SIAM FIGHT MAG

Le magazine du Muay Thai et de la Boxe Thai, vous trouverez tout sur le Muay Thai.

CHRISTOPHE LÉVÊQUE (Carrière 1990-2000)

CHRISTOPHE LÉVÊQUE

« LE PIT BULL »

Christophe Lévêque est né à Asnières dans le département du 92. Il a grandi dans la cité Saint-Exupéry à Bonneuil-Sur-Marne (94), un quartier populaire de la banlieue parisienne.

Christophe Lévêque fut surnommé “le Pit Bull” au début de sa jeune carrière. Car c’était un boxeur à la détermination incroyable.

Depuis qu’il est enfant, il a la boxe dans le sang. A l’entraînement et en combat, “il ne voulait rien lâcher”, il portait bien son surnom de Pit Bull des rings.

Adolescent, Christophe Lévêque était chétif et myope, il a dû batailler dur pour se faire respecter au sein de son quartier. A l’école, il se battait tout le temps. Quand il est arrivé à la salle de boxe des frères Mahmoudi au “Mahmoudi Gym”, il a encore dû s’imposer physiquement et mentalement. Son physique de petit maigre avec des grosses lunettes laissait sceptique les boxeurs de la salle, et surtout les entraîneurs Nordine et Mamar Mahmoudi.

Mais tout le monde s’est rendu compte qu’il en voulait plus que les autres. La persévérance du jeune Christophe Lévêque pour devenir un boxeur de haut niveau força l’admiration de tous.

Les Mahmoudi Brothers ont formé ce futur champion qui a obtenu rapidement des bons résultats sur le ring. Le petit frère de Christophe Lévêque, Frédéric Lévêque est aussi devenu un redoutable combattant du Mahmoudi Gym, il était réputé pour être un boxeur teigneux sur le ring.

Six mois seulement après ses débuts en boxe Thaï, Christophe Lévêque est parti pour le pays du Muay Thai, en Thaïlande.

A 13 ans et demi, Christophe Lêveque est l’un des rares occidentaux de sa génération à avoir combattu si jeune en Thaïlande. Son premier combat, il l’a fait dans le fameux bar Best Friend à Pattaya. Ensuite, il a combattu au stadium Ling Kee qui était situé dans la région de Chongburi. La machine de boxe a été lancée. Christophe Lêveque devient un habitué des camps de boxe en Thaïlande.

Pendant six ans, il va régulièrement faire des allers-retours entre la Thaïlande et la France. Son camp de prédilection est le célèbre Sityodtong, le camp des stars Samart et Cantalloni Payakaroon. Christophe Lêveque s’entraîne avec les nombreux jeunes boxeurs thaïlandais de son âge, ils sont tous devenus ses copains. L’un de ses meilleurs amis n’est autre que San Liam (Champion du Lumpinee en – 47 Kg), un champion avec lequel il s’entraînait très souvent. Le maître des lieux, Master Yod Tong, disait de Christophe Lévêque “Il en veut beaucoup, s’il restait en Thaïlande, il deviendrait champion…”

Lors de son premier voyage en Thaïlande, grâce à son entraîneur Nordine Mahmoudi, un baroudeur des camps thaïlandais, Christophe Lévêque fait la connaissance du légendaire Samart Payakaroon (Champion du Lumpinee en 102 lbs, en 105 lbs, en 115 lbs et en 126 lbs, champion du monde de boxe anglaise WBC, Meilleur boxeur de l’année 1981, 1983, 1988).

Samart avait son propre camp, le Thipthamai Gym. Le camp se trouvait à Bambakong à environ deux heures de Bangkok. C’était un camp familial dans lequel beaucoup des neveux de Samart s’entrainaient, la plupart sont devenus des champions.

Christophe Lévêque est resté deux mois dans le camp Thipthamai en 1994. Khru Samart venait voir ses élèves dans son camp et donnait parfois des conseils au jeune Christophe Lévêque. A cette époque des années 90, Samart était une grande star en Thaïlande, il s’était reconverti dans le cinéma et la chanson, il avait un planning chargé et n’était pas souvent présent dans son camp.

Quelques années plus tard, Christophe Lévêque a retrouvé le grand champion Samart, en France, sur le plateau de tournage d’un film auquel le français a participé. Samart Payakaroon tournait dans ce film français en tant que boxeur. Le film était “Fureur” de Karim Dridi (Sorti en 2003). Samart s’est bien souvenu du petit Christophe Lévêque qui s’entraînait dans son camp.

En 1998, Christophe Lévêque a fait un long séjour dans l’un des plus grands camps de Bangkok, le Kietbanchong Gym. Le champion français est resté six mois dans le camp, il vivait et s’entraînait comme les boxeurs thaïlandais.

Ce fut une expérience enrichissante pour Christophe Lévêque. Mais aussi très éprouvante, car il effectuait six heures d’entraînements par jour, sept jours sur sept. Le Kietbanchong était un camp où l’entraînement était dur et la vie dans le camp très austère. A tel point, que certains boxeurs perdaient parfois leurs combats à cause du surentraînement…

Christophe Lévêque est tombé malade à cause de carences en vitamines et d’un entraînement excessif. Les grands champions de l’époque, Stéphane Nikiema et Dany Bill qui étaient venus le voir, lui avaient même dit que c’était une folie de rester aussi longtemps dans ce camp…

Mais c’est durant sa période au Kietbanchong que Christophe Lévêque est devenu champion de la région sud de la Thaïlande.

Le 28 mai 1998, dans la grande ville du sud de Nakhon Si Thammarat, le français a rencontré le champion du sud en titre, Nakhonvan Sitisot. Durant ce grand show, devant 10 000 personnes, Christophe Lévêque a fait un grand match et s’est incliné aux points. Beaucoup de spécialistes avaient vu le farang du Kietbanchong vainqueur.

Deux mois plus tard, une revanche entre les deux boxeurs a été organisée de nouveau à Nakhon Si Thammarat. La ceinture de champion du sud de Nakhonvan Sitisot fut mise en jeu. Le Pit Bull de Bonneuil a fait un combat magnifique, il a battu le champion thaïlandais et lui a ravi son trophée. Christophe Lévêque est devenu le premier « Farang » (Étranger) a remporté la ceinture de champion du sud !

Le Pit Bull des rings a également combattu deux fois dans le stadium Samlong devant les télés thaïlandaises où l’a repéré le promoteur N° 1 du stadium du Lumpinee, M. Songchaï Ratanasuban. Christophe Lévêque a combattu un peu partout en Thaïlande, il portait le nom de combattant de « Christophe Mahmoudi Gym », son seul regret, c’est de ne pas avoir eu l’honneur de combattre au stadium du Lumpinee et au stadium du Radja, les deux plus grands stadiums de Bangkok. Par deux fois, il a eu l’opportunité de pouvoir y combattre mais une vilaine blessure l’en a empêché à chaque fois…

Christophe Lévêque a rencontré des pointures thaïlandaises telles que Wangchanoï, Darris, Payaklek, Kietpadee Payaka. En France, il a affronté des références comme Krim Hamiteche, Djamel Yacouben, Rtilli, ainsi que la star du Japon Satoshi Kobayashi.

Son dernier combat, Christophe Lévêque l’a fait en Italie en 2001, il a rencontré de nouveau Payaklek (N° 6 au stadium du Radja) pour un match revanche et l’a battu aux points !

C’est malheureusement avec un énorme regret qu’il a dû stopper sa carrière de boxeur professionnel.

Christophe Lévêque a toujours eu des problèmes aux yeux, il combattait à la limite du seuil fixé par les autorités médicales. En septembre 2001, la Fédération de Muay Thai l’a convoqué pour lui annoncer qu’il ne pourrait plus combattre. Les visites médicales étaient devenues plus strictes, les officiels de la fédération ne pouvaient plus se permettre de risquer la santé des boxeurs…

Ce fut un choc pour ce jeune champion prometteur. Mais préserver sa santé passe avant tout. Christophe Lévêque a encaissé ce dernier coup rude avec philosophie.

Christophe Lévêque a fait une belle carrière avec 50 combats pour 34 victoires, 15 défaites et un match nul. Il a été champion de France Pro de boxe Thai en 1996 en – 55 Kg et en 1997 en – 59 Kg. Il a remporté la médaille d’Or aux championnats d’Europe amateurs de Kick Boxing WKA en 1995 et la médaille de bronze aux championnats du monde amateurs de Muay Thai en 1996. Aussi, la ceinture de champion du sud de la Thaïlande en – 53 Kg en 1998 !

Christophe Lévêque s’est reconverti dans l’animation de jeune enfant et parallèlement il s’ inscrit au cours Florent pour devenir acteur.

Grâce à l’ancien grand champion Jo Prestia (Devenu acteur), il a participé au film “Fureur” en tant que bruiteur et figurant. Puis, il a tourné dans le film « Livraison à domicile » avec Bruno Solo et Thierry Frémont où il a eu un vrai rôle de plusieurs minutes. Christophe Lévêque jouait un boxeur qui affrontait l’acteur Thierry Frémont lors d’un combat dans une boite de nuit.

Suite à ce film, d’autres propositions se sont ouvertes à lui pour des longs métrages.

Depuis de nombreuses années, Christophe Lévêque est entraîneur dans son club de toujours, le Mahmoudi Gym, il s’occupe avec passion et détermination de la section enfant. Christophe Lévêque s’est également trouvé une nouvelle vocation sur le ring, la maîtrise du show et des mots en tant que Speaker de boxe. Cela fait maintenant une dizaine d’années qu’il anime avec ferveur des galas de boxe au quatre coins de l’hexagone !

C’est une belle réussite pour ce petit banlieusard timide au cœur énorme.

By Serge TRÉFEU