SIAM FIGHT MAG

Le magazine du Muay Thai et de la Boxe Thai, vous trouverez tout sur le Muay Thai.

VLADIMIR KONSKY (SLOVAQUIE)

INTERVIEW DE VLADIMIR KONSKY

By Serge TREFEU (2014)

SERGE TREFEU : Bonjour Vladimir comment vas-tu ?

VLADIMIR KONSKY : Bonjour Serge, je vais très bien, merci. Les années de travail acharné que j’ai mis dans ce sport paye maintenant sur le ring, ce dont j’ai toujours rêvé. Je suis vraiment satisfait et heureux non seulement dans ma carrière sportive, mais aussi dans ma vie privée. Parfois, je regrette la Thaïlande et j’aime repenser à l’entraînement et la vie que j’ai passé la-bas…

Quel âge as-tu et vers quel âge tu as commencé la boxe ?

J’ai 30 ans et j’ai commencé la boxe à l’âge de 17 ans…

Tu es nés en Slovaquie, dans quelle ville ?

Je suis né à Rimavska Sobota, au sud de la partie centrale de la Slovaquie. J’ai vécu là jusqu’à l’âge de 9 ans. C’est à ce moment-là que ma famille s’est déplacée vers Hrnciarske Zaluzany, un petit village tout près. Maintenant, je vis et je m’entraîne dans la ville de Banska Bystrica

Comment tu as découvert la boxe ?

Quand j’avais 17 ans, l’un de mes amis, Robo Adam est venu me voir et m’a demandé si je voulais aller essayer un peu de boxe avec lui. Nous avons commencé à recevoir une formation ensemble sans même connaître la technique ou les règles. À ce moment-là, une petite salle de sport venait de s’ouvrir dans notre village, Hrnciarske Zaluzany, par M. Milan Skorna, qui est devenu mon premier entraîneur. Il a vu que nous étions vraiment ardents pour ce sport et il a proposé de nous former. Il n’a pas pris longtemps avant de nous mettre sur le ring pour la première fois. Après juste 3 mois de formation, il nous a mis pour notre premier combat en décembre 2004.

J’ai commencé par le kickboxing, à ce moment-là je n’avais aucune idée que j’allais un jour terminer en Muay thaï. Dans les années 2006 et 2007, j’ai été Champion national Slovaque en kickboxing avec low kick dans la catégorie des -75kg. Malgré ces accomplissements j’ai d’une façon ou d’une autre estimé que je devais être un plus grand combattant et que je devais faire quelque chose de plus dans ma carrière. En 2007, mon entraîneur a commencé à me prendre pour me former au Firegym Muay thaï dans la ville de Banska Bystrica, le club Firegym c’est le Top du Muay en Slovaquie. C’est à ce moment-là que j’ai rencontré mon entraîneur actuel Martin Belak.

D’abord, je suis seulement venu m’entraîner au Firegym de temps en temps, mais après quelque temps j’ai décidé de venir à Banska Bystrica, j’ai obtenu un travail ici et j’ai reçu une formation au Firegym. Je crois que ceci a été la meilleure décision dans ma vie jusqu’à maintenant !

Quels sont les combattants qui s’entraînent dans ton club ?

En Slovaquie, il n’y a pas beaucoup de combattants de haut niveaux qui combattent dans des règles du Muay Thaïes complètes. Au Firegym, je m’entraîne avec beaucoup de combattants très forts et très souvent des combattants d’autres salles ou d’autres pays viennent s’entraîner avec nous. Beaucoup de gars qui s’entraînent dans notre club ont déjà été s’entraîner dans des camps en Thaïlande et je crois, que si vous voulez vraiment comprendre le Muay thaï, la technique, la culture, l’histoire, vous devez passer un certain temps dans les camps en Thaïlande.

Pour moi, si vous voulez être un combattant de haut niveaux c’est une expérience que vous ne devez pas manquer. Pour répondre à ta question précisément, je m’entraîne par exemple avec Jan Mazur, Michal Tomko, Marcel Jager qui sont des combattants professionnels qui ont déjà passé beaucoup de temps sur le ring, mais la vraie motivation vient du sang frais dans notre club, des jeunes combattants affamés qui veulent être tout aussi bon et encore mieux que nous le sommes. Maintenant avec la publicité sur le Muay Thai, presque 99 % des membres de notre club sont des combattants !

KONSKY AU FIRE GYM !

Ton entraîneur est toujours le même depuis que tu as commencé le MuayThai ?

Oui, pendant les 8 années passés, j’ai été sous les conseils de Martin Belak, qui est non seulement mon entraîneur et mon promoteur, mais il est principalement mon ami. Nous faisons une super équipe ensemble et je crois que les grands choses à accomplir sont encore venir. Le but de mon entraîneur est d’élever les combattants afin qu’ils puissent battre des combattants thaïs de haut niveaux. C’est un but très ambitieux, il est dur de le croire parfois mais nous y arrivons pas à pas…

KONSKY AUX PAOS AVEC MARTIN BELAK !

Tu as beaucoup combattu en Slovaquie ?

Qu’est-ce que ça signifie beaucoup ? Jusqu’à présent j’ai fais 96 combats professionnels dans ma carrière. J’ai eu l’habitude de combattre en Slovaquie au début de ma carrière, plus tard, j’ai commencé à beaucoup voyager et quand je combats maintenant en Slovaquie, c’est contre des adversaires forts d’autres pays. Durant ma carrière, j’ai eu l’occasion de combattre à l’étranger dans plus de 15 pays, en Thaïlande, à Hong-Kong, en Chine, en Malaisie, en Russie, en Nouvelle-Zélande, en Iran, au Cambodge, mais aussi dans des pays européens comme la Slovaquie bien sûr, la République tchèque, la Pologne, la Hongrie, l’Italie, la France, et l’Allemagne !

Quels sont les titres que tu as gagnés?

En 2006, champion de Slovaquie en kickboxing avec low-kick en – 75 kg, en 2006, gagnant de l’Open tchèque, en kickboxing avec low-kick en 75 kg, en 2007, champion de Slovaquie en kickboxing avec low-kick en – 75 kg, en 2009, Champion du Monde PK1 à Phuket, en Thaïlande, en 2011, Champion Intercontinental WPMF en – 69,9 kg, en 2011, vainqueur du tournoi de prestige international en Pologne en -72,5 kg, en 2013, Champion International de Youngblood en MuayThai en – 71 kg, et vainqueur du tournoi 8 hommes Youngblood grand Prix !

KONSKY A BATTU LE THAILANDAIS LOMESARN PAR KO AVEC UN SUPERBE COUP DE COUDE !

Combien tu as fais de combat, combien de victoires et de défaites ?

J’ai fais 96 combats, 65 victoires (28 KO.), 30 défaites et 1 nul !

Tu as battu récemment le grand champion Kem Sitsongpeenong, que penses-tu de cet adversaire ?

Cette victoire est très précieuse pour moi. Je respecte Khem comme je respecte chacun de mes adversaires. Je l’avais déja affronté une fois auparavant, il y a 6 ans, au tournoi de la King Cup. Il avait gagné ce premier combat aux points, c’était mon première combat en Thaïlande, j’avais seulement 12 combats professionels à ce moment-là, mais perdre contre un adversaire si fort m’a donné beaucoup plus, que de vaincre dix combattants faibles…

Cette année ma chance est venue pour un match retour contre Khem et je l’ai saisi avec tout mon dévouement et le résultat a été très satisfaisant pour moi et mon entraîneur. Khem est un champion très connu, maintenant j’appartiens à ce rang aussi !

BELLE VICTOIRE DE KONSKY, ILS SONT RARES LES COMBATTANTS ÉTRANGERS QUI ONT LEVÉ LES MAINS APRÈS AVOIR AFFRONTÉ LE REDOUTABLE CHAMPION KEM SITSONGPEENONG !

Quels sont les combattants connus que tu as rencontré?

Yodsanklai Fairtex, Khem Sitsongpeenong, Lomesarn Sor Chockkitchai, Antoine Pinto, Singdam Kiatmuu9, Nopparat Keatkhamtorn, Robert Terminator, Sen Bunthen, Abdoul Tourre, Rachid Belani et beaucoup d’autres. C’est drôle, mais la plupart de mes combats en Thaïlande ont été contre des Top Thaïlandais du Radja ou du Lumpinee en 67 – 70 kg. À l’époque, je n’ai pas vraiment voulu savoir qui étaient les meilleurs combattants de Thaïlande et parfois j’ai pris des combats contre des adversaires très forts et je ne savais même pas qui ils étaient…

KONSKY AU CÉLÈBRE STADIUM DU RADJA !

KONSKY A BATTU LE GRAND CHAMPION CAMBODGIEN, SEN BUNTHEN !

En Novembre, tu vas combattre en France pour l’événement Top King, c’est la première fois que tu combats en France?

Non, j’ai déjà combattu il y a deux ans en France. Je suis très excité de combattre à Paris, c’est une belle ville et les gens en France connaissent le Muay Thai, donc je suis vraiment impatient !

KONSKY A AFFRONTÉ EN RÈGLE K1, LE CHAMPION FRANÇAIS BRUCE CODRON (CHAMPION DU MONDE DE FULL-CONTACT, CHAMPION D’EUROPE DE K1) AU WORLD GBC TOUR A PERNES-LES-FONTAINES, VICTOIRE DE CODRON AUX POINTS !

Tu connais des combattants français actuels?

Oui, je connais des combattants français, le plus connu pour moi maintenant est Antoine Pinto, même s’il vit et combat en Thaïlande. J’ai également affronté Abdoul Tourré. Je connais d’autres grands combattants français tels que Samy Sana, Yohan Lidon et Cheick Sidibé. Nous avons eu Samy, Cheick, Abdoul qui ont combattu en Slovaquie, il y a deux ans à l’événement Youngblood Show

Que pense-tu des combattants français ?

Mon ambition en tant que combattant est de battre n’importe quel adversaire, peu importe la nationalité. La stratégie de chacune de mes combats est pensée par mon entraîneur Martin. Je ne me soucie pas vraiment de qui est mon adversaire est d’où il vient. Chaque combattant est différent, on n’est plus fort, un autre peut être plus faible, mais ce que j’estime le plus est combien d’effort ils met dans leur formation et préparatifs du combat.

Ce que j’aime vraiment des combattants français c’est qu’ils sont toujours enclin à se battre en Muay Thaï dans les règles pleines, ou les règles sans les coudes sont si populaires dans le reste de l’Europe. La Slovaquie a construit le Muay thaï, qui est maintenant le sport de combat numéro un ici et les adversaires de la France sont bien connus et respectés dans notre scène de combat…

Tu t’es entraîné souvent en Thaïlande ?

En tout, j’ai passé trois ans en Thaïlande, en vivant et en m’entraînant là-bas. Pendant ces années j’ai gagné beaucoup d’expériences ce qui m’a vraiment aidé à former ma carrière professionnelle. Maintenant, je vais seulement en Thaïlande de temps en temps pour combattre, mais dans l’avenir j’aimerais revenir et passer un certain temps en tant que touriste en Thaïlande, pour voyager et visiter le pays. La culture de la Thaïlande, la beauté naturelle, la nourriture et les gens étonnants que vous rencontrez sont partout très proches pour moi, j’aime toujours y retourner.

Bien que j’aie passé trois ans en Thaïlande, je connais le pays surtout en tant que combattant, entraînement, entraînement, combat…

Beaucoup de personnes pensent qu’il est très romantique d’être un combattant en Thaïlande, mais parfois cela peut être très dur. Parfois vous avez de l’argent, parfois vous n’en avez pas. Les gars qui combattent et s’entraînent en Thaïlande et restent durant de longues périodes, savent de quoi je parle…

Que penses-tu des combattants thaïlandais?

Je crois qu’il n’y a pas de meilleurs combattants au monde. Bien sûr, je veux dire en poids jusqu’à 70 kg et dans les règles du Muay Thai complet !

Qui sont pour toi les meilleurs combattants thaïs dans ta catégorie aujourd’hui ?

Je pense tout de suite à Yodsanklai Fairtex, c’est le meilleur. J’ai combattu avec lui au Thai Fight, j’ai perdu à la fin du premier round par TKO. Je me suis levé mais l’arbitre n’a pas voulu me laisser repartir. À l’origine, j’étais censé combattre avec Abraham Roqueni, mais ils m’ont dit à la pesée que je me battrais avec Yodsanklai. Un adversaire comme cela a besoin d’une préparation appropriée et pour moi bien que j’aie décidé de me battre avec lui ce n’était pas une très bonne expérience, parce que je n’ai pas été préparé pour lui.

Mais j’espère que j’aurai l’occasion de combattre avec lui de nouveau et je me rachèterai contre lui. Dans ma catégorie de poids autour des 70kg, les gars de haut niveaux sont Saiyok, Sudsakorn, Buakaw, Khem, Nonsai…

KONSKY CONTRE YODSEANKLAI !

Il y a un adversaire en particulier que tu voudrais affronter aujourd’hui ?

Il y a tant de grands combattants. Je n’ai pas un combattant en particulier contre lequel je voudrais combattre. Je veux seulement combattre avec les meilleurs. C’est un challenge pour moi. Je ne choisis jamais mes adversaires et je ne refuserais jamais de faire face à quelqu’un. La gestion de mes combats est dans les mains de mon entraîneur Martin et j’ai complètement confiance en lui. Bien sûr, j’aimerais avoir un match retour avec Yodsanklai comme j’ai mentionné. Et bien sûr, de tous les combattants de haut niveaux j’aimerais affronter Buakaw, peut-être nous nous rencontrerons un jour sur le ring…

Quel est ton meilleur souvenir de boxe jusqu’à présent?

J’ai tant de beaux souvenirs. Ils sont principalement liés aux combats que je gagnais, mais généralement tout le temps dans ma vie que j’ai passé à l’entraînement et à combattre est un aspect très positif de ma vie

Et le pire?

Pour chaque combattant le pire, ce sont les blessures. Heureusement, je n’en ai pas eu beaucoup et je guéris rapidement. Dans ma vie j’ai eu de très mauvaises situations mais elles ne sont pas reliés à des combats…

Ton combat le plus dur de ta carrière ?

Je pense qu’il est encore à venir. Mais probablement l’un des plus mémorables et des plus durs a été contre Champert Chopisapet (Ancien Champion du Lumpinee), en Malaisie. Comme je l’ai dit quand je m’entraînais en Thaïlande, j’ai pris beaucoup de combats que mon entraîneur ne me permettrait pas. Ils m’ont dit que je me battrais avec certains bon thaï et j’ai seulement découvert après le combat qu’il était très bien classé à ce moment-là en Thaïlande. C’était sûr qu’il m’abattrais, mais j’en ai réchappé et j’ai fait de très bon combat. Cela été une très bonne expérience pour moi…

Quelles sont les techniques que tu aimes faire sur le ring ?

J’aime toutes les techniques que je peux utiliser pour frapper l’adversaire. Bien sûr, s’ils sont efficaces et ont le résultat juste. Je préfère le Muay thaï parce que vous n’êtes pas limités dans l’utilisation de toutes les techniques de boxe, des coups de pied, des coudes et le corps à corps. Les techniques sont diverses, il est non seulement important de les exécuter correctement, mais surtout de les utiliser efficacement

Quels sont tes projets pour 2014/2015 ?

C’est une question pour mon entraîneur et manager Martin Belak. Le 15 Novembre, je vais combattre au tournoi Top King World Series à Paris, le 30 novembre j’ai un superfight au W5 Show à Bratislava et le 27 décembre je combattrai dans ma ville natale à Banska Bystrica, pour le Youngblood professionnel. Je combattrai pour la ceinture IPCC en Muay thaï. J’attends avec impatience chacun d’entre eux et à ce que l’année suivante va m’apporter…

Tu veux ajouter quelque chose?

Merci beaucoup pour l’interview, et pour l’occasion de partager mes idées et mes souvenirs. Je suis votre magazine depuis de nombreuses années maintenant et je pense que vous faites un excellent travail en présentant ce sport aux gens. Bonne chance avec votre travail !

Merci beaucoup pour cette interview et Chookdee pour ton combat!

Konsky est le combattant qui a pris la relève des grands champions Rudolf Durica et Vladimir Moravcik qui sont du même club que lui !

Konsky c’est beaucoup entraîné dans les camps en Thaïlande, il a testé plusieurs camps tels que le Saengmorakot, le Rompo Gym, l’Ingram Gym, le 96 Peenang, à Bangkok, le K.Romsritong à Samut Sakhon et le WMC Lamai, à Koh Samui !

KONSKY AU CAMP INGAM GYM !

KONSKY AU CAMP ROMPO GYM !

KONSKY AU CAMP K.ROMSRITONG !

KONSKY AU SAENGMORAKOT GYM !

KONSKY AU WMC LAMAI GYM !

Il a aussi combattu à de nombreuses reprises en Thaïlande où il a remporté une ceinture de Champion du Monde à Phucket !

En 2013, au Thai fight, Konsky a perdu par KO contre la terreur thaïlandaise Yodsanklai Fairtex. Mais il a fait une excellente performance en août 2014 en battant la star Kem Sitsongpeenong !

Le Slovaque sera à l’affiche du Tournoi TOP KING WORLD SERIE qui aura lieu le 15 novembre à Montigny-le-Bretonneux, un mega show où les meilleurs combattants de la planète en – 70 Kg vont s’affronter !

VLADIMIR KONSKY

Poids : 70 KG

Nombre de combat : 96. 65 Victoires (28 KO). 30 Défaite. 1 Nul

Team : Eastern Beasts by Dynamo / Firegym

Titre : Champion de Slovaquie en kickboxing avec low-kick en – 75 kg (2006), Vainqueur de l’Open tchèque, en kickboxing avec low-kick en 75 kg, (2006), Champion de Slovaquie en kickboxing avec low-kick en – 75 kg, (2007), Champion du Monde PK1 à Phuket, en Thaïlande, (2009), Champion Intercontinental WPMF en – 69,9 kg, (2011), vainqueur du tournoi de prestige international en Pologne en -72,5 kg, (2011), Champion International de Youngblood en Muay Thai en – 71 kg (2013), Vainqueur du tournoi 8 hommes Youngblood grand Prix (2013)