    Super ! C’était le combat dont j’ai parlé au dessus pour les championnats du monde, j’avais beaucoup de pression, le stade était plein, j’ai gagné par KO au 1er round !

    Combien tu as fait de combats en Thaïlande ?

    J’ai fait sept combats en Thaïlande dont un contre un Thaïlandais qui combattait régulièrement au stadium du Radja. Mais certaines séances de sparring là-bas ont été autant voir plus éprouvantes que certains fights !

    Quelle sensation tu as ressenti lorsque tu as combattu contre un champion Thaïlandais dans le stadium mythique du Radja durant la grande organisation du Best of Siam ?

    Alors là ! Honnêtement, c’était au mois d’août 2018, et je crois que je n'ai pas encore fini de réaliser que j'ai combattu dans ce mythique stadium. Je suis marqué à vie par cette expérience. J'ai encore le goût amer de la défaite car j'ai perdu aux points. Mais je suis persuadé que j’aurai pu gagner ce match. Un Grand Merci à toute l’équipe du Best Of Siam qui m’a offert ce rêve. Cela m’a donné un peu plus conscience de mon niveau et de mes capacités. Les stadiums Thaïlandais à Bangkok c’est quelque chose d'unique surtout le RADJA. Si j’avais une deuxième occasion, cela ne se passerait pas pareil, j’ai énormément appris de ce combat...

     

    Best Of Siam 

     

    Peux-tu revenir sur ce combat ? On n'a vu que tu n'avais pas lâché ta boxe imprévisible qui déstabilise souvent tes adversaires, tu as combattu comme d'habitude ?

    Non, j’ai fait des erreurs avant le combat. J’ai dormi dans le camp Skarbowsky Gym comme les Thaïs, je n'aurai pas dû faire ça, je ne suis pas un Thaïlandais. Aussi, j’étais tellement fier qu'une légende comme Silapathai ai bien voulu prendre du temps pour moi que je l'ai laissé gérer la fin de ma préparation dans le camp. Je n'aurai pas dû le laisser faire complètement ma préparation. Encore merci à tous. Mais du coup, sur le ring, en général, je compose avec ma façon de faire. Et là, j’avais la mienne et celle des Thaïs en plus. Ce qui a fait que j'ai été trop hésitant avec ces deux façons d'agir sur le ring. Je n'ai donc pas réussi à faire ma boxe. Alors que j’étais prêt et que mon adversaire était largement à ma portée, malgré ses plus de 200 combats. Pour cela, je m’en veut un peu. Mais je ne suis pas fou, je reste trop heureux d’avoir pu faire ce match. Quand Jean-Charles Skarbowsky m’a appelé pour ce combat, je pensais que c’était un poisson d’avril. Mais c'était au mois de mai (Rire).

    Moi, petit boxeur de la banlieue Lyonnaise, j’ai combattu au stadium du Radja, en direct à la TV !

    Tu as aussi été contacté à la dernière minute pour boxer contre le champion Celestin Mendes que tu as battu par KO. Qu'est ce que tu as ressenti lorsque tu as vu Celestin Mendes se faire toucher par ton crochet, puis se faire compter et de le voir ne pas se relever ?

    Pour ce combat, je pensais être sur la Fight Card du gala dès le départ. Car j’avais rendu service dans l’édition d’avant en acceptant de combattre à seulement six jours du gala, finalement j’ai été écarté. Mais je me suis battu pour qu’on me replace dans le plateau. Je savais qu’on ne me mettrai pas n’importe qui en face. Quand on m’a dit c’est MENDES ou rien. J’ai souris. Je suis un boxeur, je me pense moins expérimenté que lui, de plus il était en pleine ascension mais je voulais combattre, alors j'ai dis Go !

    Aussi, j'ai eu pas mal de souci personnel pendant ma préparation. Je sortais d’une blessure grave qui venait de se remettre. Donc, je suis monté sur le ring avec un gros mental pour affronter n’importe qui.

    Durant mes derniers entraînements, mon teneur de Pao Dom et moi-même, nous avons été surpris par la force de mes coups. J’étais déterminé à gagner par KO. Je ne pensais pas que le KO arriverait aussi vite. A la fin du combat, je n'étais pas surpris, j’avais la Haine. Mais vraiment pas contre mon adversaire. Mais contre tout ce qu’on voit quand on est vraiment dans le milieu, quand on se fait tout seul, c’est souvent très moche. Le combat est sur youtube, je gagne par KO au 1er round et à la fin, à mon visage, on dirait que j’ai perdu. Alors que je viens de mettre KO un Top de ma catégorie. Mais beaucoup me voyaient perdant…

     

     Tom Wallace Cyborg

     

    Est ce qu'il y a des nakmuays en particulier que tu aimerais affronter ?