SIAM FIGHT MAG

Le magazine du Muay Thai et de la Boxe Thai, vous trouverez tout sur le Muay Thai.

La période des boxeurs thaïlandais invincibles

La période des boxeurs thaïlandais invincibles

(Source David Leonardo Bárcena et Alex Tsui, experts de l’histoire du Muay Thai, articles thaïs années 70)

Les occidentaux ont vraiment découvert l’Art du Muay Thai dans les années 70. A cette période, à travers le monde, les arts martiaux et les sports de boxe pieds et poings étaient devenus très populaires.

En Europe et aux États-Unis, les films du légendaire petit Dragon Bruce Lee étaient N° 1 au Box Office dans les salles de cinéma. « Big Boss », le premier film de Bruce Lee (sorti en 1971) a été tourné en Thaïlande dans le nord à Pak Chong.

Durant cette époque, les jeunes s’abreuvent de films de Kung Fu Made in Hong Kong, de guerriers Samouraïs du Japon et de bagarres de la street de Harlem version Jim Kelly, le Black Dragon du Bronx.

Les salles des clubs de Karaté, de Kung Fu, de Taekwondo, de Judo, de Lutte, de boxe anglaise, de boxe française étaient pleines à craquer de pratiquants. Et La boxe américaine (Full Contact) se développait énormément sur le continent européen.

C’était une période où les défis entre style de combat étaient importants. Beaucoup de combattants voulaient prouver que son art du combat était le meilleur. Des grands champions d’arts martiaux de tous les continents ont voulu défier les terribles boxeurs thaïlandais. Car les combattants du royaume du Siam étaient réputés pour posséder un art martial redoutablement efficace, le Muay Thai !

Dans les années 70, la Thaïlande a connu l’une de ses décennies les plus fastes avec des immenses champions tels que Huasai Sittiboonlert (N°1 du stadium du Lumpinee et stadium du Radja), Sirimongkol Loogsiriphat (Champion du Lumpinee en 126 lbs et en 135 lbs, « Meilleur boxeur de l’année » en 1973), Fahsai Taweechai (Champion du Radja en 112 lbs, « Meilleur boxeur de l’année » en 1970), Muangchol Jeeraphan (N° 1 du stadium Lumpinee et du stadium du Radja en 135 lbs), Sichang Sakornpitaks (Champion du Lumpinee en 130 lbs, « Meilleur boxeur de l’année » en 1971), Vicharnoi Porntawee (Champion du Lumpinee en 112 lbs, Champion du Radja en 112 lbs et en 130 lbs, « Meilleur boxeur de l’année » en 1977), Saensak Muangsurin (Champion du Lumpinee en 140 lbs, Champion du monde de boxe anglaise WBC en 140 lbs, « Meilleur boxeur de l’année » en 1973), Poot Lorlek (Champion du Lumpinee en 122 lbs « Meilleur boxeur de l’année » en 1974), Pud Pad Noi Worawut (Champion du Lumpinee en 112 lbs, en 122 lbs et en 130 lbs, « Meilleur boxeur de l’année » en 1975), Jockey Sitkunpai (Champion du Radja en 118 lbs), Rerngsak Porntavee (Champion du Lumpinee en 112 lbs et en 130 lbs, Champion du Radja en 112 lbs), Posai Sittiboonlert (N° 1 du Stadium Lumpinee en 135 lbs, « Meilleur boxeur de l’année » en 1976), Neth Saknarong (N° 1 du Stadium Lumpinee et du stadium du Radja en 135 lbs), Nongkhai Sor Prapassorn (Champion du Radja en 126 lbs et en 130 lbs, « Meilleur boxeur de l’année » en 1980), Kongtoranee Payakaroon (Champion du Lumpinee en 102 lbs, en 108 lbs, en 112 lbs, en 115 lbs et en 118 lbs, « Meilleur boxeur de l’année » en 1978), Narongnoi Keatbandit (Champion du Radja en 126 lbs et en 130 lbs) !

Les meilleurs champions étrangers ont voulu défier ces grands champions thailandais sur leur terre. Seulement une poignée a réussi à vaincre les invincibles combattants thaïlandais…

En 1972, une délégation de sept champions japonais est venue défier les thaïlandais chez eux. Ces japonais maîtrisent le Karaté Kyokushinkai (Karaté au KO) et un style de boxe Thaï, le Kick Boxing japonais.

Sept titres mondiaux TBC (Thailand Boxing Council) furent mis en jeu pour cet événement qui a été organisé au Hua Mark Indoor Stadium de Bangkok. Les combattants thaïlandais ont remporté six titres de champion du monde avec cinq victoires par KO et une victoire aux points.

Seul le grand champion Mitsuo Shima a battu le thaïlandais Sakdah Pinsinchai par KO au troisième round. Il est, en 1972, le premier étranger à battre un thaïlandais pour un titre mondial en Thaïlande !

Mitsuo Shima était l’élève de Maître Kenji Kurosaki et camarade d’entraînement du légendaire Toshio Fujiwara. Toshio Fujiwara a été l’un des rares combattants étrangers à vaincre les meilleurs champions thaïlandais dans les années 70. Il a été le premier étranger à battre un thaïlandais au stadium du Radja pour un titre mondial en 1977 et le premier étranger à gagner la ceinture du mythique stadium du Radja en 1978 !

Cette année 1972, l’américain Raymond Edler (Champion de Kick Boxing et de Full Contact) a également fait une grosse bataille face au thaïlandais Songkiat Kiatpracharat pour un titre mondial TBC. Le champion américain a été mis KO au quatrième round par Songkiat.

En 1973, deux maîtres chinois de Kung Fu sont venus défier des champions thaïlandais au stadium du Lumpinee. C’étaient des grands champions de leur discipline à Hong Kong. Les deux combattants chinois ont été mis KO…

Après ces cinglantes défaites, les officiels de la fédération de Kung Fu de Hong Kong ont demandé une revanche. Ils estimaient que leur combattant n’avait pas l’habitude de se battre avec des gants et dans les règles du Muay Thai.

Pour les matchs revanches, cinq boxeurs chinois ont combattu à main nue avec leur style propre (Kung Fu avec projection et frappe au sol, un peu du Free Fight) contre cinq boxeurs thaïlandais de Muay Thai. Les cinq champions chinois ont perdu par KO au premier round !

En 1974, le grand karatéka Katsuhiro Monoe a fait un match mémorable au stadium du Lumpinee. Le champion japonais a affronté la terreur de l’époque, Nongkhai Sor Prapassorn (Champion du Radja en 126 lbs et en 130 lbs, « Meilleur boxeur de l’année » en 1980). Katsuhiro Monoe combattait en tenu de kimono en utilisant son style de combat, le karaté Kyokushinkai. Nongkhai Sor Prapassorn a mis KO le champion japonais !

Le 14 mars 1974, au stadium du Radja, une délégation de champions cambodgiens est venue affronter cinq champions thaïlandais.

Les combattants du Cambodge ont tous perdu leur match. Les stars cambodgiennes du moment Chea Sarak et Chith Salim n’ont pas réussi à vaincre les champions thaïlandais. Chea Sarak a perdu par KO et Chith Salim s’est incliné aux points en cinq rounds…

En 1977, un grand champion japonais a de nouveau défié une star des rings thaïlandaise au stadium du Lumpinee de Bangkok. Kenshu Igari a affronté le légendaire Poot Lorlek (Champion du Lumpinee en 122 lbs « Meilleur boxeur de l’année » en 1974). Poot Lorlek a mis KO le japonais au premier round !

En 1978, le célèbre entraîneur hollandais Thom Harinck a créé une équipe de combattants Hollandais qui est partie défier les Thaïlandais chez eux. Les hollandais pratiquaient le Kick Boxing Japonais, à l’époque, c’étaient les combattants les plus redoutés en Europe.

Ce fut la première équipe étrangère européenne à combattre au fameux stadium du Lumpinee de Bangkok. L’équipe Hollandaise, dirigée par Thom Harinck, était composée des boxeurs Imro Hetten, Faizel Karakus, Ron Kuyt, Kenneth Ramkisoen et Robbie Schumann.

Tous les combattants Hollandais ont perdu par KO au 1er et 2ème round contre des grands champions Thaïlandais. L’Art du Muay Thai n’était pas encore bien maîtrisé par les européens, surtout les coups de coude et coups de genoux. Les boxeurs hollandais ont été les premiers européens à subir les techniques foudroyantes des champions Thaïlandais.

Imro Hetten, en 70 Kg, a perdu au premier round contre Sriprai Kiatsompob, Faizel Karakus, en 70 Kg, a perdu face à Satanfah Sor Prathip par KO au deuxième round, Ron Kuyt, en 70 Kg, a été mis KO au deuxième round par le redoutable Porsai Sittiboonlert (Meilleur boxeur de l’année 1976), Kenneth Ramkisoen, en 60 Kg, a perdu au premier round contre Ekachai Sitmorart et Robbie Schumann, en 60 Kg, n’a pas tenu plus d’un round, il a été mis KO par Sakata Porntawe.

Les boxeurs Hollandais ont appris de cette sévère défaite en s’entraînant plus dur et en apprenant des techniques qu’ils avaient vu en Thaïlande. Une autre équipe de boxeurs Hollandais est allée défier des champions Thaïlandais à Bangkok. Ils venaient du club Vos Gym de Johan Vos et du Mejiro Gym de Jan Plas. Tous les combattants Hollandais ont encore perdu contre les boxeurs Thaïlandais. Mais cette fois-ci, les Hollandais se sont inclinés seulement aux points…

Ce n’est qu’à partir des années 80, et surtout dans les années 90, que les champions étrangers ont pu rivaliser à un niveau égal avec les champions thaïlandais. Beaucoup de champions européens, japonais, australiens, ont réussi à battre les meilleurs champions thaïlandais. La période de l’invincibilité des boxeurs thaïlandais était terminée…

By Serge Tréfeu