SIAM FIGHT MAG

Le magazine du Muay Thai et de la Boxe Thai, vous trouverez tout sur le Muay Thai.

LES HOMMES DE PIERRE

LES HOMMES DE PIERRE

special report by Serge TREFEU (2012)

(Merci à Olivier Gauthier du Sit O Inter Gym à Phuket)

Les boxeurs thai durant leur carrière se façonne un style de combattant, ils deviennent « Fimeuu » (Technicien qui maîtrise toutes les techniques), « Muay Mat » (Fort en poing), « Muay Khao » (Fort en genou), « Muay Sok » (Fort en coup de coude), « Muay Bouk » (Qui avance sans cesse sur son adversaire) ou « Muay Plam » (Fort en corps à corps).

Mais il existe aussi en plus du style technique, « Les Hommes de Pierre » qui sont surnommés « Kradouk Keng » (Os Dur). En général c’est après 25 ans qu’ils deviennent des hommes durs comme des cailloux. On les reconnais à leur physique particulier, la musculature est différente, à force d’entraînement très dur, de vie saine et sérieuse, ils se sont endurcis mentalement et physiquement. Ce sont de vrais phénomènes qui n’ont jamais mal pendant et après leur combat, ils peuvent recevoir des coups puissants sur le corps, les jambes et n’ont pratiquement pas d’hématome, ne boitent jamais. Le lendemain de leur combat ils sont frais physiquement, vont courir et s’entraînent comme s’ils n’avaient jamais combattus. Souvent ils combattent deux fois par mois et parfois contre des boxeurs plus lourd qu’eux, ils ont une condition physique exceptionnelle !

Les boxeurs thaïlandais expérimentés dès leur début de combat touchent leur adversaire, ils sentent tout de suite à la qualité musculaire si l’adversaire est robuste ou pas. Car la physionomie du combat face à un boxeur robuste comme les Kradouk Keng ne saura pas pareil que contre un adversaire plus frêle musculairement. Souvent, les parieurs viennent aussi toucher les boxeurs dans les vestiaires avant un combat, ils testent la robustesse du boxeur sur lequel ils vont parier…

Attention il ne faut pas confondre « Les hommes de Pierre » (Kradouk Keng ) avec les « Encaisseur » (Muay Thone ou Muay Hut, boxeur qui résiste) qui sont eux des combattants qui peuvent recevoir des coups puissant au menton, à la tempe ou au foie et qui ne tombe pas KO. Comme par exemple les formidables encaisseurs à leur grande époque, Orono Por Muang Ubon et Bovy Sor Udomson...

En Thaïlande avec le nombre important de combattant professionnel, les « Kradouk Keng » sont nombreux. Voici quelques champions actuels catalogués « Homme de Pierre », Singmanee Sor Srisompong, Thepnakorn Sor Srisompong et Naruenart Siangsimewgym. Comme ancien grand combattant « Kradouk Keng » on peut citer les grands champions Coban Lookchaomaesaitong et Samransak Muangsurin qui étaient aussi des Muay Tone (encaisseur) !

Mais des « Kradouk Keng », il y en a plein d’autres en Thaïlande, le pays où les phénomènes du Muay Thai sont légion…

A l’étranger on peut trouver aussi ce style de combattant mais pas autant qu’en Thaïlande, c’est plus rare. Pour un exemple type d’un boxeur qui se rapproche le plus des « Kradouk Keng » on peut citer le champion français Albert Chey (Champion du Monde WMA, Champion d’Europe WPMF). Albert Chey est un grand « fimeuu » (technicien) mais son hygiène de vie impeccable, ses entraînements quotidien et ses nombreux combats, ont endurcie son corps et son mental. Il a fait de grand combat face à des pointures comme Jomthong Chuwattana, Thong Puideenaidee, Karim Benoui, Rit Keawsamrit, Mounir Bouti, et se blesse pratiquement jamais, n’a pas d’hématome, il a une telle condition qu’il peut faire de nouveau un combat deux jours après !

C’est assez rare en Europe mais on en trouve quelques uns de ces combattants phénoménales…