SIAM FIGHT MAG

Le magazine du Muay Thai et de la Boxe Thai, vous trouverez tout sur le Muay Thai.

GUILLAUME KERNER L’ANGE BLOND (Carrière 1980-1990)

Ecouter cet article en mode audio

GUILLAUME KERNER

« L’ANGE BLOND »

Guillaume Kerner est né en 1968 à Paris. Il a grandi sans père, sans frères, sans sœurs, dans l’un des quartiers les plus mouvementés de la capitale, le 18ème arrondissement. Le jeune Kerner était un teigneux qui aimait très tôt les sports de combat. A 11 ans, il a pratiqué le Karaté, puis il s’est initié à la boxe anglaise. Un an plus tard, il s’est adonné au Kung Fu.

Mais c’est à l’âge de 13 ans qu’il a le coup de foudre pour une discipline martiale encore méconnue en France, la boxe Thaïlandaise. Nous sommes en 1981, la boxe Thaï est pratiquée seulement par quelques passionnés. Les premiers grands galas organisés par le pionnier en France, Master Roger Paschy, ont eu lieu à partir de 1982.

Guillaume Kerner pousse la porte d’un club qui vient d’ouvrir dans la capitale, le France Muay Thai qui se trouvait rue Malebranche dans le cinquième  arrondissement de Paris. Le maître des lieux était le légendaire champion Pud Pad Noy Woorawut. Le champion thailandais venait de s’installer en France pour enseigner son Art, le Muay Thai.

Pud Pad Noy était un combattant extraordinaire qui est classé parmi les dix meilleurs boxeurs thaïlandais de tous les temps. Durant cinq ans, de 1970 à 1975, il a dominé le circuit thaïlandais, à tel point qu’il ne trouvait plus de combat et devait combattre contre des boxeurs plus lourds que lui. Il a été champion du Lumpinee en – 51 Kg, champion du Lumpinee en – 54 Kg, champion du Lumpinee en – 58 Kg et vainqueur d’un grand Tournoi au stadium du Radja de Bangkok.

Ses exploits pugilistiques ont été récompensés par de nombreux prix. Honneur suprême, il a reçu en 1975 le trophée du « Meilleurs combattants » par le Roi en personne. Et il a eu pour l’ensemble de sa carrière, un prix prestigieux qui lui a été remis par les hautes autorités thaïlandaises, un trophée unique, « La Jambe d’Or » !

Pour tester la curiosité et l’envie de pratiquer le Muay Thai, Master Pud Pad Noy a montré au jeune Guillaume Kerner un magazine de Muay Thai thaïlandais où il y avait une photo d’un combattant ensanglanté. Guillaume Kerner a été surpris et un peu choqué en voyant cette photo. Pud Pad Noy a éclaté de rire devant la réaction étonné de Guillaume Kerner. C’était une sorte d’avertissement familier de la part du champion thaïlandais. “ Mon Art est un bel Art de combat. Mais le Muay Thai est un sport qui peut être très dur et parfois dangereux. Tu es prévenu…”

Master Pud Pad Noy est devenu comme un père pour le jeune apprenti Kerner. Il a façonné ce petit diamant brut pour en faire un véritable bijou du Muay Thai !

Guillaume Kerner a fait ses premiers combats à l’âge de 14 ans, il a combattu, sans protection, contre des boxeurs qui avaient entre 25 ans et 27 ans.

A 16 ans, en 1984, Guillaume Kerner est parti seul en Thaïlande. Son maître Pud Pad Noy lui avait donné une mission, il devait vivre dans un camp de boxe et suivre les mêmes entraînements draconiens que les boxeurs thaïlandais.

Le grand frère de Pud Pad Noy avait un camp de boxe à Khon Kaen dans la région du nord-est de la Thaïlande. Un camp authentique avec uniquement des boxeurs professionnels. Le farang (Étranger) Guillaume Kerner dormait dehors, sur le ring, au milieu des boxeurs thaïlandais, le ring était juste protégé par une moustiquaire. Il s’entraînait deux fois par jour, l’entraînement était si dur qu’il avait des courbatures jusque derrière les oreilles. Ce sont ces conditions de vie éprouvantes qui ont forgé un mental d’acier au jeune Guillaume Kerner.

L’année suivante, Guillaume Kerner, a seulement 17 ans, est resté pendant un an dans l’un des plus durs camps de boxe du pays, le Ha Phalang Gym. Un camp mythique dans lequel se trouvaient les légendes des rings Dieselnoi, Chamophet et Panomtuanglek.

Guillaume Kerner s’est ensuite entraîné dans d’autres camps prestigieux de Bangkok comme le Sor Thanikul, le Sityodtong, le Muangsurin, le Kietbanchong et le Sor Ploenchit. Il a été le premier étranger à intégrer le fameux camp Sor Ploenchit. C’est en représentant le camp Sor Ploenchit que Guillaume Kerner a battu le champion du stadium d’Omnoi de l’époque. La team du Sor Ploenchit a remporté un dumpan (Pari entre team) de 650 000 bahts grâce à cette victoire de Guillaume Kerner !

A 17 ans, en 1985, Guillaume Kerner a gagné le titre de champion France de boxe Thai en classe A (Professionnel). Il a battu Maiza à Paris. Guillaume Kerner a défendu avec brio son titre contre les meilleurs champions du moment, en 1986, à Sarcelles, contre Mustapha Benatia, en 1987, à la salle Japy, à Paris, face à Jean-Claude Coralie (Arrêt sur blessure), en 1988 contre Fred Boigeol à Clermont-Ferrand et en 1989 à Rosny-Sous-Bois face à Farid Rezzag !

En 1988, en banlieue parisienne, à Saint-Denis, Guillaume Kerner a rencontré le champion anglais Winston Walker pour le titre de champion d’Europe de boxe Thaï en – 70 Kg. Winston Walker était un combattant puissant, un puncheur, qui a battu par KO le thaïlandais Torphatak Wan Chalean (N° 3 au stadium du Radja) pour la ceinture mondiale WAKO Pro de boxe Thaï. Guillaume Kerner a fait un dur combat face au solide champion anglais qui a failli mettre KO le français. Mais Guillaume Kerner a remporté le match aux points et il a accroché la ceinture de champion d’Europe à sa taille !

Guillaume Kerner a défendu avec succès son titre européen contre le champion hollandais Van Hove (Champion du monde de Kick Boxing).

En 1989, il a intégré le fameux club Derek Boxing des frères Desjardins. Dans cette usine à champion qu’était le Derek Boxing de l’époque, il s’est préparé pour son premier championnat du monde.

A seulement 19 ans, dans l’immense salle de Bercy, il a affronté le terrible Wanpadet Sakhroumay pour le titre mondial en – 70 Kg.

Wanpadet était surnommé « Khun Khao Pakphanang » (Le coup de genoux de Pak Phanang) car c’était un redoutable « Muay Khao » (Fort en genoux). Il avait remporté la ceinture du stadium du Radja en 135 lbs contre Rachabout Sor Thanikul en 1983. Il avait défendu son titre contre Komtae Chor Swanonat et trois fois contre la star Nokweed Dawee en 1986 et 1987. Wanpadet avait aussi gagné la ceinture du stadium du Lumpinee en 135 lbs contre Dawden Sakhonpitak en 1985. Wanpadet était l’un des rares champions thaïlandais du moment à avoir remporté les ceintures des deux plus grands stadiums de Bangkok !

Guillaume Kerner, après avoir ébranlé Wanpadet avec un High Kick de toute beauté, s’est incliné de justesse aux points pour ce championnat du monde mémorable face au Thaïlandais…

Après ce match extraordinaire, Guillaume Kerner fut surnommé « L’Ange Blond » par Pascal Iglicki, le regretté journaliste de Karaté Bushido. Un surnom de combattant qu’il a porté durant toute sa carrière.

L’Ange Blond est parti combattre un peu partout dans le monde, en Thaïlande, il a combattu dans les grands stadiums de la région de Bangkok, au stadium du Lumpinee, au stadium d’Omnoi et au stadium de Samrong. Il a battu des tueurs de la discipline tels que les champions du Radja Mekong Sor Borikan et Sponsor Kratingdaeng (KO), ainsi que le champion du Lumpinee, Praptoranee !

En Nouvelle Zélande, il a fait un superbe match et battu le légendaire Attapong Buaban. Surnommé « Fanta », ce grand champion avait été champion du Radja en 126 lbs en 1981 contre Singphatong Pongsurakan et il avait battu deux fois en Thaïlande le roi des rings Krongsak Boranrat. Fanta avait fait une seconde carrière en Europe où il avait battu tous les meilleurs champions européens des années 80.

Guillaume Kerner a affronté aussi l’un des combattants les plus redoutés de l’époque, le champion du Radja Phetdam Lookprabat. Il s’était incliné aux points face à lui.

Phetdam avait remporté deux ceintures du stadium du Radja dans deux catégories différentes, en 130 lbs et en 135 lbs. Le match entre l’Ange Blond et le champion Phetdam avait été organisé par le plus grand promoteur des années 80, le sulfureux Kléo Thanikul. Il y a vraiment très peu de combattants étrangers qui ont eu l’honneur de combattre pour le promoteur Kléo Thanikul.

En 1995, durant le show de l’Anniversaire du Roi à Bangkok, devant 200 000 personnes, dans une organisation du promoteur N° 1 du Lumpinee M. Songchai Ratanasuban, Guillaume Kerner a combattu pour le titre mondial en – 70 Kg. Il a rencontré le thailandais Chainarong qui était N°1 du stadium du Lumpinee. Chainarong venait de battre par KO le champion d’Europe Mourad Djebli. L’Ange Blond a battu aux points Chainarong, il a remporté son premier titre mondial !

L’année suivante, à Paris, dans la salle de l’Agora, Guillaume Kerner a défié le grand champion Krongsak Boranrat. Krongsak a fait une seconde carrière en France. Surnommé “Le Professeur”, cet immense champion avait battu des monuments du Muay Thai comme la star Sakad Petchyindee qu’il a vaincu trois fois, le légendaire Samart Prasanrmit, deux fois aux points et une fois par KO et battu par KO le taureau des rings, Changpuek Kiatsongrit. Krongsak est le seul combattant à avoir fait un match nul avec la légende vivante des rings Dieselnoi Chor Thanasukarn.

En Europe, Krongsak était invaincu, il avait battu tous les meilleurs champions européens. La ceinture mondiale fut mise en jeu pour le match entre l’Ange Blond et Le Professeur. Le français a fait un superbe match technique, il a gagné les premiers rounds. Mais Krongsak est un vieux renard des rings qui a trouvé la faille dans le troisième round. Il a ouvert l’arcade de Guillaume Kerner avec un terrible coup de coude. En Thaïlande, le match aurait pu continuer. Mais en France, le médecin a préféré stopper le combat, l’Ange Blond a perdu par arrêt sur blessure…

Quelques mois plus tard, aux Etats-Unis, à Los Angeles, Guillaume Kerner a disputé de nouveau un championnat du monde. Il a rencontré le champion thailandais Coban Lookchaomaesaitong qui a fait une seconde carrière au pays de l’oncle Sam. Surnommé « The Crusher » (Le Broyeur), Coban a été l’un des plus gros puncheurs de l’histoire du Muay Thai, c’est une légende des rings en Thaïlande. Il a remporté 90 victoires par KO sur ses 270 combats. Il a été champion du Lumpinee en 130 lbs et en 135 lbs, et quatre fois champion du monde. Coban avait battu deux fois par KO le terrible Samransak Muangsurin et le légendaire Ramon Dekkers. Ramon Dekkers était le seul étranger qui avait battu Coban avant Guillaume Kerner.

L’Ange Blond a fait un somptueux combat, il a battu le roc Coban et remporté un nouveau titre de champion du monde !

Guillaume Kerner a fait son dernier combat à Macao contre le redoutable Rainbow Sor Prantalee.

Surnommé “Rung Phikhat” (Rainbow le destructeur), Rainbow était un puissant et féroce combattant. Il était N° 1 du stadium du Lumpinee et avait battu des champions tels que Sannapanoi Sor Rungroj, Noppadet Sor Rewadee, Jompoplek Sor Sumalee, Superlek Sor Isaan, Boonlung Sor Thanikul (KO), Mathee Jediphithak.

Guillaume Kerner menait les premiers rounds contre Rainbow. Mais au troisième round, il a été touché par un terrible coup de coude qui lui a cassé le nez. L’Ange Blond a continué courageusement jusqu’au dernier round avec le nez cassé et s’est incliné aux points…

Après sa carrière, Guillaume Kerner est devenu un « Khru » (Professeur). La formation de jeune nakmuay lui a permis de continuer à vibrer pour le Muay Thai. Son meilleur élève a été le talentueux Mounir Bouti (Champion de France Pro, Médaille d’Or aux championnats du Monde Amateur). Il a également formé Vatsana Sedone (Champion d’Europe Pro, Champion de France Pro, Médaille d’Or aux championnats du Monde Amateur, Médaille d’Or aux championnats d’Europe Amateur).

Mounir Bouti a remporté ses titres au côté de Guillaume Kerner. Quant à Vatsana Sedone, Guillaume Kerner l’a mené jusqu’au titre de champion du Monde Amateur en 2002, ensuite Vatsana Sedone est parti dans le club Phénix Muay Thai où il a conquis ses autres titres.

Guillaume Kerner a créé son propre club qui se nomme la Kerner Team. Aujourd’hui, il a deux clubs dans le dix huitième arrondissement de Paris.

Au sein de sa team, il a entraîné aussi des célébrités telles que les acteurs Philippe Torrenton et Samuel Le Bihan ainsi que le musicien Craig David et le rappeur Ekoué.

Aussi, le parrain de la Kerner Team n’est autre que le célèbre acteur Bruno Putzulu. Ce comédien très connu est un véritable passionné de Muay Thai car cela fait déjà une quinzaine d’années qu’il s’entraîne avec Guillaume Kerner. Bruno Putzulu, malgré son agenda chargé entre le théâtre et le cinéma, vient souvent s’entraîner à la Kerner Team.

En 2016, l’Ange Blond a créé le show Kerner Thai, où son propre fils, Sullivan Kerner, surnommé « Le Général », a combattu avec succès.

La deuxième éditions du Kerner Thai à eu lieu en janvier 2018 avec pour la première fois dans un gala en France la venu du phénoménal transgenre Nong Rose et la star des rings Superbank Mor Ratanabandit !

Guillaume Kerner a effectué 62 combats pour 53 victoires (32 KO), il n’a jamais été mis KO, n’a jamais été compté, il a battu les plus grands champions Thaïlandais de son époque chez eux. Il est l’un des plus grands techniciens de l’histoire du Muay Thai Français.

Les combats de « l’Ange Blond » resteront à jamais gravés dans les annales du Muay Thai !

BY SERGE TRÉFEU